Stéphane Van Damme

  • Représentation urbaine en raison de l'agrandissement sans précédent des villes occidentales. Dignes héritières des puissantes cités de l'Antiquité, de Babylone, d'Athènes ou de Rome, les métropoles de la modernité sont hantées depuis la Renaissance par la possible fin de la civilisation urbaine.
    Pour donner à lire l'avenir, les hommes de sciences se tournent alors vers le passé et se lancent dans une quête inlassable des origines de la ville, sources de toute grandeur. L'archéologie urbaine qui se développe à Londres et à Paris entre le XVIIe et le XIXe siècle va ainsi constituer un véritable paradigme pour penser toute approche historique de la ville, de l'histoire physique à l'histoire matérielle, en passant par l'histoire visuelle.
    Science partisane, ce savoir conforte un nouvel imaginaire politique qui repense le lien entre appartenance et territoire à mesure que l'émigration urbaine s'intensifie et que les métropoles s'élargissent. Une identité métropolitaine s'invente alors. Ce livre-enquête déchiffre et restitue ce travail de mise en visibilité d'un devenir urbain, des recherches antiquaires aux musées de ville.

  • Savants, médecins, administrateurs, artisans et amateurs composent le monde des sciences à l'époque moderne. Des mathématiques mixtes au triomphe de l'histoire naturelle, de la cartographie à la question des races, de la philosophie naturelle à l'économie politique, et des jardins botaniques aux théâtres d'anatomie, les circulations sont nombreuses qui nous permettent d'enrichir les histoires disciplinaires.

    Mais cet ancien régime des sciences et des savoirs ne se limite pas à l'Europe, il s'embarque avec les marins, les marchands et les missionnaires, dans l'océan Indien, au Mexique, en Chine - à la conquête du monde.

    Ce premier tome propose une autre lecture du lien entre sciences et première modernité et permet d'en finir avec les représentations trop classiques de la « révolution scientifique ».

    Sous la direction de Stéphane Van Damme (Institut universitaire européen, Florence), cette somme magistrale en trois volumes de l'histoire des sciences et des savoirs, de leur fabrique et de leur diffusion transnationale, de la Renaissance à nos jours, réunie une équipe internationale composée des meilleurs spécialistes.

    Avec les contributions de R. Bertrand, J.-M. Besse, M.-N. Bourguet, P. P. Brioist, L. Daston, P. Dear, N. Dew, M.P. Donato, L. Hilaire-Pérez, I. Laboulais, P.-Y. Lacour, R. Mandressi, N. Muchnik, G. QUenet, F. Regourd, A. Romano, N. Safier, J.-F. Schaub, S. Sebastiani, J.B. Shank, M. Thébaud-Sorger, J. Waley-Cohen.

empty