Livres en VO

  • Paris

    Collectif

    Covering Paris, this work features highlights of the city, including: Palais du Louvre, the streets of the Marais, Sacre Coeur and Montmartre, the Latin Quarter, Jardin du Luxembourg, Musee National d Orsay and the Eiffel Tower. It is ideal for pleasure seeking city breakers.

  • « Diseur d'obscénités » pour Épictète, « pourceau » pour d'autres, Épicure a suscité des débats acharnés. Appel à la libération individuelle vis-à-vis des craintes et des illusions, attaque en règle de la superstition, sa philosophie était peut-être trop novatrice. Elle passa à la postérité grâce au De rerum natura de Lucrèce, et à la Vie d'Épicure de Diogène Laërce qui retranscrit les Abrégés philosophiques du maître et ses Maximes capitales - avant que la découverte, à Herculanum, d'une bibliothèque philosophique ne fasse resurgir d'autres écrits épicuriens. Ce volume s'ouvre sur l'indispensable témoignage de Diogène Laërce, puis il offre, pour la première fois en français, une traduction des fragments retrouvés de La Nature d'Épicure. Suivent les recueils de témoignages et de fragments relatifs aux disciples de la première génération (Métrodore, Hermarque.), dans une présentation identique à celle du volume que la Pléiade a consacré aux Présocratiques. Des disciples du Jardin qui fleurirent au tournant des IIe-Ier siècles avant notre ère, on donne les quelques textes, de Zénon de Sidon, de Philodème, qui nous sont parvenus, et bien entendu le poème de Lucrèce, ici publié dans une nouvelle traduction. En contrepoint s'impose le témoignage de Cicéron, un des principaux détracteurs de l'épicurisme. Enfin, on s'attache à l'épicurisme des Ier-IIIe siècles, connu surtout à travers des témoignages (Plutarque, Sénèque, Galien). Le volume se clôt sur Diogène d'oenoanda qui voulut donner à lire aux habitants de sa cité les préceptes épicuriens en les gravant sur un mur. Ainsi nous est restituée la philosophie épicurienne, avec laquelle s'est constituée toute une dimension de la modernité.

  • Paul Sérusier, né le 9 novembre 1864 à Paris, et mort le 7 octobre 1927 à Morlaix, est un peintre postimpres- sionniste français, associé au mouvement des nabis.

    « Il est une notion sans laquelle aucun être animé, même le végétal, ne pourrait exister : c'est celle de l'équilibre. » Paul Sérusier

  • La « courtoisie » apparaît dans le royaume de France au XIIe siècle. Signe d'un nouveau raffinement moral, elle représente le modèle éthique, érotique et esthétique, l'art de vivre et d'aimer des aristocrates.
    Cette anthologie rassemble les textes les plus connus de la littérature amoureuse du Moyen Âge (XIIe-XVe siècle). Elle évoque les amants célèbres que furent Tristan et Yseut, Lancelot et Guenièvre..., leurs rêves, leurs phantasmes, leur idéal amoureux. Illustré par des textes appartenant à des genres variés - chansons des troubadours et des trouvères, « sottes chansons », chansons de geste, lais, romans, fabliaux... -, l'amour courtois est étudié dans toute sa diversité, de sa naissance à sa démystification.
    Ce florilège permet de mieux comprendre pourquoi l'amour courtois exerce encore de nos jours une profonde influence sur nos moeurs et notre imaginaire sentimental. Qui n'a pas rêvé en effet d'un preux chevalier ou d'une gente dame ? Qui n'a pas aspiré à cet amour délicat, fidèle, tendre et sensuel, qui comble les coeurs et les corps ?

  • Paris années folles

    Collectif

    La parenthèse euphorique des Années folles s'ouvre en 1919 alors que les canons de la Grande Guerre ont à peine cessé de tonner ; elle se ferme dans le fracas du krach boursier de 1929. Dans cet intervalle, Paris s'enflamme et les déferlantes du jazz et du charleston bousculent tout sur leur passage. On rit chez Maxim's, à La Rotonde, à La Coupole, au Boeuf sur le toit... Joséphine Baker triomphe seins nus dans la « Revue Nègre » tandis qu'à peine plus habillés les corps s'agitent au Jockey ou au Magic City, s'exposent au soleil en bord de Seine. Sur les quais, les automobiles remplacent les chevaux.
    Les plus grands photographes de l'époque - Lartigue, Kertész, Branger, Boyer, Savitry, Atget, Harlingue - donnent à voir cette modernité à travers des clichés saisissants de vie. Paris est une fête !

