Sciences & Techniques

  • N'y a-t-il pas une véritable grandeur dans cette façon d'envisager la vie... Ainsi Charles Darwin achève son grand oeuvre, L'origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, publié en 1859. " Cette façon d'envisager la vie " bouleversa la biologie, mais aussi l'humanité en remettant l'homme à sa place dans l'Univers - à la façon d'un Copernic quelques siècles plus tôt - et dans le monde du vivant.
    Pour comprendre la genèse de ces idées et ce qu'elles recouvrent, suivons Darwin dans ses pérégrinations autour de la planète, dans le monde scientifique de l'époque victorienne et dans son intimité familiale. Ouvrage paru initialement dans la collection " Les génies de la sciences " (Belin-Pour la Science).

  • Léonard de Vinci a " dessiné " la science. Peintre de génie, il n'avait aucune formation universitaire et dut apprendre le latin, se faire expliquer les mathématiques, l'optique, l'hydrodynamique et l'architecture par les spécialistes de l'époque et surtout s'inspirer de l'observation de la nature pour comprendre le monde. Pour lui, saisir un phénomène, c'est en dessiner les aspects nouveaux. Ainsi, dans ses tableaux, n'hésite-t-il pas à insérer les dernières avancées scientifiques.
    L'auteur de cet ouvrage nous les restitue avec force et clarté : la lecture raisonnée des magnifiques oeuvres de Léonard, outre le plaisir esthétique, permet ainsi de faire également le point sur les connaissances de l'époque. Mais si Léonard de Vinci sut peindre la nature avec force et exactitude, il ne put maîtriser intellectuellement sa diversité: la nature est trop complexe, se plaint-il, pour que l'on puisse l'expliquer avec la rationalité scientifique.
    Nous sommes, de ce point de vue, tous des Léonard de Vinci. Ouvrage paru initialement dans la collection " Les génies de la sciences " (Belin-Pour la Science).

  • Si nous connaissons Pierre-Gilles de Gennes (1932-2007) depuis le prix Nobel de physique qui lui fut décerné à l'automne 1991, c'est d'abord parce que ce chercheur hors normes a eu à coeur d'expliquer sa démarche et l'objet de ses travaux, visitant écoles, collèges et lycées et se prêtant volontiers au jeu des médias.
    Qui est véritablement «le Newton du XXe siècle», une expression qu'il récusait mais qui n'a rien d'absurde si l'on songe à l'impressionnante étendue des domaines qu'il a abordés ? Comment s'est bâti son génie ? D'où vient l'élégance des théories qu'il a élaborées et son goût pour l'éclectisme scientifique, qui l'a conduit de la supraconductivité aux neurosciences en passant par les cristaux liquides ou la physique du sable ?
    C'est ce que nous conte avec talent Laurence Plévert dans cette biographie issue d'entretiens exclusifs. Une plongée dans l'oeuvre et la personnalité de cet homme d'exception, qui aimait la vie autant que la science.

  • Apprendre !

    André Giordan

    Comment apprend-on ? Quelle est la place de la mémoire, de la motivation, du désir ou de l'émotion ? Que sait-on des capacités étonnantes du cerveau ? Pourquoi certains enfants ou adultes ont-ils tant de difficultés à apprendre ?
    Dans ce livre, l'auteur, lui-même ancien cancre, suggère une approche radicalement nouvelle de l'apprentissage. Il montre qu'apprendre est un processus complexe, souvent conflictuel, qui suppose de bousculer les conceptions ancrées dans nos têtes. S'appuyant sur sa longue expérience d'enseignant, André Giordan avance des propositions pratiques pour mieux apprendre et propose une redéfinition du rôle et de la place de l'école. Dans une société en pleine mutation, contrainte d'innover en permanence, il est vital, plaide-t-il, de développer une « culture du questionnement ».

  • Exploration des mondes sous-marins, conquêtes de l'air et de l'espace, machines et exploits extraordinaires... l'oeuvre de Jules Verne regorge d'anticipations scientifiques et techniques.
    Près de cent cinquante ans après, on reste frappé par la pertinence de certaines de ses visions, mais aussi par la naïveté de quelques autres. Des prévisions saisissantes côtoient des erreurs formidables.
    Que reste-t-il aujourd'hui des prémonitions de l'auteur des Voyages extraordinaires ? En quoi a-t-il été un visionnaire ? Qu'est-ce qui lui a échappé ? Quelle est la part d'innovation véritable dans ses récits ?
    Scientifique de formation et ingénieur, Michel Clamen dresse un bilan original de la prospective «vernienne» dans de nombreux domaines scientifiques et techniques, mais aussi sociaux, économiques et politiques. Dépassant le simple constat, il nous fait partager sa passion pour le père du « roman de la Science ».
    Si son analyse écorne l'image de « savant » attribuée à l'écrivain, c'est pour mieux lui rendre, celle, plus juste, de conteur génial, de créateur inspiré et de poète.

  • Le seul livre qui retrace la vie et l'oeuvre du "père de la préhistoire".

    Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) est le « père de la préhistoire », discipline née, autour de 1860, des révolutions scientifiques du XIXe siècle. Directeur des douanes d'Abbeville, écrivain prolixe, poète et dramaturge sans succès, il fut le témoin et l'acteur des bouleversements politiques de son temps. Il se passionna pour l'existence de « l'Homme fossile » (il parlait plus volontiers de « l'Homme antédiluvien ») qu'il fit reconnaître, au terme d'un long combat, par ses contemporains.

    S'efforçant de ne négliger aucun des aspects d'un personnage complexe, Claudine Cohen et Jean-Jacques Hublin brossent à travers lui le portrait d'une génération romantique aux intérêts multiples, celle de Stendhal et de Victor Hugo, curieuse autant de science que de littérature et de politique. En présentant cette figure exceptionnelle de la science française, les auteurs proposent un récit passionnant et vif, remarquablement informé et documenté, qui associe finement histoire culturelle et histoire des sciences.

  • Professeur de zoologie au Muséum d'histoire naturelle à 21 ans, membre de l'expédition de Bonaparte en Égypte à 26 ans, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire est l'homme d'une seule idée, formulée dès l'âge de 24 ans : « Il semble que la nature a formé tous les êtres vivants sur un plan unique ». Une idée révolutionnaire qui annonçait un certain transformisme, à défaut d'une véritable évolution, ce que Georges Cuvier, fixiste et créationniste, ne pouvait accepter.
    La polémique, devenue publique, opposa les deux hommes pendant plusieurs années à l'Académie des sciences. Par un curieux retour de l'histoire, l'idée tant décriée de Geoffroy Saint-Hilaire reprend vie à la fin du XXe siècle. Grâce à la biologie moléculaire, le naturaliste revient au premier plan des plus prestigieuses revues scientifiques. Rarement un savant aura eu droit à une telle reconnaissance un siècle et demi plus tard !

  • D'où vient la vie ? Comment a-t-elle été sculptée au fil du temps ?
    L'auteur présente dans ce livre les découvertes les plus récentes sur l'histoire de la vie. Il distingue trois étapes innovantes majeures, ou Genèses : celle des premières bactéries, celle des premières cellules animales et végétales et celle des organismes composés de plusieurs cellules (dont nous sommes). Et quatre types d'événements fortuits: trois « créatifs » (les mutations, la reproduction sexuée et la sélection naturelle), un quatrième destructeur (les grands cataclysmes comme celui qui vit disparaître les dinosaures).
    Biologiste écologue, spécialiste des milieux marins et des premiers organismes qui ont colonisé la Terre (les algues), l'auteur agrémente son récit de ses expériences d'homme de terrain curieux et amoureux de la nature.

  • Jacques Testart livre ici une analyse critique de la science, des technosciences et des OGM, ainsi que des éléments de réflexion sur le citoyen et la démocratie. Les innovations s'accélèrent et sont imposées, souvent contre l'avis des populations, grâce à des arguments variés : la modernité (on n'arrête pas le progrès), la scientificité (tout est sous contrôle), le bonheur (ça va améliorer la vie), la nécessité (on risque d'être en retard). L'auteur démonte ici cette stratégie qu'il considère comme largement mystificatrice. Pourquoi, par exemple, disséminer des plantes génétiquement modifiées (OGM) sur la terre entière, sans avoir démontré leurs avantages pour le consommateur et en prenant le risque de contaminations irréversibles? L'enjeu est avant tout économique (pas d'OGM sans brevet, monopoles sur la filière agro-alimentaire, etc.). À travers cet exemple, et d'autres comme le clonage ou les nanotechologies, c'est tout le problème du « pilotage» de la recherche publique qui est posé. Des choix extérieurs aux laboratoires, réalisés en l'absence de tout débat démocratique, conduisent à privilégier certaines voies et à orienter le futur des hommes et la survie de la planète, au détriment de la production de nouvelles connaissances.
    Pour Jacques Testart, si le débat réllement démocratique n'a pas lieu, alors l'innovation mercantile, juchée sur le vélo du progrès compétitif, avec dans sa roue le citoyen muselé, continuera de pédaler jusqu'à s'écraser contre le mur des illusions.

  • Doit-on dire pingouin ou manchot ? Pourquoi les manchots empereurs kidnappent-ils les poussins ? Pourquoi les perroquets parlent-ils et pas les singes ? Pourquoi les mandrills sont-ils si colorés ? Ce livre répond à ces questions et à bien d'autres.
    À travers anecdotes et souvenirs de ses recherches menées sur tous les continents, de l'Afrique à l'Antarctique, l'auteur invite le lecteur à un voyage dans l'écologie, l'évolution, le comportement animal, la conservation des espèces animales.
    Il vous fera aussi part de ses humeurs concernant l'exploitation de notre environnement et le mépris envers nos frères dits inférieurs. Observés de plus près, les animaux sont-ils «bêtes» et Homo sapiens est-il vraiment sage? Pierre Jouventin nous ouvre les yeux sur ce que les animaux nous apprennent de nous-mêmes.

empty