Paris

  • Source constante d'inspiration et d'expression pour les artisans, artistes ou designers, la céramique est l'une des plus anciennes formes d'expression artistique de l'humanité. En déroulant le fil historique mondial de la céramique, ce livre, telle une anthologie, révèle les multiples caractères (artistiques, esthétiques, utilitaires, techniques), de ce médium, qui n'a cessé de se réinventer, de bousculer les codes et les usages, à partir d'une « recette », proche de l'alchimie, qui a peu évolué au cours de l'histoire.
    C'est une histoire internationale de la céramique, comprenant des textes inédits, mais également essais fondateur sur le sujet, qui est ici proposée.

    Auteurs : Stephanie Le Follic, Unesco.
    Tim Ingold, anthropologue Manchester University.
    Namita Wiggers, théoricienne du Craft, Asheville University.
    Jean Girel, céramiste, historien de la céramique.
    Thomas Golsenne, spécialiste de l'ornement, Université de Lille.
    Marie-Charlotte Calafat, Mucem, Marseille.
    Glenn Adamson, théoricien du Craft.
    Sotesu Yanagi, artiste, philosophe.
    Garth Clark, historien de la céramique.
    James Clifford, universitaire.
    Ezra Shales, College of Art and Design, Massachussets.
    François Lissarrague, historien spécialiste des vases antiques grecs.
    Anne Dressen, commissaire d'exposition au musée d'Art moderne de Paris.
    Anne-Claire Schumacher, Ariana Museum, Genève.
    Erik Scollon, artiste et éditeur.
    Natsuko Uchino, Artiste, enseignante à École du Mans.
    Fréderic Bodet, Conservateur de collections et commissaire d'expositions.
    Jenni Sorkin, historienne de l'art et du féminisme, Santa Barbara University.
    Nicki Green, artiste.

  • Un panorama des oeuvres les plus emblématique de l'école Rinpa, née au début du XVIIe siècle et qui perdura jusqu'au XXe siècle. Les artistes membres de ce courant possèdent des talents multiples et s'expriment à travers la peinture, la gravure, l'illustration mais aussi la décoration de céramique, de bois, de laque et de textile

  • Au XIXe siècle, de nombreux artistes hollandais voyagent et parcourent l'Europe, mais c'est Paris surtout qui les attire. La capitale des arts leur offre mille opportunités, celles d'apprendre, d'exposer et de vendre leurs tableaux, de se faire des contacts et d'asseoir leur réputation.
    Les Hollandais à Paris étudie ce que cela signifiait de vivre et de travailler dans la capitale, entre 1789 et 1914, pour des artistes comme Ary Scheffer, Frederik Hendrik Kaemmerer, Johan Barthold Jongkind, George Hendirk Breitner, Kees van Dongen, Piet Mondrian et Vincent Van Gogh. Où se sont-ils installés ?
    Qui ont-ils rencontré ? Quelles idées et théories ont-ils rapportées aux Pays-Bas ? Et comment Paris, en pleine effervescence artistique, a-t-il influencé leur travail?

  • Nombre de grands auteurs du XIXe siècle firent de Paris le cadre privilégié de leurs écrits : tandis que les personnages de Zola se passionnaient pour ce Paris « haché à coups de sabre, les veines ouvertes, nourrissant cent mille terrassiers et maçons », les frères Goncourt voyaient en elle la « Babylone américaine de l'avenir ». Mais les peintres, plus encore peut-être, trouvèrent là une source d'inspiration toujours renouvelée.
    Le paysage urbain n'est certes pas né avec la ville haussmannienne, les illustrateurs ayant toujours exploré ce thème. Mais la ville, telle qu'elle se développe alors, fournit aux artistes de nouveaux motifs, traduits à l'aide de moyens picturaux inédits.
    Paris est saisie comme une entité mouvante et les artistes négligent l'étude des monuments ou de l'anecdote pour lui préférer la recherche de ce « merveilleux moderne », de cette poésie urbaine dont Baudelaire se fait le héraut. La ville s'impose, lisible, ample, monumentale, dans les compositions de Manet, Caillebotte ou Monet. Les impressionnistes s'identifient à la vie urbaine dynamique, toujours changeante selon les variations de la lumière, et la montrent sous un jour neuf. Les transformations de Paris engendrent de grands bouleversements dans le mode de vie de ses habitants : cafés et cafésconcerts, brasseries, bals, cirques, opéras et théâtres, parcs et jardins publics, courses, se multiplient, fournissant autant de thèmes aux artistes à la recherche de cette « beauté mystérieuse ».