    The cannons of the Great War had barely ceased fire when the Roaring Twenties began in 1919. The Stock Market Crash in 1929 hailed the end of this euphoric chapter when Jazz and the Charleston dance craze took Paris by storm. Great fun was had at Maxim's, La Rotonde, La Coupole, Le Boeuf sur le Toit. A bare-breasted Joséphine Baker performed on stage in the «Revue Nègre» while over at Le Jockey or Magic City, a little less scantily clad dancers shimmied the night away, people sunbathed on the banks of the Seine and automobiles replaced horse-drawn carriages.
    Such modernity was documented by the era's top photographers - Lartigue, Kertész, Branger, Boyer, Savitry, Atget, Harlingue - who present us with images that are so full of life. It's plain to see Paris really was a Moveable Feast!

  • Il s'agit ici de la traduction de trois poèmes préislamiques, trois questions qui nous mènent de l'histoire même de la poésie arabe préislamique à son interprétation, anthropologique ou mythologique. Le cédrat, c'est le fruit à l'odeur pénétrante, métaphore de la femme en son palanquin, qu'Alqama b. 'Abada évoque dans son poème en mîm ; la jument, c'est la monture de l'aïeul que Khidash ibn Zuhayr invoque dans sa Mujamhara comme le symbole de la foi jurée ; la goule, c'est le cryptide associé à Ta'abbata Sharran, qui, dans un poème en lâm, raconte l'avoir rencontrée et tuée.

  • Une exposition consacrée à S. Hicks, figure légendaire de l'art textile. Sa vie et son oeuvre sont retracées, à travers 150 oeuvres étalées sur six décennies de création.

  • Anglais A Paris walking guide

    Collectif

    Be your own guide to the city's history, with 20 walking tours - one for each arrondissement - mapped out step by step.
    As you stroll, look up and appreciate intriguing architectural details. Wander off the main streets into peaceful courtyards and passageways. Admire the fine mansions and churches. Discover clues to the Paris of yesteryear and the illustrious characters - Molière, Chopin, Picasso - who called it home.
    The true Paris awaits you. To find it, all you have to do is venture through a gate, into a courtyard or down a narrow street.

  • Du haut de ses 324 mètres, la tour Eiffel est un symbole. Celui de Paris et de la France, bien sûr, mais aussi celui d'une modernité toujours renouvelée.

    Depuis sa naissance, la tour Eiffel est un défi technique lancé à la face du monde. Une prouesse d'architecture et d'ingénierie qui a su, au fil des révolutions technologiques, culturelles et sociales, s'adapter et rester en phase avec son époque. Expression du génie industriel français lors de sa construction, elle concentre dans sa structure métallique, aujourd'hui encore, le meilleur de ce que la France a à offrir au monde.

    La tour Eiffel, c'est aussi la Dame de fer, la Parisienne. Séductrice, apprêtée par les hommes et les femmes de la Tour, elle s'offre aux visiteurs et les conquiert depuis 130 ans. Universelle, elle rayonne à travers le Monde. Artistes et créateurs internationaux s'en emparent. Elle incarne des valeurs fortes de liberté et de paix.

    Ce sont ces deux aspects, ces deux univers - technique et universel - qui articulent le l'ouvrage. Dans la forme, le livre est réversible et s'ouvrir des deux côtés afin d'exprimer, coté recto les coulisses du monument (les prouesses techniques) et coté verso, la scène, l'icône (le monument incarné). Le livre a donc deux angles, deux sens de lecture et deux couvertures qui rendent compte graphiquement de ces regards sur la Tour.

  • Anglais D-day and the battle of Normandy

    Collectif

    • Orep
    • 1 Septembre 2004

    From the decision to land in Normandy up to the closing of the "Falaise Gap" this work describes the different phases of the Battle : strategy, diversion, the multiple operations undertaken, the sectors chosen for landing, the Armed Forces and their mission in each case. Maps trace the Army Corps and Units and their advance in the course of the Battle. A concentrated and instructive work on the main stages of the Battle of Normandy.

  • Le Conseil départemental de l'Aube, largement investi dans la sauvegarde du patrimoine, a ouvert en 2013 l'espace de préfiguration de la Cité du vitrail afin de témoigner de la richesse exceptionnelle des vitraux de l'Aube et a pour objectif de devenir un lieu de référence dans le domaine du vitrail. En témoigne l'accueil des premières rencontres internationales du vitrail contemporain qui ont eu lieu le 20 et 21 novembre 2015.

