Pu De Paris-sorbonne

  • En 1913, à l'issue des guerres balkaniques, le consulat de France à Salonique sort de la juridiction de l'ambassade de France à Constantinople, dont il dépendait depuis sa création en 1686. S'il est désormais rattaché à la Légation de France à Athènes, sa circonscription est, elle, éclatée entre plusieurs entités étatiques et nationales : Grèce, Serbie ou encore Bulgarie.

    Cette double mutation, territoriale et administrative, n'est pourtant que le résultat tangible de 150 ans de profonds bouleversements constitutifs de la fameuse question d'Orient, qui ont transformé tant l'Empire ottoman, notamment dans sa partie balkanique, que le poste d'observation avancé de la diplomatie française que représente l'institution consulaire de Salonique. L'étude du consulat sur le temps long, véritable fil conducteur du livre, permet de saisir l'ensemble des temporalités diverses - locale, nationale, ottomane, française, méditerranéenne, européenne, internationale - dans lesquelles l'institution consulaire s'inscrit, de réfléchir aux ruptures, adaptations et autres contretemps et, sans toutefois les hiérarchiser, de souligner les décalages entre la théorie, les discours et les réalités de l'action consulaire.

    Tour à tour objet d'histoire humaine et urbaine, d'histoire politique, diplomatique et économique, d'histoire institutionnelle et administrative, le consulat, en interaction aussi bien qu'en représentation à différentes échelles, est réfléchi au miroir de lui-même.

  • Au milieu des années 1880, les marges septentrionales de la péninsule Indochinoise sont soumises à une double conquête coloniale, celle de l'Annam et du Tonkin par les Français, et celle de la Haute-Birmanie par les Britanniques. Aux explorations fluviales s'ajoutent la délimitation des frontières et la cartographie régulière des territoires sous l'égide des différents services géographiques. Diplomates chinois, siamois et européens négocient dans les capitales et dans les montagnes, sous la tente. Topographes européens et indiens arpentent les routes et les sentiers pour lever les itinéraires et mesurer l'espace. Ils s'enquièrent auprès des habitants du juste toponyme, collectent et font traduire des cartes autochtones, interrogent leurs guides, les chefs locaux et les marchands venus de Chine.

    Ce livre retrace les politiques institutionnelles, les pratiques de terrain et les constructions territoriales qui en découlent. Par une étude croisée de la cartographie dans ces espaces, il met en lumière le statut central d'un territoire spatialement périphérique, à propos duquel on a pu parler d'une "géographie de l'ignorance". À rebours de quelques idées reçues, il montre que les cartes ont un pouvoir limité, même en contexte colonial, si l'on accepte de dépasser les discours pour observer les modalités de leur production et leurs différents usages.

  • Si l'urbanisme, comme discipline, s'est constitué au 20e siècle, les mouvements sociaux qui remettent en cause l'aménagement urbain ont une histoire beaucoup plus longue. Ce livre s'attache aux multiples formes de mobilisations collectives qui depuis le Moyen ge ont pris la ville, ou à une autre échelle la région ou le quartier, comme objet. A partir d'études de cas concrets, des Pays-Bas médiévaux à la Marseille d'aujourd'hui, ce livre cerne les relations sociales qui s'élaborent lorsque des groupes voient leur espace matériel se modifier, soit qu'ils s'opposent aux changements, soit qu'ils s'engagent en faveur de transformations alternatives.
    En prêtant attention à la variété des cadres d'expériences des protagonistes et à celle de leurs répertoires d'action, de la consultation à la prise d'armes, ce livre cherche aussi à historiciser les résistances aux gestes de " modernisation " des pouvoirs publics. Ce faisant, il éclaire la question de la participation, versant institutionnalisé de l'implication des populations dans l'aménagement urbain.
    Il s'efforce d'en restituer les contextes concrets et leurs évolutions suivant trois grandes interrogations : qu'est ce qu'un processus de politisation ? Comment s'articulent les différents intérêts en jeu, individuels ou collectifs ? Les " grands travaux " sont-ils susceptibles d'une approche complexe, attentive aux transformations sociales qu'ils engendrent ou accompagnent ?

empty