Ausonius

  • Le 1600 e anniversaire (418/419) de l'installation des wisigoths dans le Sud-Ouest par l'empereur Honorius pour près d'un siècle, avec Toulouse pour résidence royale, coïncide avec la publication de ces actes. Cette synthèse scientifique, la première du genre depuis plus de trente ans permet d'examiner les progrès de la recherche en particulier dans le domaine de l'archéologie funéraire préventive (sites archéologiques inédits) sur cette période historique, entre Antiquité et Moyen Âge. Cinq thèmes constituent ce volume : Les Goths de part et d'autre des Pyrénées : les sources écrites, Pouvoir et mémoire dans la ville, Archéologie funéraire et mobilier germanique oriental de l'Aquitaine et de l'Espagne entre V et VI e siècles, Territoires, contacts et culture matérielle, et, enfin, Actualités archéologiques : la Gaule mérovingienne.

  • Cet ouvrage sur le Palatin, de la mort d'Auguste au règne de Vespasien, offre une vision renouvelée de nos connaissances sur les débuts de la résidence impériale à Rome. Ce livre interroge l'enracinement de l'imperium au Palatin. La chronologie de l'ouvrage ouvre sur les moments les plus méconnus du premier Palatin impérial, entre la fondation d'Auguste et la mise en forme de Domitien, où la colline et le palais s'assimilent.

    Ce livre réunit une trentaine d'études inédites, réalisées par des chercheurs, archéologues, historiens et littéraires, qui comptent parmi les meilleurs spécialistes de ce sujet. Richement illustré, il témoigne du renouvellement des connaissances et des interprétations sur cette question de l'émergence de la colline du pouvoir à Rome.

  • "Le présent volume est consacré à l'hippodrome romain de Tyr. Cet hippodrome est aujourd'hui considéré comme l'un des monuments de ce type les mieux conservés du monde romain. Par rapport à la ville antique, l'édifice se trouvait hors les murs, dans une zone essentiellement occupée par une large nécropole remontant à l'époque romano-byzantine. Sa façade principale, devancée par un aqueduc, donne sur la route antique qui menait à la cité. Cette route est chevauchée par un arc monumental qui définissait la limite de l'aire urbaine.
    Couvrant une surface totale de 54 000 m2, l'hippodrome a une longueur de 470 m pour une largeur maximale de 125 m. Sa capacité maximale est d'environ 36 500 personnes. Sa cavea présente une longue galerie surmontée par l'étage d'attique et donnant accès à une série de salles voûtées qui supportent les gradins. Ceux-ci sont accessibles à partir des portes placées à des intervalles réguliers dans les murs extérieurs de certaines de ces salles. Cependant, ce schéma fonctionnel s'interrompt au niveau de la moitié sud de l'hippodrome, où, pour des raisons qui semblent être financières, la galerie et l'étage d'attique sont remplacés par un mur continu qui fut ajouté ultérieurement.
    Une présentation générale du site et des divers monuments qui le composent est suivie d'une étude détaillée de tous les aspects de l'hippodrome. Son architecture et ses éléments architectoniques sont particulièrement décrits et analysés. Des notes sur sa métrologie, l'organisation de son chantier ainsi que ses diverses phases chronologiques viennent compléter l'ensemble."

  • "Si tu exiges deux fois l'impôt, alors donne-nous deux moissons". Cette répartie cinglante d'Hybréas de Mylasa à Antoine illustre l'image d'une Asie saignée à blanc par l'administration de la République romaine, ses publicains avides, ses magistrats cupides et surtout par les pressions des armées des guerres civiles. La péninsule anatolienne, sans payer un tribut aussi lourd que la Macédoine et l'Achaïe, a beaucoup souffert des conflits qui ont opposé les Républicains et les Césariens puis les Triumvirs.
    A l'inverse, le principat d'Auguste est souvent représenté comme une ère de paix et de prospérité, parce qu'il impose une tutelle stable, une administration réorganisée et un nouvel écrin à la vie civique. A l'occasion du bimillénaire de la mort d'Auguste, il apparaissait nécessaire de tenter un bilan de l'avancée dans travaux dans les diverses disciplines scientifiques pour mieux cerner la portée historique de ce "saeculum aureum" en Asie Mineure.
    A cette fin, il a été décidé de croiser sans cesse tes points de vue : celui du prince qui désire asseoir son pouvoir dans une région longtemps dominée par ses adversaires vaincus et celui des provinciaux, attentifs à comprendre l'orientation que la politique de Rome est en train de prendre. II nous est apparu également fructueux de confronter le regard que les historiens, les épigraphistes les archéologues et les numismates portaient sur le témoignage de leurs sources respectives.

  • "Occupez vos mains à filer la laine, gardez les pieds à la maison, et vous serez assez parées" (Tertullien, De cultu feminarum, 2.13). Les parois rocheuses de l'Atlas et du Sahara néolithiques, de trop rares textes anciens, des inscriptions latines innombrables mais partiales et fragmentaires, des monuments figurés et quelques objets permettent, pour peu qu'on s'intéresse à la société africaine ancienne, de restituer des images de femmes, d'approcher leur quotidien dans un monde régi par les mâles.
    Elles sont concubines, épouses, mères, nourrices, courtisanes, esclaves ou domestiques, mais aussi, dans un milieu foncièrement hostile, archères, artistes, pédagogues, patronnes.