    Ces journées ont eu pour ambition de sensibiliser un large public au vitrail contemporain en mettant particulièrement l'accent sur l'art du dernier quart du XX e et du XXI e siècle. Faire aimer ce patrimoine en donnant des clés pour sa compréhension, montrer comment son expression est au coeur de l'actualité artistique internationale, attirer l'attention sur la nécessité de le préserver dans sa matérialité mais aussi dans sa mémoire, susciter une curiosité qui donnera envie de voir les oeuvres in situ dans leur cadre architectural.
    Cet ouvrage se fait le témoin des recherches mais aussi des questionnements liés au vitrail contemporain et plusieurs spécialistes apporteront dans cet ouvrage leurs visions en donnant, dans un premier temps, leurs points de vue sur la création contemporaine en France, puis en l'étendant à l'international pour enfin prendre l'exemple du projet audacieux de David Tremlett pour l'église Saint- Pierre- et-Saint- Paul de Villenauxe-la- Grande (Aube).
    Pour étayer le propos, une large place est accordée aux illustrations afin de mettre en lumière la beauté de la création contemporaine.

  • Lapita : au coeur du Pacifique, ce nom insolite et méconnu est celui d'une civilisation établie depuis près de 3000 ans, en Nouvelle-Calédonie et au Vanuatu. En moins de quatre siècles, sa culture, sa langue et ses traditions se sont disséminées sur 4500 km.
    Cette « vague » lapita est caractérisée par deux éléments marquants : l'introduction par les colons dans cette région du globe des langues austronésiennes (deuxième famille de langues du monde), et une tradition céramique très spécifique. D'une homogénéité exceptionnelle, les poteries lapita sont ornées de décors mêlant motifs géométriques et formes humaines ; cet ensemble cohérent constitue un véritable marqueur archéologique de la progression des peuples de langues austronésiennes dans le Pacifique sud-ouest.
    Depuis un siècle, des générations de scientifique ont travaillé dans cette zone du Pacifique, identifiant environ 200 sites dont chacun a révélé des traces de la culture Lapita.
    La qualité exceptionnelle des décors peints sur ces poteries vieilles de trois millénaires a attisé l'intérêt du grand public pour ces vestiges disséminés sur un territoire grand comme l'Europe.
    Le catalogue montre l'évolution des formes et des décors, mais aussi leur héritage à travers les graphismes traditionnels océaniens.

  • Historien de l'architecture, professeur à Harvard, grand spécialiste d'Henri Labrouste et de Frank Lloyd Wright, Neil Levine, a fait don au musée d'Orsay d'une collection exceptionnelle de plus de 300 dessins d'architecture.
    Le musée d'Orsay exposera cette donation dans ses salles de septembre à fin novembre 2016, la fragilité des oeuvres sur papier interdisant toute exposition au-delà de 3 mois. A cette occasion, le musée d'Orsay et les éditions Hazan publient un ouvrage retraçant l'itinéraire de ce collectionneur hors du commun, dont la contribution à la redécouverte de l'architecture du XIXe siècle fut essentielle, et présentant les plus belles pièces de cette donation.
    Premier volume d'une nouvelle collection dévoilant les oeuvres graphiques (dessins, photographies, architecture...) du musée d'Orsay, rarement exposées en raison de leur fragilité.

  • Tina Modotti

    Collectif

    • Silvana
    • 1 Juillet 2014

    Tina Modotti (Udine, 1896 - Mexico, 1942) - actrice, photographe, muse d'artistes tels qu'Edward Weston et Diego Rivera, activiste politique, pamphlétaire - a vécu en protagoniste les événements les plus signifi catifs de la première moitié du XXe siècle : à savoir la vivacité culturelle de la Renaissance mexicaine, la révolution cubaine, la période héroïque de l'Internationale communiste, au cours de laquelle son crédo politique se traduisit par des actions audacieuses, voire périlleuses et hors-normes.
    Cet ouvrage dresse un portrait vivant et articulé d'une femme extraordinaire, à travers près de cent photographies où la recherche d'une absolue perfection formelle se conjugue à la capacité d'adhérer avec ténacité et passion aux pulsations de la vie.

  • Ouvrage collectif sous la direction scientifique de Carine Fol, docteure en histoire de l'art, spécialiste de l'art brut.

