Belin Equitation

  • L'Afrique et l'Asie, l'Orient et l'Occident : chaque continent, chaque région du monde a donné naissance à des cultures équestres dont on découvrira ici l'incroyable richesse.
    Dans cet ouvrage, Jean-Louis Gouraud décrit à sa façon inimitable, à la fois sérieuse et joyeuse, souvent insolite mais toujours méticuleusement exacte, l'indépendance qui existe entre les hommes et les chevaux dans tous les pays du monde.
    « Dis-moi comment tu traites les chevaux, comment tu les élèves, comment tu les montes ; je te dirai qui tu es » : telle pourrait être la proposition qui sous-tend cette Petite Géographie amoureuse du cheval.

  • Depuis 2011, l'équitation de tradition française est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité, auprès de l'Unesco. Connue et reconnue dans de nombreux pays, l'équitation française est un art de monter à cheval basé sur l'harmonie entre le cavalier et sa monture. Elle rejette la force et la contrainte et vise, au contraire, une entente parfaite, une compréhension mutuelle, une fluidité de mouvement dans lesquels le couple peut pleinement s'exprimer. Sa quête et ce qui la guide à chaque foulée est la « légèreté », une notion clef embrassant un idéal autant philosophique que technique. Désormais largement pratiquée dans les clubs d'équitation, les manèges privés et de nombreuses disciplines en compétition, son histoire est pourtant tumultueuse. Des mors à pointes du XVIe siècle à la finesse des écuyers du XVIIIe siècle, des ballets de cour aux nécessités de la guerre, de l'équitation d'extérieur aux prouesses du cirque, de l'art au sport, son histoire et ses principes se sont construits aux travers de pratiques et de nécessités différentes, et autant de sensibilités qui s'affrontèrent parfois sans concessions. Si les principes sont clairs et précis aujourd'hui, cet art « à la française » n'est pas figé et continue d'évoluer. C'est son histoire, merveilleusement mise en images par Marine Oussedik, et ses principes, que cet ouvrage vous invite à découvrir.

  • Pierre Schwartz et Françoise Perriot se sont rendus dans le Massif central, en Lozère, sur le causse Méjean, vaste plateau calcaire dont l'altitude varie de 800 à 1 240 m d'altitude. Ils y ont séjourné plusieurs semaines, à des saisons différentes, pour photographier le cheval de Przewalski au gré de ses envies et de ses vagabondages et s'imprégner de la magie de ce lieu unique, refuge de nombreuses espèces rares et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2011.
    Ce petit cheval, découvert en Mongolie en 1879, s'est éteint à l'état sauvage dans les années soixante. Survivant dans les zoos, il a fait l'objet d'un programme de sauvegarde dans les années quatre-vingt-dix, qui a permis sa réintroduction progressive dans son berceau d'origine. Une histoire passionnante que nous content les deux auteurs.

  • Pour la première fois, la guerre 1914-1918 vue sous l'angle des chevaux !

    Ce livre traite d'une question totalement ignorée des ouvrages historiques généraux, celle des effectifs équins et de leur « conservation » durant la Première Guerre mondiale. Malgré le développement spectaculaire de la motorisation, l'insuffisance de ces effectifs a constitué une menace permanente sur la capacité opérationnelle des armées, en particulier durant le dernier trimestre du conflit. L'auteur identifie, puis explique les causes immédiates des pertes en chevaux et mulets enregistrées au cours des cinquante-deux mois de guerre, et conduit à proposer au lecteur trois causes profondes à cette hécatombe : l'imprégnation de l'organisation des armées par le concept de guerre courte, l'illusion induite par la compensation des pertes par des achats à l'étranger, les négligences et abus constatés tout au long de la guerre dans l'utilisation et l'entretien des équidés. Les textes réglementaires et les échanges de correspondances entre les armées et les organes ministériels, puisés dans les archives du Service historique de la Défense, ont constitué l'essentiel de sa documentation.

  • Depuis 2011, l'équitation de tradition française est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité, auprès de l'Unesco. Connue et reconnue dans de nombreux pays, l'équitation française est un art de monter à cheval fondé sur l'harmonie entre le cavalier et sa monture. Elle rejette la force et la contrainte et vise, au contraire, une entente parfaite, une compréhension mutuelle, une fluidité de mouvement dans lesquels le couple peut pleinement s'exprimer. Sa quête est la « légèreté », une notion clef embrassant un idéal autant philosophique que technique.
    Désormais largement pratiquée dans les clubs d'équitation, les manèges privés et dans de nombreuses disciplines en compétition, l'équitation fançaise a pourtant une histoire tumultueuse. Des mors à pointes du XVIe siècle à la finesse des écuyers du XVIIIe siècle, des ballets de cour aux nécessités de la guerre, de l'équitation d'extérieur aux prouesses du cirque, de l'art au sport, de la compétition au loisir et au bien-être, son histoire et ses principes se sont construits aux travers de pratiques et de nécessités différentes, et autant de sensibilités qui s'affrontèrent parfois sans concessions.
    Si les principes sont clairs et précis aujourd'hui, cet art « à la française » n'est pas pour autant figé et continue d'évoluer. Ce sont ses origines, ses fondements, et les enjeux de demain, que cet ouvrage vous invite à découvrir.

empty