Ausonius

  • Les Rencontres d'archéologie et d'histoire en Périgord ont déjà consacré des colloques où les animaux étaient associés à l'histoire des châteaux, du xe jusqu'au xxie siècle. Mais, cette fois, dans cet ouvrage, ils occupent le devant de la scène et ils le méritent amplement depuis que des travaux récents leur ont donné, au sein des sociétés châtelaines, un rôle éminent, utilitaire et ludique, esthétique et symbolique. C'est pourquoi ce livre se présente à la façon d'un parcours animalier dont les allées conduisent à des lieux châtelains : les parcs avec leurs ménageries et leurs pigeonniers ; les pièces d'apparat avec leurs immenses tapisseries aux bestiaires familiers, exotiques et imaginaires ; les cabinets de curiosités si bien nommés et tellement accueillants à l'étrangeté animale, maritime et terrestre ; enfin, les bâtiments eux-mêmes, ressources inépuisables de sculptures animalières.
    Tout compte fait, c'est à une chasse aux trésors de la gent animale que vous invite cet ouvrage !

  • Tentant en diable, ce titre prend toute sa place au sein des Rencontres d'histoire et d'archéologie du Périgord dédiées à l'étude des châteaux européens dans la longue durée de leurs vie et survie millénaires, du X e au XXI e siècles. Le choix de ce thème laissait présager une quête spirituelle capable de l'emporter sur les préoccupations défensives et offensives des bâtisseurs de châteaux, mais c'était sans compter sur l'implantation et la multiplication des chapelles castrales qui occupent une place de choix dans cet ouvrage et témoignent de l'emprise du sentiment religieux sur la vie quotidienne des châtelains et de leurs familles.
    Par contre, point de traces aussi marquantes de la présence du diable, mais l'on sait que celui-ci se loge dans les détails et ceux-ci ne manquent pas dans cet ouvrage tantôt pour conjurer la peur du Mal, tantôt pour ne pas résister à sa tentation... A la façon de Martin Luther jetant son encrier à la tête du diable qui ne cesse de l'importuner au château de la Warburg où l'Electeur de Saxe le retient prisonnier pour mieux le protéger des menaces du monde extérieur depuis son excommunication et sa mise au ban de l'Empire.

  • L'expression «écritures normées» est utilisée aujourd'hui particulièrement dans les sciences sociales et le management pour indiquer tout texte écrit en lien avec des pratiques professionnelles et des systèmes de gouvernance à l'intérieur des sociétés. Les historiens de l'Antiquité et de la première modernité ne peuvent que souscrire à cet intérêt pour les normes d'écriture et leur transmission, à l'intérieur d'une recherche qui engage non seulement l'aspect matériel lié à l'acte d'écrire, mais plus largement les questions d'identité sociale et politique, de représentation, de contrainte ou de liberté dans l'élaboration et l'imposition des normes, voire dans leur transmission. Ce livre collectif s'intéresse à la figure du professionnel de l'écriture, celui qui maîtrise l'art graphique et intellectuel d'écrire, et qui fixe sur un support matériel la parole, individuelle ou collective, en accomplissant une fonction qui peut être juridique, religieuse, technique, littéraire, etc.
    Du scribe de l'antiquité, en passant par l'expert-comptable des cours et des communes médiévales, ou le secrétaire de la renaissance, les cas étudiés permettent d'approfondir les liens entre les différentes traditions d'écritures normées, leurs fonctions, leur importance sur le plan historique et culturel.
    Cette problématique correspond à une direction de recherche très actuelle et répond pleinement à la nouvelle question des concours d'Histoire (Capes et agrégation 2020) :
    - Écrit, pouvoirs et sociétés en Occident aux XIIe-XIVe siècles (Angleterre, France, Italie, péninsule Ibérique).

empty