Etienne Taillemitte

  • La France possède les plus longues frontières maritimes d'Europe.
    Pourtant, elle a entretenu avec la mer des rapports difficiles, souvent fondés sur l'ignorance et l'incompréhension. Ainsi les Français, depuis le Moyen Age, ont sous-estimé le rôle des océans dans le développement des civilisations et ne sont entrés que tardivement dans la course aux grandes découvertes. Alternant la construction de flottes puissantes sous Louis XIV, Louis XVI ou la IIIe République et le renoncement à une vraie ambition maritime, la France, en dépit de beaux succès obtenus par des marins hardis, n'a jamais pris conscience que son avenir était aussi sur l'eau.
    L'histoire de la marine française est faite de cette succession d'élans et d'abandons. Elle est aussi une histoire d'hommes aux prises avec l'aventure.

  • La fayette

    Etienne Taillemite

    • Fayard
    • 27 Septembre 1989

    Les jugements tranchés des contemporains ont longtemps inhibé les historiens devant la figure du " héros des deux mondes "; longtemps aussi la dispersion des papiers relatifs à un homme qui a beaucoup écrit et s'est énormément raconté a empêché tout travail vraiment scientifique (les Américains, en 1977, en ont entrepris une publication systématique). Last but not least, les idéologies enfermant la Révolution et ses acteurs dans des schémas simplistes ont mis deux siècles à voler en éclats. Comment s'étonner de n'avoir disposé jusqu'à présent sur la vie de La Fayette que de chroniques plutôt que de biographies donnant les véritables clefs de son rôle historiqueoe On le sait, il a " fait l'événement " à quatre reprises au moins: indépendance américaine, préparation et déclenchement de la Révolution, déchéance de Napoléon, établissement de la monarchie de Juillet. Mais surtout il a tenté de donner aux idées des Lumières une incarnation modérée, " possibiliste ", et c'est elle qui, par-delà son échec immédiat, l'a emporté: la Constitution efficace qu'il prône en 1790-91 n'est après tout pas très éloignée de celle de... 1958, et son combat pour la régionalisation et la décentralisation administrative a triomphé... en 1982. Ces deux points relèvent d'ailleurs d'une conception plus large de la liberté, qui n'a rien perdu de son actualité: émancipation des esclaves, libération des peuples opprimés, absence de l'Etat en économie.

    Aux yeux des hommes du XXe siècle finissant, la générosité, l'ardeur, l'honnêteté morale de La Fayette rachètent au centuple sa vanité, sa naïveté, son défaut de lucidité politique et de jugement sur les hommes. Plus que jamais, il demeure une statue du Commandeur, une conscience de la Liberté, et son prestige, déjà grand au XIXe siècle, n'a cessé de s'accroître aujourd'hui.

    Longtemps conservateur en chef aux Archives nationales, spécialiste de l'histoire maritime et coloniale, membre de l'Académie de marine dont il a été président, Etienne Taillemite est aujourd'hui inspecteur général honoraire des Archives de France. Il a publié un monumental Dictionnaire des marins français et établi la première édition complète des Journaux de Bougainville.

  • Surcouf, Cousteau, de Grasse, Bougainville, Monge, Duguay-Trouin, Cartier, Tabarly, Richelieu, Baudin, La Motte-Picquet, Suffren, Leygues, Bart, Vauban, Duquesne, Gauguin, Lapérouse, Kerguelen, Tourville, D'Entrecasteaux, Loti, Coligny, Garnier, Colbert...
    Depuis près de cinq siècles, ces hommes et tant d'autres, qu'ils aient été combattants, ministres, explorateurs, écrivains, administrateurs, scientifiques ou artistes, ont écrit les plus belles pages de l'histoire maritime française. Ces personnalités aux destins passionnants méritaient de figurer dans un ouvrage de référence. C'est l'objectif que s'est fixé Etienne Taillemite en nous proposant ce dictionnaire.
    A travers près de mille portraits, puisés aux meilleures sources, il nous fait revivre les grands épisodes de l'aventure maritime française, sur le plan de la politique générale comme sur celui des opérations militaires auxquelles la marine a été mêlée. Il met également en lumière certains aspects méconnus des activités de la flotte : missions diplomatiques, contribution à la recherche scientifique, grandes découvertes, missions à caractère humanitaire, etc.
    Cette nouvelle édition du Dictionnaire des marins français, totalement revue et augmentée de plus de cent cinquante portraits, apparaît véritablement comme l'ouvrage incontournable sur le sujet.