  • Van Gogh, Artaud

    Collectif

    Issu d'une famille chrétienne et aimante, mais bourré de complexes, Pierre va peu à peu dériver vers l'alcool et la drogue. A la mort d'une amie, tuée par une voiture, la vie devient insupportable. Il se marginalise de plus en plus et dort dans sa voiture. Piero (Sapu) intègre plusieurs groupes punks dont le plus célèbre, les Garçons Bouchers, lui apporte une certaine notoriété dans les années 1990.
    Puis il rencontre Géraldine, l'amour de sa vie, atteinte comme lui du sida. Il la soutient de toutes ses forces, mais quelques années plus tard, elle en meurt. Le soir des funérailles, il ouvre machinalement un petit livre de prières chrétiennes qui se trouvait au fond d'une table de chevet. En lisant Adoro te devote (saint Thomas d'Aquin), il perçoit combien ces mots lui sont destinés. Depuis lors, Piero s'est engagé comme bénévole au Secours Catholique : il écoute et aide ceux qui souffrent, les exclus de la vie dont il se sent si proche.

  • Illustrées de 30 eaux-fortes originales de Pablo Picasso.
    En 1931, grâce à l'aide de Jacqueline Apollinaire et sur les conseils de Pierre Matisse, le jeune Albert Skira, alors âgé de vingt-cinq ans, convainc Pablo Picasso d'illustrer les Métamorphoses d'Ovide de 30 eaux-fortes. Cette édition exceptionnelle, tirée à 145 exemplaires, est le premier titre des éditions Skira qui viennent d'être créées. Il sera bientôt suivi par les Poésies de Mallarmé avec 29 eaux-fortes originales d'Henri Matisse et par Les Chants de Maldoror, illustrés de 42 gravures de Salvador Dalí.
    À l'occasion du 90e anniversaire de la maison d'édition, Skira publie une édition anastatique de ce livre, présentant une légère variation par rapport au format original, en accord avec l'Administration Picasso. Ce volume compte 412 pages, y compris les gravures dans le texte (15) et hors-texte (15). Le fac-similé est parfait.
    Les Métamorphoses d'Ovide en 11.995 vers et 15 livres réunissent et revisitent plus de 250 mythes grecs. Elles on été décrites comme une « encyclopédie de la mythologie classique ».
    Les eaux-fortes de Picasso hors-texte, centrées sur 15 mythes, sont d'une rare homogénéité, dans un style aux contours purs, et d'un érotisme discret. En revanche, les eaux-fortes qui se trouvent en tête des chapitres se libèrent des contraintes du texte et représentent des visages, des études de nu et une délicieuse litote du corps féminin (27e gravure). Ce livre a été imprimé le jour du 50e anniversaire de Picasso ; Christian Zervos a dit à son propos qu'il est d' « une beauté presque dorique ».

    Le fac-similé.
    Ce volume, en format 30,5 × 24 centimètres, est relié avec revêtement en papier et marquages à chaud, comme la première édition de 1931. Cet ouvrage sera contenu dans un coffret qui présentera, avec les Métamorphoses, une brochure illustrée racontant la naissance et l'histoire de ce livre mythique.

  • La découverte des plantes et des saisons à travers une sélection d'aquarelles de Pierre-Joseph Redouté exposées au musée de la Vie romantique (2017).

  • « On ne doit pas être surpris de ce que le Corps de la Mercerie est regardé avec tant de distinction, puisque c'est lui qui a toujours soutenu le commerce des Pays étrangers, n'y ayant gueres de contrées dans le monde, pour reculées qu'elles puissent être, où il n'ait penetré pour y porter le négoce de la France [...]. » Jacques Savary Des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce Acteur essentiel du commerce d'objets de luxe durant l'Ancien Régime, le marchand mercier parisien exerce une profession méconnue. Membre d'une corporation puissante, ce « marchand de marchandises » fait appel à des fournisseurs variés - orfèvres, bronziers, ébénistes, etc. - pour élaborer de remarquables pièces d'art et contribue au développement d'un système de consommation où la communication publicitaire prend toute sa place. Riche d'une centaine de reproductions et d'essais inédits, véritables enquêtes menées dans les archives, cet ouvrage souligne l'importance du rôle tenu par les marchands merciers parisiens au XVIIIe siècle et propose de découvrir les plus célèbres d'entre eux : Edme François Gersaint, Lazare Duvaux, Dominique Daguerre... À travers des biographies illustrées de dessins préparatoires et d'objets raffinés tels que vases, candélabres, commodes ou coffres à bijoux, c'est l'ensemble d'une corporation qui se révèle, attachée à la diffusion du « goût français ».