  • Cet ouvrage collectif est consacré aux campagnes du nord-est de la Gaule, de la Tène finale à l'Antiquité tardive, entre le bassin de la Seine et le limes de Germanie. Il constitue le premier tome de la publication finale d'un projet (acronyme "Rurland") financé par l'European Research Council (ERC). L'objectif était d'intégrer des informations rarement étudiées ensemble et le plus souvent inédites : fouilles archéologiques, notamment celles qui sont issues de l'archéologie préventive la plus récente, restes botaniques, matériel osseux, nature et qualité des sols, photographies aériennes, données LIDAR, de manière à promouvoir une approche interdisciplinaire et multiscalaire de l'ensemble géographique considéré, depuis les sites proprement dits jusqu'aux territoires.
    Il s'agit, in fine, de comprendre les dynamiques spatiales et historiques du monde rural de cette époque ancienne ainsi que leur diversité régionale. Dans cette perspective ont été privilégiées des fenêtres d'études à des échelles différentes en fonction de la qualité, l'abondance et la nature de l'information qu'elles fournissent. Deux volumes seront publiés successivement : celui-ci est consacré aux études régionales effectuées dans le cadre du programme Rurland ; la synthèse générale suivra dans un second temps.

  • Les temples étaient omniprésents dans la ville de Rome pendant l'Antiquité et ils dominaient leurs espaces environnants tant par leur statut d'édifices sacrés que par leur architecture imposante et richement décorée. Cette étude systématique / Ce livre nous plonge dans le décor sculpté des temples de Rome et en particulier dans le monde d'images de leurs tympans qui dominaient leur façade et qui, par le biais de représentations liées à la sphère divine, véhiculaient des messages politiques importants.

  • Le premier volume de Gallia Rustica était consacré aux études régionales sur les campagnes du nord-est de la Gaule, entre le bassin de la Seine et la frontière de Germanie. Cette recherche, financée par l'European Research Council (ERC), ouvre ici, dans ce deuxième volet de la publication finale, sur une synthèse générale des données acquises à l'occasion de cette vaste enquête collective. On y examine successivement l'évolution des établissements ruraux, depuis la fin de l'âge du Fer jusqu'à l'Antiquité tardive, le système agro-pastoral, les parcellaires, mais aussi le fonctionnement économique des campagnes gauloises, avec ses fluctuations dans le temps, le rôle des marchés, à l'échelle d'une vaste région qui constitue, au sens large, l'hinterland d'une des plus importantes frontières de l'Empire. Cette réflexion globale et pluridisciplinaire clôt ainsi le programme Rurland, mais en aucune manière la recherche sur un monde rural que l'enquête a révélé fort varié, bien différent des clichés traditionnels qui ont longtemps marqué notre réflexion sur ce processus complexe et controversé qu'on appelle la « romanisation » des provinces.

  • Le forum, coeur politique de la civitas romaine, est à l'origine d'une abondante littérature. Les découvertes archéologiques qui se sont multipliées ces dernières années ont permis de faire avancer la connaissance sur un certain nombre de complexes. Cet ouvrage, issu du séminaire d'archéologie romaine de l'Université de Toulouse, a pour ambition de faire le point sur quelques uns de ces ensembles. Le forum est étudié ici sur la longue durée, des premiers ensembles monumentaux de terre et de bois de la Protohistoire qui font l'objet de débats sur la nature de leur fonction jusqu'au devenir du forum à la fin de l'Antiquité. Cet ouvrage fait une large part à la Gaule, mais prend également en compte quelques ensembles des régions voisines.

  • S'inscrivant dans le renouveau de la monographie familiale, le livre de Fabrice Lachaud va plus loin dans la démarche d'investigation et remet fortement en question les thèses traditionnelles sur le lignage. Une documentation exceptionnelle, bien mise en oeuvre, une ouverture aux problématiques les plus nouvelles, une rigueur dans l'exploitation des sources, un jeu d'échelles équilibré entre la synthèse et l'analyse, une diversité des sujets, peuvent être les qualités qui frappent à la lecture de cet ouvrage qui constitue un apport majeur à la connaissance de l'aristocratie française au Moyen Age.
    Ce livre allie parfaitement la culture du médiéviste et la curiosité du chercheur : il apporte une contribution importante à l'histoire de la parenté au Moyen Age. Force est de reconnaître la qualité de la réflexion menée par l'auteur, nourrie par la lecture de nombreux travaux de médiévistes, mais aussi d'anthrophologues, et encore plus de sociologues. Il utilise la documentation diplomatique mais s'intéresse aussi à l'architecture, à la sculpture funéraire, à l'iconographie sigillaire et héraldique et recourt aux sources littéraires, ce qui lui permet de ressusciter des personnages fascinants.
    La prosopographie sur les femmes est passionnante et à ce sujet soulignons la qualité de l'étude sur les stratégies matrimoniales et la très intéressante thématique des alliances redoublées qui court comme un fil rouge tout au long de ce livre mettant en scène une famille telle qu'elle se manifeste dans les actes de la pratique accordant une place essentielle aux alliances, au moins autant qu'à la filiation et poussant sur le devant de la scène la dame de Craon, ce qui nous éloigne d'une organisation lignagère exclusivement masculine.

  • Deux thèmes de recherche sont particulièrement représentatifs de la carrière universitaire de Raymond Descat : l'économie antique et l'Asie Mineure.
    C'est autour de ces deux thèmes qu'il a si largement contribués à éclairer que trente-cinq collègues, amis et anciens élèves de douze pays se sont réunis pour lui rendre hommage à l'occasion de son départ à la retraite en proposant vingt-neuf études.
    Ce volume couronne un parcours scientifique de renommée internationale dont la variété des approches est reflétée dans ces hommages qui traitent d'histoire ancienne, sociale et économique, d'historiographie, d'archéologie, d'épigraphie, de métrologie et de numismatique.

empty