Le Dilettante

  • Mutée disciplinairement à New York, Colorado, un petit village raciste du fin fond de l'Amérique, sans couverture mobile et où il ne se passe jamais rien, la lieutenant de police de couleur noire, à forte corpulence, Agatha Crispies a trouvé un échappatoire à son désoeuvrement dans l'animation d'un club de lecture au sein du commissariat. Mais alors qu'elle désespérait de pouvoir un jour enquêter à nouveau sur un meurtre autre que celui d'un écureuil, une série d'effroyables assassinats et disparitions viennent (enfin) troubler la tranquillité des lieux, mettant à l'épreuve ses connaissances littéraires.
    Puértolas signe un drôle de thriller loufoque, un poilar !

  • La folle histoire d'une lutte sans mort de Napoléon Bonaparte, revenu aux affaires pour sauver le monde contre les djihadistes : l'imagination au pouvoir. De nos jours, un chalutier norvégien de Findus repêche, dans ses filets, Napoléon Bonaparte et son cheval Le Vizir, maintenus en parfait état de conservation grâce aux eaux glaciales de la mer du Nord. Le retour du premier Empereur de France coïncide avec la vague d'attentats djihadistes qui assaille le pays depuis quelques mois.
    Promu, par une secrète confrérie corse, à une retraite au soleil, Napoléon, boosté au Coca-Cola Light pour apaiser ses aigreurs d'estomac, et en escale à Paris, ne peut rester indifférent au sort de son peuple. Il décide alors de se lancer dans une guerre contre les fanatiques islamistes. Evincé par le gouvernement de Hollande, il devra se constituer une nouvelle Grande Armée qui s'avèrera être bien loin de celle qu'il imaginait.

  • Natchave

    Alain Guyard

    Jusqu'à il y a peu, en philosophie, antique patrie du concept poli à la main et de la dialectique fin moulue, Alain était synonyme de commerce pondéré, de sagesse en trois points et de radicalisme sur coussin d'air. Enfin Guyard vint. Guyard le goliard, le poissard, le soudard, nous rappelant que les Alains, long time ago, furent une tribu des plus barbares. Avec lui philo se fit folie, défroqua la toge, mit les doigts dans le nez et dans la prise, se risqua aux mauvais lieux et substitua au portique de Zénon ceux que Dame Sécurité impose à l'entrée des centrales.

    En témoignent à la barre les trois titres qu'icelui publia au Dilettante, on l'y voit philosopher au coeur de la taule, frôler le ravin avec des Gitans et s'encanailler la sagesse avec tout ce que le monde compte de marginaux.

    À lire Natchave, son quatrième titre, le dossier de l'auteur s'épaissit : natchave, en bel argot, signifiant « s'en aller, partir, se faire la belle ». S'y démontre en effet ce que le futur pensant retiendra comme « le théorème de Guyard ». Énonçons : « La profondeur de la pensée est fonction de l'usure des semelles. » À savoir que si, quelqu'un se dit penseur, matez-lui les tatanes : pures d'éraflures, vous avez affaire à un rentier du logos, un de ces fonctionnaires du cogito qui touillent la soupe conceptuelle dans un sens puis dans un autre ; mais, si elles sont usées jusqu'à la corde ou si le crèpe est fourbu, sans doute avez-vous touché un vrai, un tatoué du jus de crâne.

    Car le philosophe va et sa pensée va de concert, marche, rôde, randonne, dort dehors et rentre tard, passe en fraude. Au fil de ce flamboyant et turgescent traité de philosophie à grandes foulées, Guyard nous modèle un Socrate SDF, lointain disciple des chamans thraces, nous cisèle un portait d'Antisthène l'anti-système, maître de Diogène, déroule l'histoire des goliards, escholiers en rupture de colliers académiques et de bancs de galère scolastique, entrelardant le tout de tranches de vie juteuses, guyanaises, camarguaises et surtout gitanes. Tous les chemins mènent aux Roms.

  • Plaidons coupable.
    A tout le moins plaidons inquiet : dans toute représentation moqueuse ou gentiment agressive d'une carrière, d'une ambition ou simplement d'un métier, on peut flairer un peu d'envie ou d'embarras, déplorer tout ce bruit pour rien. Ces sortes de farces côtoient toujours la gaffe. Attention au larbin congédié. La roture guette le malheureux caricaturiste qui s'échine à faire sourire pendant que de plus nobles que lui aiguisent noblement leur noble plume.

  • Histoire d'eaux

    Emmanuel Pierrat

    Le Jardin zoologique de Lutèce est un enclos choisi, la dernière fauverie où l'on broute, l'ultime volière où s'éjouit de concert un lot de spécimens choisis pour l'élégance du plumage ou la musicalité du ramage. Le Jockey-club du mammifère exotique. Veille en chambellan sur ce petit Monaco zoologique, un sieur Sentinelle, retour des Indes, grand buveur d'absinthe et téteur de bambou opiacé devant l'Éternel. Ce dernier se rappelle d'ailleurs aux Lutéciens qui écopent, fin janvier 1910, d'un déluge d'anthologie. Une Histoire d'eaux, entre Tardi et Jarry, à lire au sec, une fée verte sur les genoux.

  • " Elles lui exposèrent leur dessein avec franchise, précisant qu'elles ambitionnaient, autant que possible, d'imiter les poissons, chez qui se rencontraient presque toutes les formes de sexualité.
    [...] Yann prit note de cette consigne, bien qu'en dix années de Show de Breizh, alimentées de flottilles de clients tordus et bigoudens, il n'eut jamais rencontré un tel fantasme. "

  • " Elle lui annonça avec une tendresse sadique que la décision avait été prise de suspendre tous les permis de chasse.
    Il demanda à voir le responsable du Sundarban's Bureau, et apprit qu'il avait été emprisonné le matin même, sur décision du comité central, pour trafic de pénis et de moustaches de tigre. "

empty