Cherche Midi

  • Après des années passées seule dans la forêt à étudier les arbres, la botaniste Pat Westerford en revient avec une découverte sur ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Autour de Pat s'entrelacent les destins de neuf personnes qui peu à peu vont converger vers la Californie, où un séquoia est menacé de destruction.

    Au fil d'un récit aux dimensions symphoniques, Richard Powers explore ici le drame écologique et notre égarement dans le monde virtuel. Son écriture généreuse nous rappelle que, hors la nature, notre culture n'est que « ruine de l'âme ».

  • 1875. Dans le but de favoriser l'intégration, un chef cheyenne propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches, afin de les marier à ses guerriers. Celles-ci, « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays, intègrent peu à peu le mode de vie des Indiens, au moment où commencent les grands massacres des tribus.

    1876. Après la bataille de Little Big Horn, quelques survivantes décident de prendre les armes contre cette prétendue « civilisation » qui vole aux Indiens leurs terres, leur mode de vie, leur culture et leur histoire. Cette tribu fantôme de femmes rebelles va bientôt passer dans la clandestinité pour livrer une bataille implacable, qui se poursuivra de génération en génération.

    Dans cet ultime volume de la trilogie Mille femmes blanches, Jim Fergus mêle avec une rare maestria la lutte des femmes et des Indiens face à l'oppression, depuis la fin du xixe siècle jusqu'à aujourd'hui. Avec un sens toujours aussi fabuleux de l'épopée romanesque, il dresse des portraits de femmes aussi fortes qu'inoubliables.

  • Hiver 1663. Armand, marquis de Canilhac, est prêt à tout pour retrouver le saphir entrevu au cou de cette jeune Amérindienne, croisée dans un salon parisien. Il a reconnu la pierre que portait son frère Loup. Loup, trahi par Armand vingt ans plus tôt, condamné aux galères, et que tout le monde croit mort.

    Hanté par son passé, le marquis embarque avec son fidèle Valère pour la Nouvelle-France. Le vent gonfle les voiles, et les images du Gévaudan natal ressurgissent : Loup, enfant trouvé, adopté... Loup, trop beau, trop brave, trop vivant.

    Entre la France et l'Iroquoisie barbare se tisse le destin d'un homme hors du commun, dont le portrait se précise lentement, et dont l'ombre plane, de plus en plus palpable, sur ceux qui le cherchent.

    Et si Loup avait trouvé un destin à sa mesure au pays des Sauvages ?

    Enquête à l'échelle d'un continent, grande histoire d'amour fraternel, peinture d'un Nouveau Monde en ébullition, Loup et les hommes nous emporte sur les traces d'Alexandre Dumas et de Jack London. Emmanuelle Pirotte convoque les classiques du roman d'aventures pour plonger au fond des âmes et fait surgir, au milieu des paysages grandioses, sa vision des hommes.

  • La grande Muraille verte barrière contre le désert, les îles éparses menacées par la montée des eaux, la canopée en Guyane, les gravures paléolithiques de la grotte de Cussac jusqu'au Glaciers de pluton ou le premier astéroïde Oumuamua extrasolaire... De l'infiniment petit à l'infiniment grand, ce livre nous emmène à la découverte des plus beaux sites sur Terre et dans l'espace. Il s'agit à chaque fois de nouveaux territoires d'exploration, ces « nouveaux mondes » qui sont à la fois des sites exceptionnels et de fabuleuses terres d'exploration et de recherche.

    Cet Atlas des nouveaux mondes séduira à la fois les amateurs de sciences, de géographie et de voyages extraordinaires.

  • DIMANCHE.
    Entre les rangées d'arbres de l'avenue des Gobelins.
    Une statue de marbre me conduit par la main.
    Aujourd'hui c'est dimanche les cinémas sont pleins.
    Les oiseaux dans les branches regardent les humains.
    Et la statue m'embrasse mais personne ne nous voit.
    Sauf un enfant aveugle qui nous montre du doigt.
    Jacques Prévert.