    Textes de Patrick Allegaert, Docteur Bâton, Christian Berst, Baptiste Brun, Yolande De Bontridder, Aliénor Debrocq, Arnout De Cleene, François Delvoye, Anne-Marie Dubois, Savine Faupin, Johann Feilacher, Carine Fol, Bruno Gérard, Sarah Lombardi, Bart Marius, Pierre Muylle, Laura Neve, Thomas Röske, Robert Sterck, Sam Steverlynck, Ton Thelen, Hans Theys, Yves Vasseur, Tatiana Veress et Pascale Viscardy.
    Publication à l'occasion de l'exposition MONSens dans le cadre de « Mons 2015 - Capitale européenne de la Culture » À travers les contributions des directions des plus grandes collections d'art arut européennes (Prinzhorn Sammlung, Heidelberg - LAM, Villeneuve d'Ascq - Hôpital Sainte-Anne, Paris - Haus der Künstler, Gugging - Museum Dr. Guislain, Gand - MADmusée, Liège - art & marges musée, Bruxelles), cet ouvrage propose une approche historique et critique de l'art arut et « outsider » ainsi qu'un large choix d'oeuvres emblématiques et originales.

  • De juillet 2016 à janvier 2017, la Fondation Cartier pour l'art contemporain présente Le Grand Orchestre des Animaux, une exposition conçue à partir du travail de Bernie Krause. Bio-acousticien, scientifique et musicien américain, Bernie Krause a, depuis près de cinquante ans, collecté plus de 5?000 heures d'enregistrements sonores d'habitats naturels sauvages, terrestres et marins, incluant plus de 15?000 espèces animales. L'approche de Bernie Krause est unique. Il révèle la beauté et la complexité des vocalisations animales aujourd'hui menacées par l'activité humaine, et nous conjure de tendre une oreille attentive avant que le silence ne s'installe au coeur du grand orchestre des animaux. L'exposition invite le public à écouter une sélection des plus beaux enregistrements réalisés par Bernie Krause en Afrique, en Amérique et au plus profond des océans, à travers une expérience émotionnelle et sensorielle hors du commun.
    Dialoguant silencieusement avec le grand orchestre de Bernie Krause, des oeuvres d'artistes contemporains offrent une réflexion visuelle sur notre rapport au monde animal et sur la place de l'animal dans nos sociétés humaines. Exploration sonore et visuelle du monde naturel, l'exposition Le Grand Orchestre des Animaux plonge le public au coeur de la beauté du monde naturel et propose une réflexion sur les grandes questions environnementales du XXIe siècle et sur les raisons qui ont mené l'homme à entrer dans ce que l'on appelle aujourd'hui la « sixième extinction ».
    Le catalogue publié à cette occasion constitue une exploration esthétique, scientifique et philosophique du monde animal. Il propose au lecteur de découvrir le travail de Bernie Krause et de mener une réflexion sur les enjeux liés à la préservation de la biodiversité à travers de nombreux textes de spécialistes. Réunissant photographies, cartes, schémas, sonogrammes ainsi que les oeuvres des artistes présentés dans l'exposition, cet ouvrage est un véritable manifeste pour la sauvegarde de la beauté des écosystèmes.

  • L'artiste d'origine coréenne Lee Ufan est l'invité du Château de Versailles en 2014. Il succède à Giuseppe Penone.
    Dans le château et dans les jardins, les formes sculpturales intenses et silencieuses de l'artiste vont se poser au pied de l'Escalier Gabriel, dans la perspective majestueuse dessinée par Le Nôtre ainsi qu'au détour des allées et des bosquets, modifiant pour un temps l'atmosphère des lieux.
    L'artiste installe une dizaine d'oeuvres, toutes nouvelles et pour certaines aux dimensions inusitées.
    Derrière leur vocabulaire formel réducteur, il en émane une réelle diversité, certaines configurations étant complètement inédites dans son oeuvre. L'exposition marque un événement important dans la sculpture de Lee Ufan confrontée à ces lieux exceptionnels.
    D'abord écrivain et philosophe, Lee Ufan est le théoricien du mouvement d'avant-garde Mono-Ha ("l'école des choses"), courant artistique japonais qui s'est développé dans les années 1970. Il se rapproche de l'Arte Povera.
    Les sculptures de Lee Ufan se présentent comme des mises en relation de pierres ou de bois choisis dans la nature et de matériaux industriels.
    Calligraphe et sculpteur, philosophe et plasticien, il impose le calme de l'esprit au monde contemporain agité. Il crée presque tout avec presque rien. Dessinant sur le sol l'ombre autour d'une pierre dans une étonnante sculpture de vide et de plein, d'ombre et de lumière. Un magicien de la sérénité qui trouve son public en ces temps de frénésie matérialiste.
    «Je m'appuie toujours sur la formation traditionnelle reçue dans ma jeunesse dont le mode expressif et productif commence avec la concentration, un souffle ample et stable, pour donner lieu à la rencontre des formes organiques de la pensée, de la main, du pinceau, des couleurs, de la toile, de l'air et du temps.» "Les roches... que l'on trouve dans la nature sont en général très vieilles... Ces roches naturelles sont des blocs de temps incalculable et ont une existence spatiale difficile à fixer. Chaque région a ses pierres. à première vue, elles se ressemblent toutes, mais cela dépend. Selon l'époque...., la nature du terrain, l'environnement, les pierres varient. Même si leur composant est identique, elles ont des caractéristiques différentes.... Depuis longtemps, je crée des sculptures en empruntant des pierres naturelles, mais mes oeuvres diffèrent selon la région de l'exposition et l'espace. Il y a une grande différence de conception de la nature entre les jardins traditionnels de l'Extrême-Orient, aux paysages "empruntés", et celle de l'Europe, qui considère la nature comme une partie d'un matériau d'architecture. Les sensations que procure la pierre diffèrent selon qu'elle se trouve dans un espace rural ou urbain. Qu'elles soient installées de la même façon, qu'elles soient de la même taille ou de la même forme, en fonction de la caractéristique du lieu de l'exposition, les pierres ne se ressembleront pas". Lee Ufan

