Actes Sud Junior

  • Née dans l'Amérique de la ségrégation raciale, Angela Davis fut très tôt confrontée à l'exclusion. Cette prise de conscience précoce favorisa son engagement dans les mouvements de défense des Noirs mais aussi dans les mouvements pacifistes des années 1960 et 1970.   

  • Dans les années 1980, au moment où certains nient l'extermination des Juifs dans les chambres à gaz, Primo Levi rencontre Vittorio, 11 ans. Le jeune garçon en veut terriblement à son grand-père de refuser de raconter son passé. Primo Levi décide de l'aider à exhumer le secret ainsi enfoui. Quarante ans après avoir témoigné de son expérience concentrationnaire, il comprend qu'il n'en a pas encore fini avec le récit de la Shoah. Lui qui fut déporté à Auschwitz à 24 ans, et écrivit le témoignage le plus implacable sur l'horreur concentrationnaire sait que la mémoire doit plus que jamais être entretenue. Il s'y engage corps et âme.

  • Le 1er décembre 1955, Rosa Parks, assise dans l'autobus, refuse de se lever pour laisser sa place à un passager blanc. Son arrestation va provoquer un mouvement de révolte de la communauté noire contre la politique ségrégationniste des États-Unis et un boycott de la compagnie de bus. En 1964, les lois ségrégationnistes seront abrogées. Mais le racisme d'«État» ne disparaîtra pas pour autant : en Afrique du Sud, la politique d'apartheid («séparation» en Afrikaans) s'appliquera jusqu'en 1991. C'est grâce au combat de Nelson Mandela qu'elle sera abolie. Aujourd'hui encore, le racisme est malheureusement toujours présent dans de nombreux pays occidentaux comme la France : l'isolement de certaines communautés dans des quartiers «ghettos», leurs difficultés d'accès à l'emploi et à un niveau de vie égal au reste de la population... Des discriminations qui donnent une résonance terriblement actuelle à l'engagement de Rosa Parks.

  • Elle n'avait pas le goût du scandale mais celui de la liberté, chevillé au corps et à sa plume. George Sand a osé porter des costumes et un nom d'homme, mener la vie sentimentale, littéraire et politique de son choix. Un affront aux préjugés du XIXe siècle et un personnage incontournable pour évoquer l'émancipation des femmes.

  • Lorsque Simone Veil devient ministre de la Santé en 1974, elle est décidée à faire changer la situation des femmes qui avortent dans la clandestinité, souvent au prix de conséquences irréversibles pour leur santé. En 1972 a lieu le procès de Bobigny, où l'avocate Gisèle Halimi a défendu une jeune fille ayant avorté à la suite d'un viol. Il avait été précédé en 1971 du «Manifeste des 343 salopes» qui, au risque d'être poursuivies, avaient déclaré publiquement s'être fait avorter. Simone Veil doit affronter une forte opposition, chez les députés de la majorité comme dans les associations catholiques. La loi est finalement promulguée le 17 janvier 1975.

  • Lorsque Nelson Mandela arrive à Johannesbourg, il n'est qu'un jeune homme en colère, qui cache son visage noir afin de ne pas s'attirer d'ennuis.
    Considéré comme un dangereux meneur, il a été renvoyé de son collège et a décidé de rejoindre la capitale pour prendre part au combat contre les inégalités qui secouent le pays...
    Nelson rencontre de nouveaux destins brisés par l'apartheid, et découvre aussi de nouveaux lieux où la cohabitation entre noirs et blancs semble possible. Lorsqu'un homme meurt assassiné dans ses bras au cours d'une manifestation pacifiste, tout bascule : son engagement dans la lutte sera sans concession. Nelson devient militant contre l'apartheid au sein du Congrès National Africain (ANC) et monte le premier cabinet d'avocats noirs d'Afrique du Sud. Il sera emprisonné loin de sa femme et de ses enfants pour haute trahison durant... 27 années ! Après sa libération, il deviendra le premier président noir d'Afrique du Sud à l'âge de 75 ans... Il meurt en 2013.

  • Juin 1873. Gustave Courbet s'apprête à prendre le chemin de l'exil vers la Suisse et rumine sa rage. Cet artiste peintre réputé est un colosse qui ne plie jamais l'échine. Un insoumis qui porte haut et fort depuis toujours une vision de la peinture progressiste et naturaliste, loin des codes imposés et des carcans académiques. Mais son engagement politique aux côtés des Communards lui coûte cher : le voici obligé de fuir pour échapper à la prison et à la ruine. Au cours de ce dernier voyage, il revisite sa vie, revoit ses actes qui ont scandalisé les bourgeois et revendique son anticonformisme d'avant-garde. Un roman écrit à plusieurs mains.  