  • Non, aussi surprenant que cela puisse paraître, tout n'a pas été dit sur Louis XVI.
    Si les affaires de l'Etat l'assommaient, la géographie et les explorations maritimes le passionnaient. Lui qui fut le moins militaire de nos rois s'attacha à reconstituer une marine forte. Alors que son maître mot en politique était attendre, il prit des décisions capitales en engageant la France dans la guerre d'indépendance américaine. L'évocation de l'outre-mer l'arrachait à son univers quotidien envahi de soucis multiples et lui offrait, par le rêve et l'imaginaire, un échappatoire au monde clos et étouffant de la cour.
    Homme du passé, obsédé par le maintien des traditions d'un monde qu'il aurait souhaité immuable, Louis XVI ne conçut curieusement la modernité que pour cette marine qui était, par essence, mouvement et ouverture sur le Nouveau Monde.

  • Si depuis la fin du Moyen Age l'Europe a manifesté une vocation marquée pour l'exploration et l'appropriation du monde, la France (probablement en raison du désintérêt du pouvoir politique) est demeurée à l'écart des Grandes Découvertes, et sa participation à la connaissance géographique des océans est relativement modeste au Grand Siècle.
    Mais le rattrapage fut brillant aux XVIIIe et XIXe siècles. L'Encyclopédie, la mise en place d'institutions scientifiques nouvelles, l'élaboration de programmes complexes et ambitieux, la collaboration des marins et des savants, la conception de bâtiments mieux adaptés aux navigations lointaines ainsi qu'une meilleure organisation des conditions de vie à bord permirent aux Français de multiplier les expéditions. Les Bougainville, Lapérouse et autres Dumont d'Urville ont découvert des îles par centaines, établi des routes maritimes par dizaines, jeté les bases d'une exploration systématique de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l'Antarctique et de beaucoup d'autres terres.
    Cet ouvrage met en relief la figure d'hommes pour certains injustement oubliés mais qui, animés d'un courage exceptionnel dans un environnement difficile, réalistes, curieux, ouverts, ont accumulé une extraordinaire somme d'observations géographiques comme géologiques, botaniques et zoologiques - les collections qu'ils ont rapportées, par exemple celles du Muséum, sont uniques au monde. Les récits et les études qu'ils ont laissés s'inscrivent aussi parmi les premiers documents ethnographiques sur des peuples à la rencontre desquels ils sont allés le plus souvent sans esprit de conquête. Hostiles à une France repliée sur elle-même, soucieux d'écologie avant la lettre, ils ont également entrevu très tôt la nécessité d'une géopolitique étendue à l'ensemble du monde.
    L'épopée des marins français partis à la découverte du monde n'avait jamais été écrite dans sa totalité. Il fallait l'érudition et le sens du récit que l'on connaît à Etienne Taillemite, spécialiste de la marine et de la colonisation sous l'Ancien Régime, pour écrire une page aussi glorieuse que méconnue.
    Inspecteur général honoraire des Archives de France, membre de l'Académie de marine, auteur d'une remarquable biographie de La Fayette (Fayard, 1989), Etienne Taillemite est surtout célèbre pour ses travaux sur l'histoire de la marine et des explorations, et pour les inventaires d'archives qu'il a dressés (essentiellement marine et colonies). Il a, entre autres, publié Bougainville à Tahiti (1972), Tourville et Béveziers (1991), Sur des mers inconnues (coll."Découvertes"), etc.

empty