Olivier Philippe

  • L'agence TER se caractérise par un tropisme étranger affirmé qui s'incarne dans une quantité de projets à l'international (Los Angeles, Shanghai...), par un investissement sur le long terme, par l'abord des très grands territoires (projet transfrontalier «Métropole verte», Belgique, Pays-Bas et Allemagne), enfin par une très forte dimension écologique.
    Cette agence prône un « urbanisme des milieux vivants », portant une attention fine à la géographie et à l'héritage des territoires, renversant la contrainte, notamment celle provoquée par l'eau, pour composer des projets liant les espaces et les hommes. La relation à la nature est au coeur de son approche, génératrice de spatialités différentes pour des espaces publics renouvelés, comme les « places-parcs », nouvelles centralités de la ville.

  • Une approche décalée de l'histoire de la peinture, illustrée par un commentaire en forme de zeugme littéraire, proposée par deux complices de l'Oulipo et de l'Oupeinpo. Une quarantaine de tableaux mondialement connus, détournés avec humour ; autant de zeugmes visuels (en page de gauche) accompagnés d'une variation littéraire humoristique (en page de droite) prétexte à expliciter l'ampleur des possibilités de cette figure de style reposant sur l'association de deux termes de nature différente. Une lecture à la fois cocasse et intelligente, dans la lignée des (Vraies !) Histoires de l'art (éditions Palette, 2012).

  • Filtres des identités, garantes des souverainetés, à la fois ponts et forteresses, les frontières ne se limitent pas à un poste de douane ou une ligne de barbelés. Si elles existent, ce n'est pas seulement parce que les hommes les ont arbitrairement décrétées, mais surtout parce qu'elles permettent aux cultures humaines de concilier pacifiquement le local et le global, le spécifique et l'universel. 60 chapitres et des cartes inédites pour comprendre toute la complexité de cette notion de "limite", du "limes" romain du Ier siècle, jusqu'au mur israélien du XXIe, des remparts de Carcassone à Check Point Charlie, du fond des océans au silence des espaces intersidéraux.

  • Aujourd'hui, que connaît-on de la diversité et de la richesse floristique de la région francilienne ? Cent ans après le Vade-mecum d'H-E Jeanpert, Philippe Jauzein et Olivier Nawrot proposent la Flore d'Ile-de-France, qui vient combler l'absence d'une information scientifique fiable sur la flore régionale.
    Au terme de cinquante ans cumulés d'herborisation, les deux auteurs ont entrepris un travail minutieux pour vérifier les herbiers, dépouiller l'importante bibliographie et valider la quantité colossale des données collectées. Ils présentent aujourd'hui, en deux tomes, une somme scientifique sans équivalent. Quels sont les principaux atouts de ce premier tome ? Plus de 1 600 espèces et sous-espèces illustrées et dotées de statuts (espèces indigènes, introduites, rares ou vulnérables) - c'est la première liste précise des statuts de tous les taxons d'Ile-de-France.
    Une nomenclature actualisée complète et une taxonomie pointue intégrant les dernières publications du groupe de travail référent mondial APG III (Angiosperm Phylogeny Group, version trois). Pour la première fois, une iconographie exhaustive de toutes les espèces, véritable outil supplétif pour la détermination. Plus de 1 500 cartes de répartition commentées. Environ 30 espèces nouvelles (jamais signalées historiquement).
    Près de 20 espèces considérées comme disparues, redécouvertes dans la région ! Le tout est mis en perspective dans une étude biogéographique autour d'une trentaine de petites régions écologiques. Le deuxième tome donnera des clefs de détermination originales. Flore de référence pour l'Ile-de-France, cet ouvrage complet, de haut niveau scientifique et amplement illustré, comblera un large public, du botaniste confirmé au passionné de nature.

empty