Fayard

  • Auprès de la question théorique ou historique traditionnelle : " Qu'est-ce que la littérature ? ", se pose avec plus d'urgence aujourd'hui une question critique et politique : " Que peut la littérature ? " Quelle valeur la société et la culture contemporaines attribuent-elles à la littérature ? Quelle utilité ? Quel rôle ? " Ma confiance en l'avenir de la littérature, déclarait Italo Calvino, repose sur la certitude qu'il y a des choses que seule la littérature peut nous donner. " Ce credo sera-t-il encore le nôtre oe

  • Dans son enseignement au collège de france comme dans ses recherches ou dans son oeuvre écrite, jean guilaine a imposé le néolithique et l'age du bronze comme les périodes fondatrices du monde historique.
    Il analyse ici brillamment la longue évolution qui a conduit de l'émergence des communautés villageoises au proche-orient aux sociétés complexes, urbaines, puis étatiques. a l'écart de cette région motrice, l'europe construira très tôt une identité qui ne cessera de s'affirmer face aux modèles orientaux. une grande fresque de protohistoire couvrant plusieurs millénaires, bâtie à partir des plus récentes données de l'archéologie.

  • En 2002, michel brunet et son équipe mettaient au jour le plus ancien hominidé aujourd'hui connu : « toumaï ». cette découverte a bouleversé l'histoire de nos origines.
    Jusqu'alors on situait l'apparition des premiers hommes en afrique de l'est, il y a trois ou quatre millions d'années, en relation avec un changement de climat : le remplacement de la forêt par la savane aurait favorisé la bipédie. ce scénario séduisant doit être abandonné : toumaï a sept millions d'années ; il vivait au tchad, alors recouvert de lacs et de forêts, et il marchait sans doute sur ses deux pieds.
    C'est l'histoire de cette découverte et de ce bouleversement de nos schémas théoriques que raconte ici michel brunet.

    Longtemps professeur à l'université de poitiers, directeur de la mission paléontologique franco-tchadienne, michel brunet a arpenté le désert pendant des décennies à la recherche d'ossements humains et préhumains. il est désormais titulaire de la chaire de paléontologie humaine au collège de france.

  • Les Celtes en Italie ne furent pas seulement ces " barbares " qui l'envahirent au début du IVe siècle avant J.-C., et s'emparèrent de Rome pour la piller. À l'aube du premier millénaire déjà, à la fin de l'âge du bronze, une civilisation celtique originale, connue sous le nom de " civilisation de Golasecca ", fleurissait à proximité des lacs Majeur et de Côme, au pied des Alpes, dans une région d'environ 20000 km2. Elle avait sa langue, son propre style d'armes et de mobilier, et commerçait aussi bien avec les Étrusques de Toscane qu'avec d'autres Celtes du Jura suisse et français. Daniele Vitali raconte ici la longue enquête archéologique, épigraphique et linguistique, qui a permis d'identifier cette civilisation et d'en connaître quelques coutumes et quelques créations.

  • Contrairement aux oeuvres héritées de l'Antiquité grecque ou romaine, aucun texte de la civilisation mésopotamienne ne nous est parvenu directement. L'assyriologue travaille à partir de textes inscrits en caractères cunéiformes sur des tablettes d'argile. Il doit reconstituer les textes à partir de fragments, les mettre en ordre chronologique et géographique pour élaborer peu à peu une histoire non seulement politique, mais aussi sociale, économique et culturelle de la Mésopotamie. La tâche est immense et implique une approche pluridisciplinaire combinant archéologie et épigraphie, philologie et histoire.

  • Les progrès des méthodes littéraires et de l'archéologie ont conduit à mettre en question la construction traditionnelle de la chronologie et de l'historiographie bibliques. les maximalistes partent de l'idée qu'il faut simplement faire confiance au récit biblique. cette position n'est scientifiquement pas tenable. pour les minimalistes, tout commence seulement à l'époque achéménide, vers 400 avant notre ère, voire même encore plus tard à l'époque hellénistique. ils font valoir que la bible est une pure construction idéologique et que les premiers manuscrits datent précisément de cette époque. mais le matériel et les traditions qui sont à l'origine de la bible hébraïque sont antérieurs à l'époque perse.

    Longtemps professeur ordinaire de bible hébraïque à la faculté de théologie et des sciences des religions de l'université de lausanne, thomas römer est notamment l'auteur de moïse, « lui que yahvé a connu face à face » (2002), l'homosexualité dans le proche-orient ancien et la bible (2005), la première histoire d'israël (2007), psaumes interdits (2007). depuis février 2009, il est professeur au collège de france, titulaire de la chaire milieux bibliques.

empty