Tourisme & Voyages Europe

  • Sicile

    Mathilde Tingaud

    Terre de contrastes, superbe et violente, la Sicile fut le théâtre de la légende épique, l'un des fleurons de l'hellénisme et le grenier de Rome. Un temps byzantine puis arabe, reconquise par les chevaliers normands, elle aura été tout au long de son histoire un avant poste de l'Europe face au péril punique puis musulman. Tour à tour souabe, angevine, aragonaise et espagnole, elle résume ce que fut l'histoire tourmentée du monde méditerranéen cher à Fernand Braudel. Des fastes baroques au temps des Guépards, du rapt de Perséphone aux bandits d'honneur du XIXe siècle, cette terre rebelle offre l'un des visages lumineux de l'Europe, sous la menace d'une nature extrême qui fait d'elle le refuge des dieux.
    Table des matières La Sicile et ses premiers habitants La Sicile grecque - La Sicile dans les poèmes homériques - Les colonies grecques en Sicile - La Sicile des dieux et des héros - Les colonies de la côte orientale de la Sicile - Les colonies des côtes septentrionales de la Sicile - Géla - Agrigente - L'archéologie punique en Sicile - Empédocle d'Agrigente - Syracuse - Ségeste - Sélinonte - Platon et la Sicile La Sicile romaine - Le bateau punique de Marsala - Théocrite - Archimède - Le si-ge de Syracuse par Marcellus - Les malversations de Verrès - Éénée en Sicile - Piazza Armerina - Les vestiges romains en Sicile Barbares, byzantins et arabes en Sicile La Sicile normande - Les châteaux normands en Sicile - La Palerme normande - La Cefalu normande - Le roi de Sicile, un "sultan baptisé" - Le foyer culturel de la cour des rois normands - Monreale - La mémoire des paladins français Des Souabes aux Angevins - Frédéric II, roi de Sicile et de Jérusalem - Frédéric II, "César de Sicile et sultan des Pouilles" - La cour de Frédéric - La poésie sicilienne La Sicile aragonaise et espagnole - Les Chiaramonte - Antonello de Messine, le peintre sicilien de la Renaissance - L'expulsion des juifs de Sicile - Le Val di Noto baroque - Giacomo Serpotta La Sicile des Bourbons - La villa Palagonia - Les voyageurs français en Sicile - Goethe en Sicile -Sainte Rosalie, patronne de Palerme - Giuseppe La Farina, un artisan sicilien du Risorgimento - Garibaldi, le héros du combat pour l'unité italienne La Sicile depuis l'unité - Francesco Crispi - 28 décembre 1908 : la terre tremble à Messine - Giuseppe Tomasi di Lampedusa - Les lettres siciliennes contemporaines Chronologie - Bibliographie - Index des lieux - Indes des noms de personnes

  • Ce livre pallie un manque : il permet de comprendre l'évolution des hommes et de leur milieu en retraçant l'histoire de l'Italie du Sud des origines à nos jours. Il s'agit de rendre à l'Italie du Sud toute la noblesse qui est la sienne.
    De la préhistoire à l'unité italienne, l'Italie du Sud fut une terre de contacts qui s'est développée, enrichie et embellie des nombreuses influences des divers peuples qui l'ont foulée et qui l'ont constituée. Italiques, Grecs, Romains, Lombards, Byzantins et Normands, Maisons de Souabe, d'Anjou et d'Aragon, Espagnols, Autrichiens et Français, Bourbons, tous les grands peuples et les grandes puissances qui ont fait l'histoire et la culture de l'Europe et du bassin méditerranéen depuis les origines se sont implantés en Italie du Sud et y ont laissé leurs empreintes, encore visibles et essentielles aujourd'hui, tant dans l'urbanisme que dans l'architecture, la littérature, les arts ou la gastronomie.
    En se consacrant exclusivement à l'Italie du Sud, cet ouvrage de référence, le plus complet possible, permet de mieux comprendre ce qui rend cette région si attachante, ce qui en fait une terre d'exception.
    Agrégée de lettres classiques, Delphine Hassan est professeur en classes préparatoires littéraires. Elle a publié un ouvrage dont la perspective d'histoire littéraire montre l'influence gréco-romaine dans la littérature française. En outre, elle accompagne toujours avec passion les voyageurs de Clio autour du bassin méditerranéen. Elle leur fait découvrir les richesses de cette région en partageant avec eux émotions et érudition.

  • Chypre

    Delphine Hassan

    Le culte d'Aphrodite se répandit d'est en ouest, comme la révolution néolithique, dont Chypre fut l'un des plus anciens foyers. Ses richesses en cuivre permirent d'élaborer une industrie métallurgique importante, qui attira les plus grandes puissances : Mycéniens, Phéniciens, Assyriens... Au coeur de tous les conflits, des guerres médiques à la guerre froide, Chypre participa activement à la victoire d'Alexandre le Grand, puis passa dans l'orbite de l'Égypte de Ptolémée. Attirée par ses nombreuses ressources, Rome y apporta la paix et y développa l'architecture. À l'orée du christianisme, l'Église de Chypre, apostolique, devient autocéphale. Sa vitalité est fondamentale, malgré les raids arabes et la domination franque. Lieu de passage des Croisades, de Richard Coeur de Lion à Frédéric II ou saint Louis, Chypre fut le refuge des derniers chrétiens d'Orient et connut son apogée. Le dernier roi Lusignan la transmit à Venise, qui dut ensuite la céder aux Ottomans. Entre hellénisme et islam, deux communautés se développent. Protectorat puis colonie britannique, Chypre devient indépendante en 1960. La complexité géopolitique de sa situation aboutit à la partition de l'île depuis 1974.

