Laville

  • 1453, date dernière de la fin de l'empire romain. Date dernière de la fin de l'empire chrétien d'Orient. Constantinople est morte de l'affrontement entre l'Eglise de Rome et l'Eglise orthodoxe ; entre l'Eglise latine et l'Eglise grecque. Constantinople est morte d'un Occident médiéval qui ne l'a jamais secourue pour ne l'avoir jamais comprise. Constantinople est morte de la cupidité des républiques de Gênes et de Venise. Constantinople, plus que millénaire, la ville des villes est morte du désir intense qu'avait Mehmet II de la conquérir. Ainsi disparut celle dont le charme fut ineffable. Voici le récit de sa fin.

  • Esprit particulièrement brillant, on rêve de ce qu'aurait pu être Sénèque sous Auguste : son collaborateur, sans doute, son premier ministre et peut-être son successeur.
    Il n'eut pas cette chance et dut participer au pouvoir d'une famille malade : Caius, l'empereur fou et ses deux soeurs Julie et Agrippine, cette dernière étant la mère de Néron.
    Ce livre est un chapitre de l'histoire politique de Rome. Le temps du ministère de Sénèque tranche sur les périodes précédentes et suivantes ; car c'est le temps de la liberté politique et de la liberté individuelle.
    Il n'y aura plus, après Sénèque, de liberté politique dans l'empire romain. Ce que les Grecs appelaient la démocratie s'est, pour très longtemps, évanoui de la surface du monde habité.
    Sénèque est aussi un philosophe stoïcien et un moraliste. Sa philosophie lui commandait le dévouement au bien public. Il l'a pratiqué au pouvoir et son influence de moraliste se fit sentir dans l'administration de la chose publique. Sa régence éphémère fut un grand moment de la politique romaine et sa mort, ordonnée par Néron, un assassinat.

empty