Albin Michel

  • Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Paris, Sarah Halimi, une retraitée de 66 ans, ancienne directrice d'école maternelle, est battue à mort avant d'être défenestrée. Malgré des preuves flagrantes, il aura fallu près d'un an pour que la justice retienne le caractère antisémite de l'acte. Pire encore, ce crime a longtemps été occulté par les médias. Pourquoi ce silence ? Quelle est cette gêne pour nommer la nouvelle haine des Juifs en France ? D'où vient cette complaisance de la part de certains ?
    Seize intellectuels ont décidé de se mobiliser pour dénoncer un véritable déni de réalité et réhabiliter la mémoire de Sarah Halimi. L'assassinat de Sarah Halimi autant que les crimes antijuifs commis en France depuis les années 2000, leur traitement médiatique et judiciaire, dessinent les contours d'un tournant idéologique particulièrement inquiétant.

    Ces textes ici rassemblés tirent le signal d'alarme et appellent à une urgente prise de conscience. Car la violence dont sont victimes les Juifs est révélatrice d'une menace qui va bien au-delà de la seule communauté juive. Cette menace touche notre société, nos libertés et notre République.

  • On trouvera dans Les Voies de l´homme une évocation de l´exposition et le texte des communications faites lors du colloque organisé à Paris en mars 87, un an après la mort d´André Leroi-Gourhan. Certains de leurs auteurs sont des anciens du Centre de formation aux recherches ethnologiques (H. Balfet, C. Bromberger, L. Bernot, R. Cresswell, J. Gutwirth, J.-D. Lajoux, C. Pétonnet), d´autres ont rejoint Leroi-Gourhan à l´occasion des fouilles d´Arcy-sur-Cure (J. Chavaillon, F. David, G. Gaucher, F. Poplin) ou de Pincevent (D. Baffier, J. Leclerc, M. Orliac) ; d´autres, enfin (J. Molino, G. Bosinski, A.-M. Cirese), n´ont jamais été ses élèves mais vont actuellement de l´avant dans les directions que Leroi-Gourhan a indiquées. Les organisateurs ont en effet pensé qu´il ne pouvait s´agir d´évoquer seulement le passé, il convenait aussi de montrer l´influence actuelle de l´oeuvre de Leroi-Gourhan, même au-delà des secteurs de la recherche qu´il a particulièrement contribué à rénover.
    Par ailleurs, C. Lévi-Strauss évoque la figure de celui dont la route a souvent croisé la sienne, en particulier au temps où ils étaient tous les deux sous-directeurs au musée de l´Homme et co-directeurs de l´Institut d´ethnologie de l´Université de Paris.
    Cet ouvrage contient en outre une bibliographie complète et un texte inédit de Leroi-Gourhan, celui du discours qu´il a prononcé lorsqu´il a reçu, en 1979, le prix de la fondation Fyssen ; il s´agit de « Réflexions sur l´art des cavernes ».

  • Réchauffement climatique, extinction de centaines de milliers d'espèces, pollutions globales, guerres de l'eau et d'autres ressources, migrations massives... tous ces dangers convergent et se démultiplient en un péril unique que des certains ont commencé à envisager : celui d'un effondrement global de la civilisation, voire de la biosphère elle-même, engagée dans une tragique « sixième extinction ».
    Première grande synthèse sur cette question d'urgence, quarante spécialistes de toutes disciplines nous livrent ici le fruit de leurs travaux - les philosophes Dominique Bourg et Christian Godin, l'agronome Pablo Servigne, les historiens Jean-Baptiste Fressoz et Valérie Chansigaud, le militante écologiste Lamya Essemlali et la femme politique Delphine Batho, l'ingénieur Philippe Bihouix, la juriste Valérie Cabanes, le biologiste Pierre-Henri Gouyon, le journaliste Stéphane Foucart, l'économiste Gaël Giraud et tant d'autres. Sous la direction du journaliste Laurent Testot et de l'expert en risques Laurent Aillet, Collapsus dresse un état des lieux et nous aide à comprendre les dynamiques en cours afin d'engager nos choix citoyens.

empty