  • Figure marquante de la Commune de Paris, combattant pour les droits des exploités - ouvriers, femmes, peuples colonisés... - Louise Michel a consacré sa vie à élever la voix et à manifester contre les injustices.
    Emprisonnée à plusieurs reprises, déportée en Nouvelle-Calédonie où elle s'engage aux côtés des Kanaks, cette ardente anarchiste a participé en première ligne aux grandes luttes du XIXe siècle. On la découvre ici, de procès en meeting, à travers le regard admiratif d'un journaliste, Eugène Berton, qui la suit tout au long de sa carrière.

  • Dans un train parcourant l'Afrique du Sud, un jeune avocat indien nommé Gandhi est jeté hors du wagon de première classe. C'est un homme de couleur et il devra voyager dans le fourgon. La nécessité s'impose alors à lui du combat à mener pour l'indépendance de l'Inde, un combat, se jure-t-il, qui sera non violent.
    Émancipation des intouchables et des femmes, lutte pour l'indépendance de l'Inde, combat contre les discriminations : autant de facettes de la lutte de Mohandas Karamchand Gandhi, connu dans le monde entier sous le nom de Mahatma («grande âme») Gandhi. Son combat non-violent a influencé de nombreux mouvements de libération et de droits civiques autour du monde.

  • Depuis l'enfance, Victor Hugo est hanté par les exécutions publiques ; la peine capitale le révolte. Pour lui, aucun homme n'a le droit ni le pouvoir de suspendre la vie d'un autre homme, quel que soit le crime commis. Depuis l'écriture du Dernier Jour d'un condamné jusqu'au combat mené de Jersey pour sauver la tête de l'assassin Tapner, c'est tout le combat du plus célèbre des abolitionnistes que l'on retrouve ici.

  • Six nouvelles autour du thème de la révolte contre l'individualisme, fruits d'une résidence collective d'auteurs de la collection Ceux qui ont dit non. Le harcèlement au travail, le racisme quotidien, la dictature, la misère, une catastrophe naturelle sont autant de fléaux contre lesquels la solidarité peut gagner.

  • Nous sommes dans les années 1930, à Paris. Le jeune poète martiniquais et ses amis, parmi lesquels Léopold Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas, lancent le mouvement de la négritude et invitent tous les peuples des anciennes colonies, des Antilles au Sénégal, à se sentir fiers de leur culture plurielle.

  • Résistante de la première heure, Lucie Aubrac aura inscrit toute sa vie dans le refus des injustices, et milité pour faire connaître la lutte contre le nazisme.
    Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Lucie Aubrac est une jeune professeur d'histoire. Déjà engagée dans l'action politique, elle va avec son mari Raymond participer à Lyon à la création d'un mouvement de résistance.
    Elle devra affronter Klaus Barbie lui-même pour parvenir à faire évader Raymond, emprisonné avec Jean Moulin. Après la guerre, elle n'aura de cesse de raconter son combat aux jeunes générations, afin que l'horreur ne recommence jamais.

  • Née juive et brune dans une Pologne catholique et antisémite, Rosa Luxemburg décide très vite de ne jamais filer droit. Son idéal : la révolution !
    L'avènement d'un monde où personne n'opprimera plus personne.
    Avant 1914, de Varsovie à Paris, de Zurich à Berlin (capitale des révolutionnaires du monde entier), la jeune communiste inconnue devient une figure politique de premier plan. Pourtant, à la veille de la Première Guerre mondiale, la petite Polonaise devenue Allemande, authentique citoyenne de l'Humanité entière, proclame que jamais les Allemands ne brandiront les armes contre leurs frères de France et d'ailleurs. Elle se trompait, malheureusement.
    C'est à travers le regard de Mimi, chat de gouttière et fidèle compagnon de Rosa Luxemburg, que l'auteur nous livre un témoignage étonnant sur le parcours de cette grande figure.

  • Depuis 1976, Leonard Peltier est incarcéré dans les prisons états-uniennes, inculpé de l'assassinat de deux agents du FBI. Ce militant amérindien, membre de l'AIM (American Indian Movement), a pourtant toujours clamé son innocence. Jugé après un procès truqué et sur la manipulation de preuves, il n'a jamais, jusqu'ici, obtenu la révision de ce procès. Le roman vibrant d'Elsa Solal lui rend la parole, en écho avec celle de John, un journaliste qui souhaite rétablir la vérité historique, tout en évoquant les persécutions dont les Indiens ont été, et sont toujours, victimes aux États-Unis. De nombreuses voix dans le monde se sont élevées en faveur de Leonard Peltier.

  • Instituteur éclairé et visionnaire, Célestin Freinet s'est battu pour donner aux élèves l'envie d'apprendre en inventant, dans les années 1920/1930, une pédagogie active, où l'élève est encouragé à écrire, à gérer une coopérative scolaire, à travailler en groupe... et à fuir l'ennui des leçons apprises par coeur ! De nombreux enseignants se servent aujourd'hui avec bonheur de la pédagogie Freinet.

