Flammarion

  • Une version de l'édition de 1637 de la célèbre pièce.

  • Un père à la recherche de son fils consulte un magicien qui lui offre la vision des aventures du jeune égaré, faites d'amour, de duels, mais aussi d'impostures et de trahisons... Mêlant éloquence tragique, emprunts au répertoire de la comédie italienne et récit d'initiation, L'Illusion comique (1635), oeuvre de jeunesse, est un " étrange monstre ", au dire de Corneille lui-même. Identité fuyante des personnages, invraisemblances de l'intrigue et subtilité du montage illusionniste font de cette pièce baroque et capricieuse une vibrante apologie du théâtre.

  • Parce qu'il craint de se lier pour la vie, Alidor imagine de "donner" sa maîtresse Angélique à son meilleur ami... Cinquième comédie de Corneille, La Place Royale (1637) est celle qui nous paraît aujourd'hui la plus moderne : sous les traits de l'"amoureux extravagant" qui fuit tout engagement, nous croyons reconnaître la figure familière de l'adolescent. Mais, lorsque Corneille, en 1660, signe l'Examen de sa pièce, il en dénonce la "duplicité d'action" et fustige une incohérence dans le caractère du personnage principal.
    Comment comprendre que cette comédie "imparfaite" soit aussi celle qui offre aux interprètes contemporains les plus grandes séductions ?

empty