Marc Bloch

  • Cofondateur, en 1929, de la revue Annales, le grand historien Marc Bloch fut une des victimes de Klaus Barbie. Fusillé le 16 juin 1944 à Saint-Didier-de-Formans (Ain), près de Lyon, il laissait inachevé un ouvrage de méthodologie, Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien - sous-titré dans son plan le plus ancien ou Comment et pourquoi travaille un historien -, qui fut publié en 1949 par Lucien Febvre.  Avec la publication de cette nouvelle édition de l'ouvrage posthume de Marc Bloch, son fils aîné, Etienne Bloch, nous livre aujourd'hui le texte dans son intégralité et sans modification aucune. En effet, Lucien Febvre n'avait pu disposer, au lendemain de la guerre, de tous les manuscrits et avait, par ailleurs, procédé à quelques remaniements.  C'est dire combien cette édition est capitale : on y découvrira l'oeuvre dans sa forme intégrale, le travail d'un historien affirmant l'intérêt de l'histoire, légitimant une science historique, définissant des pratiques, des objectifs, une éthique, son « métier ».  On y redécouvrira aussi la modernité de cette réflexion, du regard porté sur l'histoire, cette « science en marche », cette « science des hommes dans le temps», grâce auquel se fonde l'espoir que «les sociétés consentiront enfin à organiser rationnellement, avec leur mémoire, leur connaissance d'elles-mêmes ».

  • « Ces pages seront-elles jamais publiées ? Je ne sais. Il est probable, en tout cas, que, de longtemps, elles ne pourront être connues, sinon sous le manteau, en dehors de mon entourage immédiat. Je me suis cependant décidé à les écrire. L'effort sera rude : combien il me semblerait plus commode de céder aux conseils de la fatigue et du découragement ! Mais un témoignage ne vaut que fixé dans sa première fraîcheur et je ne puis me persuader que celui-ci doive être tout à fait inutile. Un jour viendra, tôt ou tard, j'en ai la ferme espérance, où la France verra de nouveau s'épanouir, sur son vieux sol béni déjà de tant de moissons, la liberté de pensée et de jugement. ».

empty