  • Victor Schoelcher a 24 ans lorsqu'il part à Cuba en 1828. Ce qu'il découvre alors sur le marché le terrifie : des hommes blancs richement vêtus négocient une jeune femme noire, comme s'il s'agissait de bétail. En républicain enragé, Victor se fait le serment de consacrer sa vie à dénoncer l'esclavage et de tout mettre en oeuvre pour le faire disparaître à jamais.

  • Militant syndicaliste brésilien défenseur des seringueros, les ouvriers du latex, Chico Mendes s'est illustré dans la lutte contre la déforestation de la région amazonienne.
    Ses convictions lui valurent d'être assassiné en 1988.

  • En 1898, l'écrivain Emile Zola comparaît devant le tribunal pour diffamation. Dans un manifeste intitulé "J'accuse !" paru à la Une du journal L'Aurore, il a mis en cause radicalement les instigateurs - des militaires haut gradés de l'armée française - de la condamnation aux travaux forcés du capitaine Dreyfus, injustement accusé d'espionnage. Sur fond d'antisémitisme, dreyfusards et antidreyfusards se déchirent en cette fin du XIXe siècle. Le roman de Murielle Szac relate ces événements à travers la voix d'Alexandrine, l'épouse légitime du grand écrivain. Cette voix peu connue est portée par l'admiration et l'amour pour son « Mimi », mais il émane aussi d'elle beaucoup de lucidité et de sang-froid au coeur de ces journées dramatiques.

  • À Grenade, en 1936, le poète républicain Federico García Lorca est arrêté par les phalangistes de la garde nationale, puis fusillé. Poursuivi, sujet aux pires provocations, le poète reste terré chez des amis dans une puissante famille de Grenade jusqu'à son arrestation. Le récit de ses derniers jours dans l'Espagne déchirée est entrecoupé par celui d'un jeune phalangiste du camp nationaliste.

  • Très jeune, Denis Diderot refuse les interdits imposés par la morale bourgeoise et le clergé sur le savoir de son époque. Petit à petit germe en lui le désir de mettre une connaissance libre à la portée de tous. Il mène alors une lutte acharnée pour faire naître la grande Encyclopédie dont il fut le père. L'impact considérable de son travail fera reculer les obscurantismes. Ce récit picaresque et poétique nous permet de redécouvrir, sous la plume truculente de Raphaël Jerusalmy, le grand personnage des Lumières, un homme à la vie éminemment romanesque. Diderot incarne un combat plus que jamais d'actualité : partager le savoir, sans contraintes ni tabous, sans prescriptions morales ou religieuses.

  • Joseph Wresinski est le fondateur du mouvement ATD Quart Monde , qu'il crée en 1956 avec les familles du bidonville de Noisy-le-Grand, révolté par l'indignité et l'humiliation liées à la misère qu'il a lui-même subie durant toute son enfance. Accompagné de ses militants, il se battra toute sa vie pour que la pauvreté soit reconnue et prise en charge par les pouvoirs publics et non par les associations caritatives.
    Il tentera de faire entendre que l'individu souffrant de pauvreté doit être considéré avec toute la dignité qu'il mérite, et luttera pour qu'il n'ait pas seulement accès à la nourriture et aux vêtements, mais aussi, en dépit des discours moralisateurs, à l'éducation, au logement, à la formation professionnelle, à la culture ou aux soins du corps.

    Aujourd'hui, dans les nombreux endroits du monde où les bénévoles français ont réussi à implanter le mouvement, ces familles ont appris peu à peu à défendre leurs droits, à prendre en main l'avenir de leurs enfants à l'école, à devenir des acteurs plutôt que des assistés n'ayant pas droit à la parole.
    Hélas pourtant, le combat contre la misère reste plus que jamais d'actualité.

  • Dans le ghetto de Varsovie que les nazis ont décidé d'anéantir, une poignée de jeunes juifs refusent la fatalité et le désespoir, et décide de se défendre jusqu'au bout. A la tête de cette résistance acharnée, un jeune homme de 24 ans, Mordechaï Anielevitch, qui n'y survivra pas.

  • Algérie, 1957. Jacques Pâris de Bollardière est général de brigade. Très vite, il s'élève contre les procédés employés par l'armée française pour recueillir des renseignements auprès des Algériens. La torture est en effet monnaie courante et cautionnée par le racisme assumé qui règne à tous les échelons des forces armées en Algérie. Même les appelés comme le jeune Raymond sont «invités» à participer aux séances qui laisseront de part et d'autre des cicatrices indélébiles. Jacques de Bollardière s'élèvera publiquement contre ces pratiques, ce qui lui vaudra un emprisonnement et la mise au ban de l'armée. Tout le reste de sa vie et celle de son épouse seront consacrées à la lutte pour la non violence et le respect des droits humains. Malheureusement, certains gouvernements continuent encore aujourd'hui à justifier l'utilisation barbare de la torture comme moyen de lutter contre le terrorisme, comme, notamment, le gouvernement américain sur la base de Guantanamo.

empty