Belles Lettres

  • La Chanson de Roland est la représentation la plus ancienne de la chanson de geste et son plus beau monument. Cet ouvrage en propose une remarquable traduction en décasyllabes épiques assonancés, épousant admirablement le texte original.
    La Chanson de Roland, ici traduite d'après la version recueillie par le manuscrit d'Oxford, est le premier texte littéraire écrit en français et la première chanson de geste connue en Europe occidentale. On situe sa création autour de l'an 1100. Si elle partage avec les autres gestes françaises l'absence d'historicité, le sentiment féodal, l'imagination la plus débordante, elle est indiscutablement supérieure à tous les autres poèmes épiques par sa composition exquise, soignée jusqu'à des détails insoupçonnés d'équilibre et de beauté formelle. Elle représente un des sommets de cet art.
    Il est surprenant qu'une expédition inutile ou presque comme le fut celle de Charlemagne en Espagne en 778, et qui s'acheva par l'écrasante défaite de la bataille de Roncevaux, ait trouvé une justification aussi grandiose. Son héros, l'impétueux Roland, l'une des figures littéraires les plus inoubliables des lettres françaises de tous les temps, est connu pour sa démesure héroïque, son sincère repentir postérieur, son amour illimité de la chevalerie et de l'honneur de la douce France. Sur nombre de places de vieilles villes européennes se dressent des statues de Roland, écho de la diffusion que la journée de Roncevaux et sa version littéraire ont atteints dans le monde médiéval et chrétien.
    Le texte de la Chanson, établi d'après le manuscrit d'Oxford, a été édité par le médiéviste espagnol Luis Cortés (1924-1990) et traduit en français par Paulette Gabaudan chez Nizet en 1994. C'est de cet ouvrage, avec sa remarquable traduction en décasyllabes épiques assonancés, épousant si fidèlement le texte original, que P. Gabaudan propose ici une nouvelle édition.

  • L'ouvrage conjugue certaines traductions CUF modernisées et remaniées (collection Chambry, Avianus) avec des traductions nouvelles (Phèdre) ou inédites (Babrius).
    Chaque chapitre est précédé d'une introduction nouvelle et accompagné de notes discrètes permettant non seulement de rendre ces textes accessibles au plus grand nombre mais aussi d'en déployer toute la portée. En effet derrière l'histoire racontée se cache un sens second. Les fables tiennent de l'énigme. Elles se disent volontiers en prose, ou bien en vers iambiques, voués à la moquerie. Elles ne s'adressent pas aux enfants en priorité (certaines seraient plutôt déplacées dans les écoles...) mais ont beaucoup pour leur plaire, parce qu'elles savent amuser en instruisant.
    Entre réalisme et fantaisie, ces fables parlent autant aux petits qu'aux grands, en âge, mais aussi en condition, l'adresse aux grands de ce monde en est même une des caractéristiques. D'où l'importance pour le lecteur d'avoir à sa disposition des notes succinctes fournissant les explications indispensables dans les domaines du mythe, de la religion, de l'histoire politique et sociale, de la culture matérielle, de la vie animale etc. Ce type de notes était absent des traductions publiées précédemment.
    Dans une traduction précise et vivante, ce volume a aussi pour originalité de rassembler « les fables en contexte », c'est-à-dire les fables qui ne se trouvent pas dans les recueils de fables, mais chez les plus grands écrivains grecs et latins comme Hésiode, Sophocle, Platon, Aristote, Tite- Live, Horace, Plutarque.

  • L'Antiquité est un véritable bouillon cultuel : d'Homère à Augustin, Grecs et Romains ont interrogé de manière continue le lien inextricable entre l'univers des dieux et celui des hommes.
    Avec déférence ou impertinence, ils nous ont laissé les portraits colorés d'une multitude de divinités, tantôt terrifiantes, tantôt risibles, le plus souvent partenaires de la vie quotidienne, dont l'histoire permet de penser la place de l'individu, avec ses espoirs et ses angoisses, dans la cité et dans le monde. Cultes officiels, superstitions, envoûtements, persécutions, sectes en tout genre, dont la plus connue s'appelle aujourd'hui le christianisme : les Anciens se sont confrontés aux questions de la tolérance, du scepticisme, de l'équilibre entre les pouvoirs civiques et religieux.
    Leurs réponses ne sont pas les moins inactuelles. Proposant une réflexion conjointe sur les religions grecque et romaine, ce livre rassemble une quarantaine de textes en traduction, présentés et amplement commentés.

  • Une année à la découverte des plantes magiques et les plantes mythiques dont nous parlent les Anciens. De la mandragore, qui pousse un hurlement quand on la déterre, au moly qui délivra Ulysse des charmes de Circé, cette expédition botanique nous mène des terres de la médecine aux rivages de la pharmacopée, des contreforts de l'Olympe aux berges du Styx, des retraites des nécromants aux ateliers des alchimistes.

  • Les vingt-et-une contributions réunies dans ce volume sont centrées sur la thématique de l'homme-animal, des auteurs anonymes des premiers hybrides paléolithiques aux artistes les plus contemporains.
    Un premier chapitre est consacré aux principes de création de ces êtres composites dans plusieurs aires géographiques (monde méditerranéen antique, mondes amérindiens) et aux formes de réception de ces images hybrides aux époques médiévale (Centaures et Sirènes) et moderne (monstres imaginaires et rationalité des sciences naissantes). Un deuxième chapitre permet de parcourir les enjeux de telles créations en Mésopotamie, en Égypte, en Grèce, en Asie centrale, jusqu'aux « hybrides utopiques » de Grandville. Le chapitre 3 interroge le geste créateur depuis l'homme-lion aurignacien jusqu'aux créations des artistes contemporains (Sphynge en sucre de Kara Walker ; masques d'Ensor ; portrait de Rosa Bonheur) pour arriver au triangle homme-animal-machine. Un dernier chapitre permet d'approfondir la sémantique des images hybrides dans leur dimension spatiale et symbolique.
    Né d'un groupe de travail sur les images au sein d'un laboratoire d'archéologie et sciences de l'antiquité, cet ouvrage, qui se veut résolument interdisciplinaire et ouvert sur le contemporain, propose de manière expérimentale et inédite une réflexion sur les mécanismes et les enjeux de l'hybridité et sur les raisons de ces formes de création transgressive.

empty