    Poèmes, chansons, souvenirs, feuilletons. Jacques Prévert raconte Paris à sa manière.
    Chacun de ses textes est né d'une rencontre avec un lieu, un être aimé, un regard, une silhouette, une image, une odeur, une couleur.
    « Jacques, tu ne sais pas peindre, mais tu es peintre », lui a écrit un jour Pablo Picasso.
    Jacques Prévert est le peintre de Paris. Comme Vincent Van Gogh, « Il a le regard bleu et doux / Le vrai regard lucide et fou / De ceux qui donnent tout à la vie / De ceux qui ne sont pas jaloux. » Édition établie par Jean-Paul Liégeois

  • Gains

    Richard Powers

    À travers l'aventure de Clare Inc., une petite entreprise familiale américaine de savon créée en 1830 à Boston et devenue au fil des années une multinationale de la chimie, Richard Powers retrace un siècle et demi de capitalisme, évoquant au passage la mentalité des premiers pionniers, l'évolution du syndicalisme, du management, de la publicité et de la communication.

    En parallèle, il nous entraîne dans la vie de Laura Brodey, mère de deux enfants, travaillant dans l'immobilier à Lacewood, Illinois, ville dont le destin est marqué par la présence des usines de Clare Inc.. L'existence de Laura et celle de la multinationale vont bientôt converger d'une façon inattendue.

    Avec ce dialogue entre une personne morale et une personne physique, Richard Powers interroge une nouvelle fois la modernité. Il s'intéresse aussi ici à l'influence du libéralisme sur l'environnement, la vie quotidienne et les destins individuels. Faisant à la fois preuve d'une vision globale et d'une puissance d'émotion rare, il s'attache aux conséquences, heureuses et malheureuses, du développement de la société de consommation sur les individus, aux gains et aux pertes, au prix à payer.

    " À la fois subtil, provocateur et d'une rare puissance littéraire, Richard Powers nous lance un avertissement de façon beaucoup plus efficace que quiconque depuis très longtemps : Consommateurs, méfiez-vous ! " Rick Moody

  • Pour chaque « maladie », sont décrites ses manifestations, ses causes, puis sont proposées des méthodes pour ne pas gêner l'organisme dans son travail d'autoguérison. S'appuyant sur le savoir ancestral en matière de plantes médicinales, d'huiles essentielles, d'argile, de nutrition, d'hydratation., cet ouvrage éclaire ces connaissances anciennes des dernières découvertes de la science et informe sur les effets secondaires des médicaments.

    Il aborde aussi les « nouvelles maladies de civilisation » telles que la maladie d'Alzheimer, l'autisme, l'hyperactivité, etc. Sans prétendre les guérir, il offre des pistes pour mieux les comprendre et parfois les soulager.

    Au moindre doute sur votre santé, une réponse vous attend dans ce livre.

  • Depuis des centaines de milliers d'années, l'humanité produit des outils, échange des biens et des gènes, s'approprie de nouveaux milieux et les transforme. Du berceau africain jusqu'au peuplement du Grand Nord et des Amériques, de nouveaux territoires ont été conquis, des continents découverts, des bras de mer traversés, des îles colonisées, des cimes gravies. Cette conquête a abouti à l'adaptation des humains à de multiples environnements, qui ont façonné leurs sociétés. Puisque l'évolution de l'humanité est aussi la prodigieuse histoire d'une conquête planétaire, on suit les pas de nos ancêtres à travers la grande diversité des milieux qu'ils ont traversés, modelés et au sein desquels ils ont laissé leurs empreintes.
    Au plus proche de nos ancêtres, ce livre vous entraîne dans une formidable enquête à la croisée de savoirs scientifiques multiples. Archélogues, géologues, anthropologues, généticiens, géographes, climatologues, écologues, zoologues, chimistes ou physiciens unissent aujourd'hui leurs compétences pour décrypter ce qui a fait l'homme hier et expliquer ce que nous sommes aujourd'hui. D'une archéologie des littoraux ou du monde souterrain à celle des plaines, des montagnes ou des milieux insulaires, cet ouvrage présente les avancées les plus récentes de notre connaissance sur la préhistoire. Il nous incite aussi à réfléchir sur les fondements de notre humanité et à notre empreinte laissée sur les milieux. Des "pré-histoires" extraordinaires sur la conquête du monde, à la portée de tous !
    Un ouvrage collectif illustré sous la direction de Nicolas Teyssandier et Stéphanie Thiébault, Institut écologie et environnement (INEE) du CNRS.
    Avec Didier Binder, Sandra Costamagno, Didier Galop, Jean-Michel Geneste, Jacques Jaubert, Grégor Marchand, Bruno Maureille, Nicolas Teyssandier, Stéphanie Thiébault, Jean-Denis Vigne.
    Préface d'Audrey Azoulay, directrice générale de l'UNESCO.

