Librairie Epona

Skip to Main Content »

Search Site

You're currently on:

Les carnets du paysage n°8 - printemps/été 2002

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

Les carnets du paysage n°8 - printemps/été 2002

Availability: In stock.

18,60 €
Add Items to Cart

Description rapide

Ce numéro des Carnets du paysage invite à une démarche corporelle, et même sensuelle, autant qu'intellectuelle. La vue prédomine, mais les autres sens ne doivent pas s'effacer. Si nous ouvrons ces pages le plus largement possible à de nombreux champs de connaissance, à de nombreuses pratiques, c'est pour restituer la complexité du paysage, en faire jouer, bien plus que les facettes, les superpositions, les chevauchements, les sédimentations et les mélanges qui le constituent.

Description du produit

Le paysage intéresse. Il nous regarde, ça nous regarde. La manière de le voir nous préoccupe autant que celle de le fabriquer. Il y a les images de paysages. Toutes les peintures, les photographies, les films, les cartes postales, les plans, les mappemondes, ces objets qui donnent parfois l'impression que le paysage est une image. Mais le paysage se traverse, on l'habite, on le fabrique sans cesse, avec des projets volontaires, modestes ou ambitieux, avec sa fréquentation, ou encore son abandon. Il contient sa propre dynamique, ses poussées, ses inclinations, ses chutes, parfois au ralenti, toujours en mouvement. Il faut marcher, parcourir, faire des écarts pour saisir le paysage.

Informations complémentaires

ISBN 9782742736997
Auteur(s) Besse Jean-Marc, Tiberghien gilles A.
Editeur Actes Sud / École nationale supérieure du paysage
Langue français
Date de publication 2002
Thèmes(s) Patrimoine
Format 21 x 24
Nombre de pages 194
Présentation broché
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Newsletter

Newsletter
Ouvrez grand les yeux et économisez un max !
Comité Quartier Latin
 

Recommander ce site à un ami :

Votre nom : Email de votre ami :
Tous les champs ne sont pas renseignés correctement