Caroline Rose

  • L'île de la Cité offre aux yeux du promeneur un des plus beaux joyaux du monde : Notre-Dame de Paris. Si la chronologie de la construction est difficile à établir, les auteurs invitent à redécouvrir le long travail qui a façonné la cathédrale : genèse, empilement des monuments successifs, édification lente et périlleuse...L'île de la Cité offre aux yeux du promeneur un des plus beaux joyaux du monde : Notre-Dame de Paris. Si la chronologie de la construction est difficile à établir, les auteurs invitent à redécouvrir le long travail qui a façonné la cathédrale : genèse, empilement des monuments successifs, édification lente et périlleuse...

  • Quand Salah Stétié évoque le Liban, c'est en fils de la terre d'éden et d'exil dont il fut l'ambassadeur, en « fils de la parole » (titre de l'un de ses essais), de l'écriture, du livre et de la poésie. Réminiscence de toutes les saveurs et résonance de tous les mythes, « ce Liban étroit, adossé à sa muraille rocheuse comme une marche de la mer », est « d'abord un paysage », un paradis toujours menacé par les affres de l'histoire, terre foisonnante de paradoxes nés de coexistences tendues, de débordante vitalité. Aussi l'auteur joue-t-il sans cesse des échos et des correspondances, brisant les fils convenus de la chronologie et de l'itinéraire, pour composer un monde, un microcosme dont toutes les facettes se reflètent et, dépassant la couleur locale, renvoient à notre destin. Voici, présentés en savants contrepoints, Abraham et sa longue descendance de prophètes et de patriarches ; les conquérants contrecarrés, Assyriens, Macédoniens, croisés ; l'invention, avant la Grèce, des cités-États, Tyr, Sidon, qui essaimèrent jusqu'à Carthage et à Cadix, et celle de l'écriture alphabétique dont le principe et la graphie se retrouvent jusqu'au Sahara (tifinagh), au Yémen (sabéen), à la Russie (cyrillique). Beyrouth, « ville de tous les conflits et de tous les dialogues », phénix sorti des ruines, vibrante de son luxe, de sa jeunesse, de ses universités, de ses dix-sept confessions, les mosquées jouxtant les églises. Monastères troglodytiques dans la vallée sainte de la Kadisha, majesté du mont Sannine sous la neige, des cèdres du mont Barouk, de la baie de Jounieh, la plus belle du monde selon Renan ; splendeur des sites de Baalbeck, de Tyr et de Byblos, stature imposante du château Saint-Gilles, des ruines du château Beaufort, souks ombreux de Tripoli et de Beyrouth... Douceur des oliveraies et des vignes du pays « de lait et de miel » que la Méditerranée éclaire, ouvrant le Liban vers l'extérieur, sur le commerce et sur le monde.

  • Retrouver le génie de la Ville impériale et des premiers temps du christianisme dans le foisonnement d'églises de la Rome pontificale, centre du monde chrétien, tel est le dessein du latiniste Pierre Grimal.
    L'" Eglise " est l'assemblée des fidèles, le " dôme ", leur maison et la " basilique ", le Palais du Seigneur. Ces filiations évidentes inspirent la construction des édifices sacrés et orientent leurs fonctions : grandes basiliques constantiniennes, comme Saint-Clément ou Saint-Jean-de-Latran, construites pour rassembler les fidèles ; églises à plan circulaire et de modestes dimensions, telles Sainte-Constance et Santo Stefano Rotondo, dédiées à un martyr, lieux d'oraison et de recueillement dont les dômes figurent symboliquement la voûte céleste ; jusqu'aux églises de prédication qui célèbrent, après le concile de Trente, le triomphe de l'Eglise dans le siècle.
    Le livre déploie les variations et les métamorphoses de cette typologie fondamentale dans un puissant raccourci de l'histoire de la Chrétienté, avec ses bouleversements, ses schismes, ses évolutions spirituelles qui rénovent et sans cesse renouent le dialogue avec le Divin. Marbres blancs et colorés, lignes calmes des perspectives lumineuses ou brusques contre-plongées dans les volutes, ellipses, cercles de l'exubérance baroque, les séquences photographiques exposent ce que l'analyse explique : chaque église de Rome est un monde particulier où se conjuguent l'intimité du recueillement et l'exaltation glorieuse.

  • Sont pas intéressés à l'architecture municipale. " Etapes, géographie, chronologie de la construction des mairies en France, c'est le type de problème qu'il serait fort important de traiter, écrit pourtant Maurice Agulhon, mais la dispersion de la matière a découragé les historiens, géographes et ethnologues. " L'urbanisation, dont nous vivons la phase critique avec la disparition progressive du monde rural, a été le phénomène majeur de l'évolution des sociétés d'Europe occidentale. A-t-elle pesé sur l'histoire de l'Europe au point d'en déterminer la périodisation ? Il est de fait que le sujet que nous traitons s'accommode assez bien des divisions traditionnelles de l'histoire, typologie et chronologie y cheminant de concert : la période des invasions dont il ne reste que quelques fondations arasées, le Moyen Age qui voit naître les maisons communes, puis l'âgé d'or de l'hôtel de ville entre la Renaissance et la Révolution, le XIXe siècle durant lequel les communes rurales se dotent de constructions modestes auxquelles s'applique le terme de mairie, tandis que les villes les plus dynamiques construisent de grands hôtels de ville ; enfin le XXe siècle, caractérisé par les reconstructions d'après guerre, le régionalisme, et l'absorption des fonctions municipales dans des maisons du peuple multifonctionnelles.

empty