Librairie Epona

Skip to Main Content »

Search Site

You're currently on:

La cathédrale de Chartres

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

La cathédrale de Chartres

Availability: In stock.

26,30 €
Add Items to Cart

Description rapide

Au cours des années récentes, la cathédrale de Chartres a bénéficié de restaurations importantes qui ont concerné aussi bien l’architecture et la polychromie intérieure que la sculpture et les vitraux.
Les verrières du choeur et de la façade du bras sud du transept ont retrouvé toute leur luminosité.
Dans le choeur, certaines d’entre elles avaient perdu une partie de leurs panneaux au XVIIIe siècle, panneaux qui ont été remplacés au début du XXe siècle.
Cependant, leur examen en atelier a démontré l’excellent état des parties du XIIIe siècle qui constitue la majorité de la vitrerie.
La restauration de la polychromie intérieure des niveaux supérieurs du choeur a transformé radicalement notre perception de l’architecture grâce aux enduits ocre clair et blancs.

Claudine Lautie

Bulletin monumental - 169-1-2011

Description du produit

TABLE DES MATIÈRES

ARTICLES

Restaurations récentes à la cathédrale de Chartres et nouvelles recherches, par Claudine Lautier
La restauration du décor polychrome du chœur de la cathédrale de Chartres, par Patrice Calvel
Techniques de restauration de la polychromie du chœur de la cathédrale de Chartres, par Clément Guinamard
Analyses de la polychromie des clefs de voûte du chœur de la cathédrale de Chartres, par Émilie Checroun, Vincent Detalle, Isabelle Pallot-Frossard
Archéologie des parties hautes du chœur de la cathédrale de Chartres, par Jérémie Viret
Le décor héraldique des clefs de voûte de la cathédrale de Chartres, par Michel Pastoureau
Les deux galeries des rois de la cathédrale de Chartres, par Claudine Lautier

ACTUALITÉ
Aube. Troyes. Découverte d’un panneau de vitrail du XIIe siècle dans une collection particulière (Karine Boulanger)
Indre-et-Loire. Amboise. Le château : la tour Garçonnet, une « tour-poterne » (Lucie Gaugain)

CHRONIQUE

Architecture religieuse, symbolique, consécration, dévotion, IXe-XVIIe siècle. De Saint-Gall aux églises de la Reichenau, quelques jalons pour la symbolique de l’implantation au IXe siècle (Jean-Pierre Caillet). L’inscription alphabétique : de la consécration de l’église à l’apprentissage de la lecture et autres usages (Patricia Stirnemann). Notre-Dame de Lorette, sentinelle des terres catholiques, XVIe-XVIIe siècle (Nicole Lemaitre)

Architecture castrale, XIIIe-XVIIIe siècle. La castellologie médiévale en Hollande : de la connaissance à la restauration(Pierre Garrigou Grandchamp). Fontaine-Henry : la monographie exemplaire d’un grand château normand (Bertrand Jestaz). Le château d’Amboise, nouvelle recherche, nouvelle hypothèse (Nicolas Faucherre). Montal, Assier, retour sur la parenté de deux châteaux de la Renaissance en Périgord (Dominique Hervier)

Architecture civile, XIIe-XVIIIe siècle. Quand les façades romanes enrichissent les musées anglais : la maison de Trie-Château (Pierre Garrigou Grandchamp). Pour une meilleure connaissance de l’hôtellerie médiévale et des temps modernes (Pierre Garrigou Grandchamp). De bronze et de marbre, XIIe-XVIIIe siècle. Du nouveau sur le candélabre Trivulce (Bertrand Jestaz). Des berges de la Garonne à la construction du magasin des Marbres du Roi de Bordeaux (Sandrine Chabre)


RÉSUMÉS ANALYTIQUES

Restaurations récentes à la cathédrale de Chartres et nouvelles recherches, par Claudine Lautier.

La restauration du décor polychrome du chœur de la cathédrale de Chartres, par Patrice Calvel.

En 2008-2009 fut menée la première étape de restauration des enduits intérieurs de la cathédrale de Chartres, dont la polychromie avait été bien reconnue par Jürgen Michler dès 1989. Au XIIIe siècle, les parements avaient été recouverts d’un enduit ocre clair à faux joints blancs, tandis que les colonnettes et les moulurations des arcs avaient été badigeonnées de blanc. La restauration de deux chapelles rayonnantes a été une restitution à partir de vestiges. En revanche, les niveaux supérieurs du chœur ainsi que les voûtes ont conservé en grande partie leur décor primitif. Celui-ci avait été une première fois restauré à la fin du Moyen Âge avec la superposition partielle d’un second enduit polychrome, fort semblable à celui d’origine. À la fin du XVIIIe siècle, un badigeon orangé à faux-joints rouges a recouvert l’ensemble. La campagne de travaux a également permis de découvrir un décor héraldique peint sur les clefs de voûte. Cette restauration, qui rend sa couleur et sa luminosité d’origine au chœur de la cathédrale, redonne aux vitraux restaurés leur juste place dans l’architecture.