  • Le sphinx rouge

    Alexandre Dumas

    Décembre 1628. D'Artagnan et les trois mousquetaires participent au siège de La Rochelle. Victorieux des Anglais, le cardinal de Richelieu regagne Paris. Au même moment, un jeune aristocrate arrive dans la capitale, le comte de Moret, porteur de mystérieuses lettres destinées à Marie de Médicis, à Anne d'Autriche et au duc d'Orléans. C'est le début d'une véritable saga, faite de complots, d'aventures, de passions et de jeux de pouvoir. Avec, au coeur du tourbillon, Richelieu, surnommé le Sphinx rouge, dont l'ombre planait déjà sur Les Trois Mousquetaires et qui apparaît ici en pleine lumière, déjouant toutes les intrigues qui menacent le trône de France.

    Publié en feuilleton en 1865 et 1866, ce grand roman oublié est l'un des derniers qu'Alexandre Dumas ait écrits. Dans ce livre qui débute quelques jours seulement après Les Trois Mousquetaires - et non « vingt ans après » - nous est dévoilé tout un pan de l'histoire de France : de la vérité cachée sur la mort d'Henri IV à l'arrivée de Mazarin. Le Sphinx rouge est suivi ici d'un autre récit de Dumas, La Colombe, qui conclut les aventures du comte de Moret.

  • Pierre Dac et Cabu sont nés à Châlons-en-Champagne, à plusieurs dizaines d'années d'écart mais à seulement quelques centaines de mètres de distance.

    Le roi des loufoques est resté jusqu'à l'âge de 3 ans dans une ville qui s'appelait alors Châlons-sur-Marne et que, origines juives obligent, il voulait faire rebaptiser Chalom-sur-Marne. Le père du Grand Duduche et du Beauf y a grandi et commencé sa vie professionnelle dans le journal local. Pendant ses jeunes années, il a nourri son humour naissant en dévorant des numéros de L'Os à moelle conservés dans le grenier familial.

    Ils ne se sont rencontrés qu'une seule fois, en 1969, à Paris. Aujourd'hui, les voici à nouveau réunis à travers Les Pensées du maître 63, devenues des classiques, illustrées par des dessins de Cabu en noir et blanc mais résolument hauts en couleur. Pour le meilleur, mais surtout pour le rire.

  • Aujourd'hui plus que jamais, Les Deux Magots incarnent pour le monde entier l'esprit rive gauche. Lieu mythique, le café a traversé les époques, réussissant à chaque fois à refléter leur singularité. D'abord magasin de nouveautés en 1812, Les Deux Magots deviennent café liquoriste, puis café littéraire, et enfin café-restaurant avec terrasse jardin et bibliothèque.
    Rendez-vous incontournable des écrivains et intellectuels de tous horizons depuis la fin du XIXe siècle, ses tables ont accueilli Verlaine et Apollinaire, Joyce et les surréalistes, ou, plus près de nous, Camus, Sartre, Hemingway et de nombreux artistes de tous domaines dont l'histoire est intimement liée à celle de Saint-Germain-des-Prés. Picasso, Vian ou même les Pink Floyd, tous les avant-gardistes ont fréquenté, un jour ou l'autre, les terrasses de cet établissement à la tête duquel se sont succédé quatre générations d'une même famille. L'aventure continue puisque les célébrités d'aujourd'hui, de l'édition, du cinéma, de la presse ou de la mode, flânent d'une terrasse à l'autre pour savourer ce que l'esprit français a de plus authentique. Tous et chacun sont en quête d'une même chose : quelques instants d'éternité et de légèreté à Saint-Germain-des-Prés.
    Chronique alerte et buissonnière de ce haut lieu parisien, Les Deux Magots, l'esprit rive gauche permet aussi de nous plonger dans la fascinante histoire d'un quartier mondialement connu qui, depuis toujours, fait Paris.

  • Cabu s?inscrit dans la lignée de Daumier. Il se sert de la caricature comme d?une arme politique vis-à-vis des puissants et des ridicules de l?époque. Elle lui permet aussi de faire rire du tragique ou de la banalité. Grâce à ce polémiste, des politiciens dont la postérité n?aura retenu que l?insignifiance ont gagné leurs lettres de noblesse. Croqués par Cabu, ils resteront pour ce qu?ils étaient. Pas grand chose. Des produits à consommer dans l?urne. Il y a aussi le Cabu observateur critique et sarcastique des m?urs et modes d?une société française dont il décortique à loisirs les travers et les ridicules. Les ?meilleurs dessins? ici proposés montrent le talent cinglant d?un dessinateur qui a fait de l?irrespect sa marque de fabrique. Aucun d?entre eux n?a vieilli ou pris le moindre cheveu blanc et leur puissance comique est toujours aussi ravageuse.

