Olivier Douzou

  • Pipeau

    Olivier Douzou

    • Rouergue
    • 10 Février 2016

    Suivons donc cet oiseau, il doit s'agir de Pipeau. Pipeau va se poser dans les pages pour nous faire découvrir de multiples objets et animaux construits avec la même forme de base : la pipe. À chacun de chercher, de compter, de reconnaître d'étranges têtes de pipe ; ici un crocopipe, là un pippopotame, et des tas de pipes qui viennent composer d'autres objets familiers.
    Mais Pipeau n'est pas l'oiseau, ce serait trop beau... Il s'agit bel et bien du chien qui se réveille à la fin.
    Pipeau est un hommage au célèbre tableau de Magritte sur la trahison des images et sur leur écart avec le réel.
    Pipeau raconte cette illusion, ou comment une forme basique peut s'interpréter de multiples façons.

  • Lola

    Olivier Douzou

    • Rouergue
    • 28 Septembre 2013

    Une vache sur le plancher des vaches, puis à laitage, puis encore un peu plus haut comme Jojo. Lola la vache avait une dent de lait qui s'est mise à bouger et qui a fini par tomber. Ses cornes aussi étaient de lait, comme sa tâche ; toutes ont fini par tomber. Son nez même était de lait, comme ses pattes ; seul son bidon n'était pas de lait. Une nouvelle histoire de vache qui se transforme : à l'instar de "Jojo" son ancêtre (1993), Lola fera sa métamorphose, son adolescence d'abord puis un grand voyage dans la voie lactée, dans cette nuit qui doit être de lait car elle n'arrête pas de tomber. Cet ouvrage-hommage à l'album fondateur du Rouergue raconte la croissance le provisoire et le définitif et l'éternité.  

  • Par ici

    ,

    Le voyage du minuscule à l'infiniment grand, au fil d'une rivière. Un filet se dessine, puis un ruisseau et tout se précise. On plonge, on dévale, on zigzague, on suit le cheminement de la rivière et des paysages qu'elle façonne. On peut la suivre du bout du doigt, la voir se transformer en suivant sa route depuis la source jusqu'à l'estuaire. Les images grouillent de détails. Le texte pourrait nous raconter les nombreuses petites scènes qui se déroulent dans l'image, mais c'est bel et bien une rivière qui nous parle et nous raconte son histoire, jusqu'à l'océan où elle perdra pied. Par ici ! Tout va en descendant et de plus en plus vite. Un courant qui va en s'élargissant et bientôt c'est l'eau qui envahit la double-page de l'album, quand l'espace sera océan. "Par ici" raconte le cheminement d'une rivière et  les paysages qu'elle façonne.

  • Tout sur les vers en vers, en vert, à revers, à l'endroit et à l'envers.
    Ce sont les vers qui traversent cet ouvrage dans toutes les figures de style imaginées par Olivier Douzou et illustrées par Anouk Ricard - ce qui ne gâte rien - Dans la veine des exercices oulipiens, ce livre propose une quarantaine de poèmes où se mêlent le verlan, l'argot, le palindrome, la contrepèterie, le calembour.
    Bref tout ce qui fait la saveur du langage et attire naturellement ces merveilleuses créatures tout-terrain que l'on appelle les vers.
    Anouk Ricard met en scène les créatures, les photographie, dessine, peint, tricote et répond aux mots avec un humour parfait.

  • Voici un catalogue d'arbres remarquables référencés ici pour la première fois.
    Une centaine d'espèces imaginées par deux auteurs-illustrateurs, Olivier Douzou et José Parrondo.
    Ici tout est à inventer, noms scientifiques, noms communs et bien entendu les formes et spécificités.
    Tout comme les grands explorateurs et leurs naturalistes chargés de retranscrire par l'image les découvertes effectuées, on peut voir dans Forêt-wood un catalogue d'espèces nouvelles.
    Les légendes associées aux douces consonances latines font écho à des nomenclatures scientifiques rigoureuses rapidement bousculées par l'humour et la dérision propres aux deux auteurs. Classer, ordonner dans une grande communauté des arbres imaginaires qui sont pour le moins inclassable, voici le propos de cet ouvrage. Cette forêt qui semble infinie est le rendez-vous entre l'art et la science qui ont tous les deux en commun l'imaginaire.

empty