Techniques de restauration de la polychromie du chœur de la cathédrale de Chartres, par Clément Guinamard.

L’étude décrit les techniques de restauration dont l’un des objectifs était de retrouver un état final homogène correspondant au décor polychrome d’origine. En ce qui concerne les clefs de voûte à décor d’armoiries, qui s’est avéré être d’origine, le parti pris a été de restituer les lacunes dans la couche colorée et dans les feuilles d’or.

Analyses de la polychromie des clefs de voûte du chœur de la cathédrale de Chartres, par Émilie Checroun, Vincent Detalle, Isabelle Pallot-Frossard.

L’analyse de la polychromie des enduits et des clefs de voûte permet non seulement de connaître les composants, les pigments et les techniques mises en œuvre mais aussi d’affirmer que ce décor est bien celui d’origine.

Archéologie des parties hautes du chœur de la cathédrale de Chartres, par Jérémie Viret.

L’analyse archéologique des niveaux supérieurs du chœur lors de la dernière restauration a précisé la mise en œuvre des enduits recouvrant les murs gouttereaux et les voûtes du chœur au Moyen Âge. Elle a également permis de supposer que la construction des voûtes est plus tardive que celle des murs. Des observations ont été faites sur les multiples perforations de la voûte et sur les trous de boulin percés dans les murs gouttereaux.

Le décor héraldique des clefs de voûte de la cathédrale de Chartres, par Michel Pastoureau

La redécouverte du décor et de la polychromie d’origine a mis au jour des armoiries peintes sur les cinq clefs de voûte du chœur. Elles appartiennent à cinq rois et princes : Louis IX, roi de France ; Alphonse X, roi de Castille ; Hugues IV, duc de Bourgogne ; Charles, comte d’Anjou et du Maine ; Henri III, duc de Brabant. En s’appuyant sur les données historiques, l’auteur aboutit à une fourchette de dates de quatre ans pour cette conjonction : 1257-1261. Il rappelle que la date de la dédicace solennelle de la cathédrale se situe le 17 octobre 1260.

Les deux galeries des rois de la cathédrale de Chartres, par Claudine Lautier.

La cathédrale de Chartres possède deux galeries des rois, la première au sommet de la façade occidentale, devant le pignon du grand comble, la seconde au-dessus du porche méridional du transept. Pour expliquer la présence des galeries des rois sur les façades de quatre cathédrales françaises (Chartres, Paris, Reims et Amiens), il faut se référer à la cérémonie du sacre des rois de France. Celle-ci évoque la continuité entre la lignée des rois de Juda et celle des rois de France qui furent consacrés comme ceux de l’Ancien Testament. Elle définit également les liens entre le roi et l’Église et, par conséquent, entre le roi et le clergé. Bien que le pignon de la façade occidentale ait été reconstruit au XIVe siècle, la majorité des statues de la première galerie date du début du XIIIe siècle. Certains personnages portent des attributs qui permettent des hypothèses sur leur identité. Leurs caractères formels aident pour une datation de peu postérieure au portail du Couronnement de la Vierge de Notre-Dame de Paris, généralement daté vers 1210-1220. La galerie des rois du bras sud du transept, située nettement plus bas que la précédente et dont les statues sont groupées sous de profonds tabernacles, est un peu plus tardive. Les rois ne portent pas d’attributs qui permettent de les distinguer les uns des autres (à l’exception de l’un d’entre eux, sculpté pour un autre emplacement). L’origine parisienne du style doit également être avancée.
 

Informations complémentaires

Complément du titre Restaurations récentes et nouvelles recherches
ISBN 00074730-169-1
Editeur Société Française d'Archéologie
Langue français
Date de publication 2011
Période(s) Moyen Age
Nombre de pages 92
Présentation broché
 

Mon panier

Votre panier est vide.

Newsletter

Newsletter
Ouvrez grand les yeux et économisez un max !
Comité Quartier Latin
 

Recommander ce site à un ami :

Votre nom : Email de votre ami :
Tous les champs ne sont pas renseignés correctement