Gallimard-loisirs

  • Moscou-Paris en side-car : une folle épopée de 4 000 km sur les traces de Napoléon...

    Octobre 1812, Napoléon entre dans Moscou. Les Russes ont mis le feu à la ville, bientôt elle sera réduite à un tas de cendres. L'Empereur tergiverse, se décide à rebrousser chemin. Il donne le coup d'envoi de la Retraite de Russie, une page d'Histoire passée à la légende pour la somme de ses souffrances et de ses actes héroïques.
    Deux cents ans plus tard, Sylvain Tesson, accompagné de quatre amis, décide de répéter l'itinéraire de la Retraite. Juchés sur des side-cars russes de marque Oural, ils rallieront Paris depuis Moscou, guidés par les récits des spectres de 1812. Quatre mille kilomètres à la mémoire des soldats de la Grande Armée. Une équipée sauvage pour saluer les fantômes de l'Histoire, à travers les plaines blanches.

    Cette édition du récit de Sylvain Tesson est illustrée de près de 100 photographies inédites rapportées par Thomas Goisque et immortalisant les moments-dés du périple.

  • Sylvain Tesson, Thomas Goisque et Bertrand de Miollis sillonnent la Russie depuis la chute de l'Union soviétique. Entre le Pacifique et l'Oural, ils ont parcouru des milliers de kilomètres à pied, à cheval, en engin blindé, en canot, à motocyclette et en raquettes à neige. Sylvain a vécu sur les bords du lac Baïkal dans une cabane d'ermite pendant six mois, recevant à l'occasion la visite de ses deux amis ; il en a tiré un récit, Dans les forêts de Sibérie.
    Sibérie ma chérie est une déclaration d'amour à des terres méconnues où toutes les aventures sont possibles. Non, la Sibérie ne se réduit pas à une étendue de marais gelés, piquetée de goulags en ruine et de friches industrielles où divagueraient des moujiks qui se seraient ébroués du communisme historique pour s'acheminer vers l'alcoolisme. Ce livre donne à voir une Sibérie vaste, sauvage, libre et capable d'accès de douceur inattendus. Une terre où le voyageur n'est jamais à l'abri d'une belle rencontre : un ours brun, une escadre d'oies sauvages, un pêcheur à l'âme généreuse, une fillette nostalgique.
    Ce carnet de voyage aux confins de la Russie fait vivre leur passion commune et redonne à lire quelques-uns des aphorismes dont Sylvain a parsemé ses nouvelles, récits et reportages, illustrés par les photos de Thomas et les peintures de Bertrand.

  • La représentation animalière de l'homme est l'une des grandes traditions de l'histoire de l'art, que nous avons le bonheur de voir renouvelée par Quentin Blake dans la remarquable collection d'oiseaux que contient cet ouvrage. Jeunes ou vieux, riches ou pauvres, joyeux ou tristes, ces oiseaux témoignent de l'extraordianire acuité du regard de l'artiste sur notre temps et nos moeurs. Saisis en plein vol de main de maître, les oiseaux, c'est nous !

  • «Deux grands mythes circulent à mon propos : je suis un intellectuel parce que je porte des lunettes et je suis un artiste parce que mes films perdent de l'argent.» Woody Allen.

    Woody Allen est l'une des figures les plus connues et accomplies du septième art, un cinéaste qui, plus que tout autre, a profondément influencé son époque et un réalisateur qui a toujours su attirer les meilleurs acteurs. Tout le monde a son Woody Allen préféré : qu'il s'agisse d'une de ses comédies romantiques urbaines comme Annie Hall ou Manhattan, ou d'une des comédies dramatiques plus récentes telles Vicky Cristina Barcelona ou Blue Jasmine.
    De Quoi de neuf, Pussycat? (1965) à L'Homme irrationnel (2015), Woody Allen film par film explore cinquante années de cinéma. Dans un entretien exclusif, le réalisateur revient sur son incomparable carrière que la préface de Julie Delpy éclaire d'un tout nouveau regard.

  • A Rochefort, depuis 1997, dans l'ancien Arsenal maritime, une équipe de passionnés reconstruit la frégate Hermione, qui permit à La Fayette en 1780 de traverser l'Atlantique pour rejoindre l'Amérique.
    Ce grand navire en bois, témoin d'une période phare de l'histoire maritime française, renaît sous les yeux du public qui peut ainsi découvrir le travail des charpentiers, des forgerons, des gréeurs, des calfats, des voiliers... Les photos de Francis Latreille et les textes d'Yves Gaubert racontent, étape par étape, cette aventure unique, avec des illustrations de Gilbert Maurel et une préface de Benedict Donnelly.

  • Tout le monde connaît la grâce fascinante d'Audrey Hepburn, mais peu savent qu'elle a vécu à Rome plus de vingt ans, depuis le tournage de Vacances romaines en 1953, du temps de ses mariages avec Mel Ferrer puis Andrea Dotti avec lesquels elle a eu deux fils -Sen Ferre et Luca Dotti.
    Ce récit photographique, fruit d'une recherche iconographique approfondie dans les archives internationales et cinématographiques, illustre la transformation progressive d'Audrey : la diva inaccessible d'Hollywood devient une actrice confirmée en Italie, une femme et une mère. Quand elle s'éloigne de la scène au cours des années 1970, elle reste plus que jamais romaine d'adoption et renforce son lien avec la ville. Une Audrey inédite, à l'écart des feux de la rampe qui ont fait d'elle une inoubliable star : c'est toujours elle qui détient le record du nombre de couvertures de magazines.
    Le second fils d'Audrey, Luca Dotti, nous offre en préface un portrait privé et intime de sa mère.

empty