Humour

  • Jean-Louis Fournier Grammaire française et impertinente Elle montre souvent le mauvais exemple, mais donne toujours la bonne règle !
    Voici une grammaire impertinente qui réunit l'ensemble des règles à suivre pour dire et écrire correctement bêtises et grossièretés. Des personnages inhabituels dans un livre de grammaire - un condamné à mort, un gangster, un commandant de bord aveugle... - nous enseignent l'usage des prépositions et des conjonctions et conjuguent avec aisance le subjonctif imparfait des verbes les plus délurés.
    Ancien écolier que les exemples puisés dans Anatole France ou Pierre Loti n'arrivaient pas à dérider, Jean-Louis Fournier a pensé aux élèves peinant aujourd'hui sur l'orthographe comme lui-même peinait hier.
    Un manuel que doit également posséder tout instituteur rêvant de voir une petite lueur s'allumer dans le regard blasé des cancres.

  • je regarde une vieille photo.
    j'étais pas mal, avant. pourquoi, chaque année, je me trouve de moins en moins bien ? peut-être parce que c'est l'hiver ? si vous passez l'hiver, vous verrez : l'été, c'est pareil. vous savez comment on s'aperçoit qu'on est vieux ? quand, même bronzé, on reste moche.

  • JE VAIS T'APPRENDRE LA POLITESSENe posez pas vos pieds sur les banquettes des trains, elles ne sont pas toujours propres, vous allez salir vos Nike.Peut-on dire "à vos souhaits" à quelqu'un qui a pété oeApprenez à respecter les autres, et pourquoi pas les aimer. Que faire quand on trouve un ver dans sa salade ? Et un crocodileoe Vous n'avez rien à donner, donnez votre place assise.Ne mettez pas votre baladeur trop fort pour en faire profiter les autres. Ils n'ont qu'à s'en acheter un. Et n'oubliez jamais qu'en tout lieu, en toutes circonstances, le fort doit la priorité au faible.Après Grammaire française et impertinente et Arithmétique appliquée et impertinente, voici un manuel de savoir-vivre pour les jeunes. Jean-Louis Fournier, décidement, ne vous lâche pas les baskets.

  • SATANE DIEUQuand Dieu eut fini le monde, il se recula pour l'observer. Et il dit : « Cela est bon. Peut-être trop bon pour eux... » Dieu loge maintenant avec saint Pierre au dernier étage d'une grande tour. Dieu s'ennuie. Les hommes s'amusent. Dieu est jaloux. « Vous avez réussi le paradis, il n'y a pas de raison que vous loupiez l'enfer », lui dit saint Pierre. Encouragé, Dieu invente dans la foulée: la famine qui décime, la culpabilité pour tout gâter, la rentabilité pour tout gâcher, TF1, la surpopulation jusqu'à saturation, les guerres de religion comme punition, après Mozart, Jean-Michel Jarre, et, pour se marrer pendant les fêtes de fin d'année, un bon raz de marée... Un essai de théologie légère, qui ose enfin regarder Dieu dans les yeux.

empty