Les Beaux Jours

  • Les croisades et la guerre de Cent Ans ayant épuisé la plupart des grandes familles de la noblesse d'épée lyonnaise, on assiste à partir de la Renaissance à une transformation sociologique de l'aristocratie locale, avec la montée en puissance des marchands.
    Châteaux du Lyonnais présente ainsi près de cent trente demeures historiques dévoilant l'art de vivre qui se développa entre Rhône, Saône et Loire, au coeur des paysages champêtres des monts du Lyonnais, du Forez et les coteaux du Beaujolais. Des forteresses du Moyen Âge aux châteaux du Grand Siècle, des maisons des champs de la Renaissance aux maisons de plaisance du siècle des Lumières, c'est ici une histoire singulière qui se dessine au gré des rencontres et des chemins. Nombreux sont les propriétaires privés qui ont accepté d'ouvrir leurs portes, nous laissant pénétrer les mystères d'une société lyonnaise pourtant réputée pour son « goût de la dissimulation », comme l'écrit Louis Calaferte dans sa Petite suite lyonnaise.

  • Très prisés au XVIIIe siècle, les cabinets de curiosités reviennent au goût du jour.
    Les contemporains reprennent les codes classiques du genre, tout en y adjoignant arts religieux, populaire, brut ou d'avant-garde, instruments scientifiques, vanités, écorchés ou objets érotiques. Le bizarre le dispute au sublime, le bibelot exotique au chef-d'oeuvre. Le cabinet d'aujourd'hui reconstitue des mondes lointains ou fantasmés mais, à la différence de ses prédécesseurs, exprime aussi une intimité ou une quête intérieure qui en fait l'originalité.
    Une vingtaine de propriétaires ont accepté, sous réserve de l'anonymat, de dévoiler leurs trésors et d'éclairer les raisons de cette forme de "collectionnite".

  • Présentation de 31 édifices d'exception bâtis sur la Côte basque, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, à une époque où la région est une destination prisée par l'aristocratie française et européenne.

  • Pourquoi se ruiner ? A Paris, il est possible de : Louer des appartements confortables et de chaleureuses chambres d'hôtes à prix mini...
    Visiter gratuitement les plus beaux musées de la ville... Se régaler pour trois fois rien dans des bistrots historiques ou des cantines exotiques... Découvrir à pied des quartiers méconnus, hors des sentiers battus... S'initier gratuitement au tango sur les bords de Seine avec des aficionados... Il existe mille façons de profiter de la Ville Lumière... La preuve en 400 adresses authentiques et vraiment économiques !

  • Un bassin de distribution des eaux datant du VIe siècle, un b uf parisien métamorphosé en taureau nîmois, le plus vieux monument de la ville, la grotte des assemblées secrètes protestantes au XVIIIe siècle, des jeans de 1736, une éminence grise au café du prolé, des moulins à vent du XVIe siècle, des picholiniers de plus de deux siècles, la plus ancienne enseigne de Nîmes, des maquettes en liège des monuments romains, des sauriens en altitude...

    ... la belle Gardoise réserve bien des surprises et n a pas fini de livrer ses secrets.

  • Qui devint reine alors qu'elle n'avait que 6 jours ? Quel fut le dernier roi de France à avoir un fou à son service ? Que fut le coup de Jarnac ? Pourquoi Napoléon choisit-il l'abeille comme emblème ? Qu'est devenu l'assassin de Jean Jaurès ? Combien l'empereur Bokassa avait-il de femmes ?

    À l'aide de ces questions et de quelque 300 autres, amusez-vous à retraverser l'histoire, toute l'histoire, ses hauts faits comme ses anecdotes, de l'australopithèque à la Ve République.

empty