Institut Francais D'archeologie Oriental

  • Le volume V de la série Mirgissa est consacré à la publication des empreintes de sceaux mises au jour sur ce site de la frontière méridionale de l'Égypte, et datées, pour la plupart, des XIIe et XIIIe dynasties pour la plupart. Plus de 15 000 fragments ont été recueillis dans la forteresse et sa décharge. Outre un grand nombre sur les huisseries des portes, et d'autres sur papyrus, les sceaux étaient appliqués sur des coffres et divers contenants. Les empreintes ont été laissées par des sceaux aux motifs géométriques ou gravés de signes hiéroglyphiques ; d'autres livrent les noms de rois et des représentations locales des grandes institutions comme le Trésor, les greniers, les magasins, le service du travail, ou encore donnent les titres et les noms de fonctionnaires. Certaines émanent de forts voisins.

    Cet ensemble remarquable et unique a permis d'étudier, dans une seconde partie, l'organisation, au Moyen Empire, d'un mnnw, Mirgissa/Iqen, placé sous l'autorité d'un gouverneur, et ses relations avec la métropole et les autres citadelles de Nubie.

  • Le fort de Krokodilô, fouillé en 1996 et 1997 par la Mission française du désert Oriental, est situé sur la route reliant Coptos, dans la Vallée du Nil, à Myos Hormos, sur la mer Rouge. Son dépotoir, formé sous les règnes de Trajan et Hadrien, a livré plus de 800 ostraca, dont 189 sont publiés dans ce volume.
    Après un premier volume des Ostraca de Krokodilô consacré à la correspondance militaire, le présent ouvrage s'intéresse à la correspondance privée que s'échangeaient les habitants de Krokodilô et des forts voisins et Phoinikon et Persou.
    Les lettres ont été rédigées par trois personnalités très différentes : Philoklès, le vivandier et proxénète, joue un rôle central dans l'approvisionnement des habitants des fortins du désert, et dans le commerce de prostituées, dont il s'est fait une spécialité. Ischyras, le carrier, est une connaissance de Philoklès.
    Ses lettres regorgent de manifestations d'amitié, mais livrent aussi quelques confidences peu amènes, indices de rapports humains parfois brutaux. Apollôs enfin, en plus d'être peut-être un soldat, assure le rôle de scribe au sein d'un groupe dont les préoccupations concernent presque uniquement leur ravitaillement.
    La richesse de ce corpus permet de reconstituer la vie des petites sociétés peuplant les garnisons du désert au début du II e s. apr. J.-C., et de mettre en lumière la vigueur des réseaux qui liaient les quelque 200 personnages qui apparaissent dans les ostraca. On y découvre l'importance des liens de solidarité dans un milieu hostile et la place essentielle des civils, notamment des femmes, dans la vie des fortins.

empty