  • Quel destin fascinant que celui du Havre !
    Fait rarissime dans l'histoire urbaine, Le Havre est une "invention" et on en connaît l'exacte date de naissance : le 7 février 1517 pour le port et le 8 octobre de la même année pour la ville. Inventé donc il y a cinq cents ans, par la volonté de François Ier, Le Havre s'est ensuite imposé comme une grande cité portuaire, jusqu'à ce qu'en septembre 1944 des bombardements alliés anéantissent la majeure partie de sa jeune histoire et de son identité. Mais plutôt que de reconstituer un passé englouti sous les bombes, on choisit de confier à Auguste Perret et à son équipe la mission de "réinventer" Le Havre. Achevée à la fin des années 1950, cette réincarnation est aujourd'hui reconnue dans le monde entier comme un exemple de l'architecture et de l'urbanisme de l'après-guerre. Mais Le Havre, ce n'est pas uniquement une extraordinaire histoire de construction et de reconstruction, d'urbanisme et d'architecture. Le Havre, c'est aussi une identité particulière, une personnalité forte, un lien symbiotique avec la mer, un cadre éminemment propice à la création, un rapport assumé à la modernité, une culture de l'ouverture sur le monde et à l'altérité, un récit collectif, enfin, aussi riche qu'étonnant.
    C'est le portrait vivant de tous ces Havre-là que propose ce livre énergique, graphique et moderne, à l'image de la ville-port, un voyage inédit dans le temps et dans l'espace à la découverte des multiples dimensions de la singularité du Havre.

  • Loup est né en 1936, avec le Front populaire et le nez busqué. Esprit curieux, dès son plus jeune âge, il s'émerveille de voir la peau des chats percée de deux trous précisément à la place des yeux. Plus tard, lors de son passage aux Beaux-Arts, il tente la transmutation de l'eau en vin à l'aide d'une équerre et d'un compas. La tentative est un échec mais n'entame aucunement son enthousiasme et, bientôt, dans une thèse fort bien construite, il a l'idée d'expliquer les aurores boréales par le reflet des harengs. Le peu d'intérêt du public pour ces idées avant-gardistes ne rebute en rien ce chercheur. Il jette, aujourd'hui, un regard neuf sur l'Art par le biais de croquis pleins de malice, dénonçant, ça et là, les dérives des artistes ou l'incompréhension du public. De ce livre curieux, l'Histoire retiendra probablement un fait inhabituel, quoique majeur : son impression en bichromie.

  • Rueil Malmaison

    Collectif

    Rueil-Malmaison bénéficie d'un privilège certain : celui de réunir des atouts réputés inconciliables : ville d'art et d'histoire, où fût conçu entre autres le Code civil, mais aussi communauté urbaine en plein développement, bassin d'activités privilégié et cité verte, où la nature occupe plus d'un tiers de la superficie, ce qui ne l'empêche pas de conserver une identité urbaine forte.

    Ce beau livre-objet permet de découvrir une ville où se sont croisés Richelieu et Napoléon, le premier tramway français et la Renault Dauphine, des puits de pétrole et des gardes suisses Feydeau, Joséphine de Beauharnais et Raymond Queneau. Une « ville française » au meilleur sens du terme.

  • " Prodigieux ! " New York Times " Un cocktail d'histoire et d'imagination à la fois complexe et réjouissant. Une réussite majeure ! " Washington Post Depuis son plus jeune âge, Thomas vénère le dieu Dollar, les mécanismes implacables et la beauté glaciale de la société capitaliste. Agent immobilier sans scrupules, il n'a d'autres horizons que l'enrichissement et l'accumulation. Jusqu'au jour où quelques événements successifs, une histoire d'amour avortée, un bouleversement familial, la mort d'un coyote vont provoquer chez lui une crise spirituelle sans précédent. Peu à peu, il se met à nourrir une étrange obsession pour les zoos, les espèces en captivité, celles en voie de disparition.Au coeur de ce roman, une réflexion sur le gain et la perte, ce qui vit et ce qui meurt dans une société toujours plus folle et inconsciente, que Lydia Millet capture et explicite avec une force inédite. Avec cette traversée des apparences, qui nous mène d'un monde artificiel, balisé, lumineux, illusoire, vers un monde réel à l'agonie, l'auteur aborde des sujets cruciaux, terriblement contemporains, comme la protection nécessaire de l'environnement, sans jamais tomber cependant dans un didactisme pesant et démonstratif. Laissant à la forme romanesque toute sa complexité et sa puissance d'évocation, portée par un style magistral, elle nous livre ainsi un ouvrage indispensable.

