Frederick Cooper

  • Une démographie en pleine explosion, une croissance économique soutenue, l'Afrique est l'objet de toutes les attentions de la part des grandes puissances. Clair, concis, documenté, «L'Afrique depuis 1940» est un ouvrage indispensable pour comprendre son histoire contemporaine, mais surtout pour appréhender son avenir. Avec une approche à la fois chronologique et thématique qui jette un pont entre les périodes coloniale et postcoloniale, il aborde les questions économiques et sociales sur l'ensemble de la période 1945-2000 et montre qu'entre les sociétés africaines et le reste du monde se tenait un "État garde-barrière". Frederick Cooper permet ainsi de dépasser le débat stérile qui attribue les causes de la situation actuelle de l'Afrique soit à l'héritage colonial soit à une mauvaise gouvernance.

  • Pourquoi l'Afrique occupe-t-elle une place cruciale dans l'histoire mondiale ? Que voulurent réellement les Africains aux différents moments de leur histoire ? Quelles furent leurs résistances à la colonisation et au capitalisme, mais aussi leurs adaptations ? L'État-nation était-il la seule solution quand vint le temps de l'indépendance ? Avec cette fresque de l'Afrique, de ses connexions et de ses interactions avec les autres puissances depuis le XVe siècle jusqu'à nos jours, Frederick Cooper offre une réflexion passionnante sur la fin des grands empires coloniaux européens qui se lit également comme une histoire du monde.

    Spécialiste incontesté de l'Afrique et l'un des rares historiens à prendre en compte la période de l'indépendance, Frederick Cooper est professeur à la New York University. Son oeuvre, très influente en France aujourd'hui, est publiée chez Payot, notamment L'Afrique depuis 1940, Le Colonialisme en question, et, avec Jane Burbank, Empires. De la Chine ancienne à nos jours.

  • Cet écrit majeur a renouvelé la façon de penser les dominations coloniales. Plutôt que de raconter les colonisations d'un seul point de vue (celui de la métropole ou celui de la colonie devenue indépendante), Ann Laura Stoler et Frederick Cooper proposent en effet de les englober dans une histoire des empires qui permet d'étudier ensemble, dans leurs interactions réciproques, les dominants et les dominés. Les colonies n'étaient pas des espaces vierges qu'il suffisait de modeler à l'image de l'Europe ou d'exploiter selon ses intérêts ou ses désirs ; et les Etats européens n'étaient pas des entités autonomes qui, à un moment de leur histoire, se sont projetés outre-mer. Les unes et les autres se sont mutuellement construits. Un livre capital pour tous ceux que passionnent les sociétés coloniales.

empty