Arts et spectacles

  • De nombreuses découvertes de peintures antiques, notamment dans le monde romain, ont été effectuées depuis quelques décennies, elles ont permis d'envisager sous un jour nouveau ce qu'il est aujourd'hui possible de nommer peinture romaine. Les études, monographies ou synthèses, qui ont été publiées sur le sujet, ont élargi considérablement notre vision traditionnelle, tributaire des travaux fondamentaux de l'archéologue allemand August Mau à la fin du XIXe siècle, qui définissait quatre styles successifs dans la peinture de Campanie, échelonnés du IIe siècle av. J.-C. à la fin du Ier siècle de notre ère. Il fallait désormais, sans renoncer au vaste corpus campanien, évaluer son importance relative dans l'ensemble du monde romain jusqu'à la fin de son histoire. En même temps, on se devait de considérer avec plus de profondeur ces oeuvres d'artisans inspirés, de retrouver les sources grecques, voire étrusques de leurs réalisations pariétales dans une dépendance plus ou moins marquée de la peinture de chevalet disparue. On entrevoyait ainsi les raisons de la localisation de ces peintures dans le décor domestique en même temps qu'un certain bouleversement de la hiérarchie des sujets dans le cadre de programmes picturaux, qui apparaissaient désormais comme autant de témoins du regard sur le monde de leurs commanditaires, de leurs préoccupations philosophiques ou religieuses et finalement, dans une certaine mesure, comme un miroir de la société romaine. Mais plus concrètement, il fallait aussi faire le point sur les découvertes en matière technique, aidées par les nouveaux procédés d'analyse, et sur les conditions socio-économiques de la production de ces peintures. Comme les autres ouvrages de la collection, ce manuel ne présente pas un catalogue général des oeuvres concernées mais il apparaît à point nommé pour rendre compte, à travers de nombreux exemples choisis, connus, peu étudiés ou inédits, de l'ensemble de ces démarches anciennes et nouvelles.

  • Si l'architecture grecque est aisément assimilée, dans l'esprit du public cultivé, au parthénon et en général à une haute colonne cannelée, terminée par un couronnement évasé, il semble qu'elle soit mal distinguée de l'architecture romaine, tant s'impose l'image des constructions romaines parfois bien conservées en france, et tant sont présentes les interprétations des modèles antiques, offertes par les architectes de la renaissance et par ceux qui adhérèrent au courant néo-classique du xixe siècle.
    Certes, chacun se représente sans-difficulté les grandes lignes d'un temple grec, mais à l'évidence, les étapes de sa construction, ses caractéristiques, ses multiples variations, sa polychromie, toutes ces questions ne sortent guère du cercle étroit de quelques spécialistes. pourtant, nos connaissances ont beaucoup évolué depuis que des architectes-archéologues ont entrepris, à partir de la fin du xixe siècle, d'écrire des manuels d'architecture grecque.
    C'est cette actualité toujours renaissante, à la lumière de fouilles récentes et de sources écrites, qui est proposée dans ce tome i. il rassemble les principes de la construction grecque : après avoir examiné la formation et les méthodes de travail des architectes (d'après l'étymologie grecque, ce sont des " maures-charpentiers "), comment et avec quels financements les artisans construisaient, nous ferons monter un édifice depuis ses fondations jusqu'à la charpente et aux tuiles ; sans oublier l'indispensable décor, sculpté ou peint.
    L'analyse de la signification des " ordres " grecs et du " canon " dorique était aussi nécessaire. une fois ces principes admis, il sera alors possible, dans les tomes qui suivront, d'exposer le développement et la diffusion des différents types de bâtiments. car la grèce antique - ce volume le montre déjà -, ce ne sont pas seulement des temples, ce sont aussi des tombes voûtées, des enceintes avec des portes en arc brisé, ainsi que des murs et des plafonds peints en trompe-l'oeil architectural dans de riches demeures organisées autour d'une cour péristyle.

empty