  • Entre 1945 et 1963, Jean Dubuffet entreprend de documenter sa collection d??uvres d?Art Brut en la faisant photographier. Il fait appel à des professionnels de la photographie d?art, reconnus dans le cercle parisien, comme Henry Bonhotal ou Emile Savitry. Mais il fait également même titre que l?Art Brut. Citons notamment des ?uvres d?art populaire ou d?art naïf, des grahiques provenant des îles Salomon.
    Dubuffet réunira ces photographies d??uvres de plus d?une centaine de créateurs, y compris des anonymes ? notamment Gaston Chaissac, Aloïse Corbaz, Joseph Crépin, Auguste Forestier, Lausanne.
    Classées par auteur, ces images documentent aussi bien des peintures, des dessins, des broderies, des sculptures que des collages. En constituant cette banque d?images entre 1945 et 1963, Dubuffet réunit et fait dialoguer des formes d?expression très diverses de son époque, l?art et de la culture artistique.
    Édition en fac-similé des Albums photographiques de Jean Dubuffet accompagné d?un cahier introductif rassemblant des textes de spécialistes : une préface de Sarah Lombardi, directrice de la Collection de l?Art Brut, et des textes de Baptiste Brun, Nicolas Garnier, Karoline Lewandowska, Jean-Hubert Martin, Jérôme Pierrat et Michel Thévoz.

  • En 1900, l'Exposition universelle attire cinquante millions de visiteurs ; au-delà de cette enceinte éphémère, c'est la capitale des arts, de la culture et des plaisirs que sillonnent les foules. Le mythe se forge d'un Paris exceptionnel, hors normes, dont les grands monuments sont l'expression en même temps que le symbole. Et les cartes postales multiplient à l'infini leur image comme autant de souvenirs d'une ville idéale.

    In 1900, the Universal Exposition drew fifty million visitors to Paris. Flowing outside the enclosures of the short-lived exhibition, these crowds also wandered through the capital of arts, culture and pleasure. The myth of an exceptional Paris was forged, an extraordinary place both expressed and symbolized by its great monuments. And countless postcards multiplied their images to generate just as many souvenirs of this dream city.

  • Pour ce livre, les archives du Ministère des Affaires étrangères ont ouvert leurs fonds consacrés à la Chine depuis les premières représentations diplomatiques au XVIIIe siècle jusqu'à nos jours. C'est dans ce très riche matériau que 26 auteurs, universitaires, diplomates, archivistes, ont puisé pour évoquer, à travers une sélection de documents inédits, les personnalités qui ont fait de leur séjour en Chine plus qu'une mission, une expérience profondément enrichissante. De Chrétien Louis-Joseph de Guignes (1783) à André Malraux, en passant par Paul Claudel, Saint-John Perse et d'autres moins connus, c'est leur expérience de la Chine, sentimentale ou positiviste, scientifique ou littéraire, érudite ou inventée, que ce livre s'attache à restituer, à partir d'une évocation des personnalités devenues à l'issue de leur séjour passeurs de culture d'un monde à l'autre.

    Témoignage des liens culturels anciens entre la France et la Chine, l'ouvrage, destiné aussi bien aux lecteurs français qu'aux lecteurs chinois, est bilingue français-chinois.

empty