  • Les sociétés médiévales accordent une grande importance à la culture de l'obéissance, au respect de la tradition et au principe hiérarchique. Mais elles sont aussi régulièrement secouées par toutes sortes de rébellions, de dissidences ou de révoltes, voire par de véritables révolutions. Ces différentes figures de la contestation ont constitué un domaine de recherche majeur dans les années 1960-1970, porté par les vents de l'époque, avant d'être délaissés ou traités de façon plus parcellaire. À l'heure où les nouvelles recherches sur l'hérésie revisitent les rapports entre désobéissance et rébellion, où l'histoire intellectuelle réexamine la destinée de figures contestataires et où les grandes révoltes paysannes, urbaines ou nobiliaires suscitent un net regain d'intérêt, il convenait de rouvrir le dossier, sans nécessairement évoquer l'anniversaire de la Jacquerie paysanne de 1358, ni l'actualité brûlante du mouvement des « gilets jaunes ». C'est ce qu'a entrepris le XLIXe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public, réuni à Rennes en 2018. Les études rassemblées dans ce volume explorent ainsi tour à tour la manière dont les sociétés latines, byzantines ou musulmanes du Moyen Âge ont dit et défini les contestations, les motifs variés qui animaient dissidents ou révoltés, et les formes que prit la remise en cause de l'ordre établi, avant de s'interroger sur la fin des contestations et leurs effets par-delà leur dénouement souvent tragique et leur mémoire dissonante.

  • A l'appui de tableaux, affiches, photographies, plans et d'autres documents rares, cette exposition montre comment les Parisiens se sont en réalité accommodés, au cours des siècles, à la convergence des pouvoirs dans leur ville et comment ces pouvoirs avaient un impact sur l'organisation de la vie collective des quartiers.

  • L'ouvrage est consacré au triomphe des théâtres à Paris, durant la première moitié du XIXe siècle, depuis la Monarchie de Juillet jusqu'au Second Empire.
    Frémissant de tous ses succès, à la comédie comme à l'opéra, Paris s'est rapidement imposée parmi les premières scènes en Europe - bouleversée dans le même temps par des révolutions politiques et sociales de tous ordres - grâce aux écrivains, compositeurs, comédiens, danseurs et chanteurs qui avaient résolu d'y briller. Par leur génie, leur autorité, un sens inné de la dramaturgie - en littérature comme en musique - ces créateurs, acteurs, solistes, aussi inventifs que capricieux, ont incarné une modernité « romantique », qui, au-delà de ses racines mêlées, sut conquérir la plus exigeante des élites intellectuelles.
    Portraits, décors, études, souvenirs et reliques provenant du musée Carnavalet, plus de cent peintures, dessins, sculptures et objets d'art évoqueront le succès considérable qu'ont connus les genres, alors si novateurs, de la représentation au théâtre et à l'opéra, du drame et du mélodrame, du grand opéra ou encore du ballet narratif.
    Textes de Daniel Marchesseau et Jean-Marie Bruson

  • Malgré les progrès constants de l'écrit, les sociétés latines, byzantines ou musulmanes du Moyen Âge restent très largement dominées par l'oral et les sons. La voix tient un rôle primordial au sein d'un paysage sonore dont l'étude a récemment bénéficié d'un regain historiographique et du croisement interdisciplinaire avec l'anthropologie, la musicologie, l'archéologie, l'architecture, l'art ou la littérature.

    Le 50e congrès de la Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public a ainsi voulu mieux comprendre la production, les usages, la définition et les contextes d'emploi de la voix, plongée dans des configurations engageant autant la parole, le discours, la déclamation que le chant ou, à l'inverse, le silence ou la voix intériorisée. Les contributions s'intéressent à la présence et aux marques d'oralité dans l'écrit, à la musique et à sa "fabrique", aux paysages sonores, aux cris et émotions, aux rythmes, à la scansion et à la cantillation..., bref à tous les contextes et prétextes qui produisent la voix, l'accompagnent ou la mettent en scène, et à ce qui est reproduit, proféré, clamé ou tu par elle.

    Vingt ans après la rencontre de Gottingen, le congrès de Francfort rappelle également l'importance des échanges universitaires et historiographiques franco-allemands dans une ville profondément européenne et au riche passé historique.

  • L'art de la paix

    Collectif

    L'art de la guerre ne doit pas faire oublier l'art de la paix, un idéal qu'il convient de célébrer sans réserve. Si la diplomatie a ses secrets, elle a aussi ses fastes. Pour la première fois, cet ouvrage présente une sélection spectaculaire de traités de paix, parmi les vingt-cinq mille signés par la France et précieusement conservés au sein des archives du ministère des Affaires étrangères. Ces documents emblématiques de l'histoire de France sont aussi de véritables objets d'art, dotés pour certains de sceaux remarquables et de portefeuilles ouvragés.
    Mais les plus grands peintres ont également glorifié les traités mémorables et les alliances prestigieuses. L'ouvrage met en valeur ces magnifiques allégories et les représentations des cérémonies officielles, sans négliger pour autant les oeuvres plus critiques - caricatures, affiches militantes et toiles manifestes - qui illustrent l'engagement des peuples.

  • Catalogue réunissant des aquarelles rares de Pierre-Joseph Redouté qui démontrent la subtilité et l'habilité de sa technique. Ses oeuvres furent imitées dans le monde entier et ses images ont fleuri dans les livres, sur les objets d'art, le papier peint, ou encore dans les accessoires de mode.

empty