  • Un livre d'amour fou. Un coup de foudre d'amitié entre deux grands écrivains, Kessel, géant brûlant sa vie et son oeuvre, tout à sa démesure, et Georges Walter, le compagnon des dernières années, dont on mesurera ici à quel point il était son fils spirituel. Et le récit d'une course de vitesse contre le déclin et la mort, doublé d'une méditation, au bord de l'abîme, sur le sens même de l'oeuvre du vieux lion - l'un poussant l'autre, pour le tenir debout, à écrire le livre qu'il portait en lui sur sa mère, Raïssa, à partir des carnets intimes de celle-ci, l'autre s'y refusant obstinément, trichant, rusant pour l'éviter, sans doute parce qu'il savait que ce serait son livre ultime.
    Le récit d'un amour fou, aussi, entre le vieux lion et Michèle O'Brien, son épouse irlandaise, sur laquelle est livré ici, au-delà de l'émotion, un témoignage unique, qui lui rend enfin justice.
    Et un document exceptionnel sur les dernières années de Kessel, par celui qui en fut souvent le seul témoin, où passent les figures de Louis Nucéra, d'Alphonse Boudard et du neveu, Maurice Druon.
    Un livre inspiré, drôle, émouvant, porté de bout en bout par une écriture somptueuse, comme en apesanteur, gagné contre la mort, à la différence du « livre interdit », puisque l'auteur devait décéder à peine posé le mot « fin ».
    Une merveille.
    Michel Le Bris

  • Les auteurs, spécialistes de ce momument le plus visité de France et aussi célèbre que les catacombes de Rome, racontent l´histoire extraordinaire de ces sous-sols parisiens créés en 1785 à des fins d´évacuation du cimetière des Innocents, puis des différents cimetières parisiens.

    L´ouvrage contient une carte des galeries et de l´ossuaire principal et répertorie les inscriptions qui s´y trouvent gravées, qu´elles soient ou non accessibles au public. Sont également incluses celles à jamais disparues, retrouvées dans les sources anciennes.

    Des photographies présentent les ossuaires les plus emblématiques, ainsi que ceux qui ne font plus partie de la visite autorisée.

  • Ce que les Français ne doivent jamais oublier.

    Cet ouvrage est la réédition strictement conforme à l'édition originale, publiée en novembre 1944 par les éditions Raymond Schall.

    Les documents photographiques inclus dans ce beau livre ont été pris à l'insu de l'ennemi et au péril de la liberté, voire de la vie, des opérateurs. Le montage définitif a débuté en mai 1944 et l'impression fut achevée le 28 novembre 1944.

    Paru en première édition en novembre 1944, cet ouvrage est une véritable aventure éditoriale que le cherche midi éditeur se passionne à publier en fac simile en 2014, soit soixante-dix ans après. Conçu au cours des quatre années de guerre dans la capitale française, l'éditeur Raymond Schall n'avait cessé de préparer ce travail dans l'espoir de le publier un jour afin de laisser un témoignage de ce que fut cette période douloureuse de l'Histoire .

  • Paris la franc-maçonne, Paris l'insoupçonnée. Marquée par une empreinte forte de la franc-maçonnerie, la capitale donnée à voir dans cet ouvrage nous est révélée d'un oeil neuf. On y découvre que les plus célèbres monuments parisiens sont couverts de symboles hermétiques invisibles pour celui qui ne prend pas le temps de les observer différemment, ainsi que les nombreuses statues de « maçons » célèbres, les lieux de promenade et parcs parsemés de signes et symboles qui rappellent la puissance et le rayonnement de la confrérie.

    Ce livre, qui fait l'objet ici d'une nouvelle édition revue et augmentée, s'adresse aussi bien aux initiés qu'aux curieux.

  • La Banque de France dans la Grande Guerre retrace le rôle de la Banque, de ses dirigeants et de ses agents durant les événements dramatiques de cette période. Son action est examinée sous tous ses aspects : le plan de mobilisation, les relations financières avec l'État, la collecte de l'or, la politique du crédit et de change, la lutte contre la thésaurisation, mais aussi, la vie quotidienne au siège et dans les succursales des territoires occupés, le rôle des femmes, l'après-guerre et le renouvellement du privilège.
    Cet ouvrage rassemble une iconographie et des archives peu connues ou inédites.

empty