  • La nostalgie de Rome a dominé pendant quinze siècles l'Histoire de l'Europe, à travers le rêve impérial de Charlemagne, des souverains germaniques et de Charles-Quint, dans le temps où la lecture de Plutarque et de Sénèque fournissaient des modèles héroïques et les règles d'un art de vivre fondé sur le courage et le souci de la dignité. Les poètes de la Renaissance, les artistes et les honnêtes gens du Grand Siècle, et aussi les tenants de la République jacobine, cherchèrent dans la civilisation romaine les sources de leur inspiration et les exemples qui devaient les aider à relever les défis de leurs époques respectives. Faite d'énergie, de fidélité et de sens de l'honneur, la tradition ro profondément influencé les mentalités et les représentations collectives de la vieille Europe. C'est donc le choix d'un pèlerinage aux sources que fait le voyageur qui part pour Rome. Vingt-cinq siècles d'histoire défilent en effet sur le site où fleurit la Cité des sept collines. Des vestiges de l'ancien Latium aux forums impériaux ou à l'amphithéâtre flavien, des catacombes chrétiennes aux églises baroques en passant par la prodigieuse coupole de la basilique Saint Pierre, c'est à Rome que les Européens peuvent retrouver une bonne part des éléments fondateurs de leur identité.

  • C´est à l´issue d´une longue montée en puissance fondée sur la maîtrise de la mer et le dynamisme de son économie que la Grande-Bretagne victorienne s´est hissée au rang de première puissance globale au XIXe siècle. Il faut toutefois se reporter bien en amont pour éclairer les conditions dans lesquelles s´est progressivement affirmée une identité anglaise tout à fait spécifique : née de la synthèse des héritages celtique, anglo-saxon et normand, l´Angleterre médiévale s´impose précocement comme l´un des grands États européens et ouvre la première, en de nombreux domaines et à travers une histoire mouvementée, les voies de la modernité. Imperméable aux assauts de ses rivaux continentaux depuis 1066, arbitre par la suite du concert européen, la Grande-Bretagne s´impose également par la richesse de ses productions culturelles. Portée, entre autres, par Shakespeare, Turner et Dickens, elle a développé cette vision du monde et cet art de vivre si singuliers qui lui confèrent un charme auquel le gentleman avisé ne saurait résister.

  • Grèce

    Christine Mauduit

    L'ouvrage présente, dans un ordre d'exposition chronologique, les grandes étapes de l'histoire de la Grèce antique. Après un premier chapitre consacré à l'exposé des données géographiques, on retrace l'aventure de la redécouverte de la Grèce à l'époque moderne, des premiers voyageurs jusqu'aux archéologues d'aujourd'hui. La suite de l'ouvrage fait alterner exposé événementiel et présentation des principales réalisations artistiques et culturelles, éclairant la genèse des genres littéraires, l'apparition des formes architecturales, l'évolution de la sculpture, etc. Trois chapitres sont consacrés à la religion et traitent des grandes divinités du panthéon grec, des actes constitutifs du culte, des fêtes et des sanctuaires panhelléniques. Des extraits de textes d'auteurs anciens et de récits de voyageurs sont introduits dans l'ensemble de l'ouvrage pour illustrer l'exposé et offrir des temps de pause dans la lecture.
    Ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de Lettres classiques, Christine Mauduit est professeur de langue et littérature grecques à l'Université Jean Moulin-Lyon 3. Elle est l'auteur de La sauvagerie dans la poésie grecque, d'Homère à Eschyle (Les Belles Lettres, 2006).

  • Ce livre répond à une attente : non pas un énième guide touristique sur
    Florence et pourquoi pas en prime (!) la Toscane, mais un ouvrage de référence
    commode d'accès, le plus complet possible sur cette partie de l'Italie qui
    occupe une place essentielle dans la culture européenne. Au parcours de
    l'histoire toscane viennent s'agréger des mises au point sur de multiples
    questions : l'art et la technique des fresques, l'invention de la perspective,
    le génie de la langue, la modernité de Boccace, la vraie politique de
    Machiavel, pourquoi et comment les Médicis se sont rendus maîtres de la
    Toscane, le capitalisme toscan, la culture du vin, la Toscane en films... On a
    fait le choix d'une anthologie très riche, auteurs toscans, voyageurs
    étrangers, à travers les siècles. Jean-Joël Brégeon est historien, spécialiste
    de la Révolution française et du Premier Empire. Ses derniers ouvrages,
    Napoléon et la guerre d'Espagne (Perrin, 2006) et La Duchesse de Berry
    (Tallandier, 2009), font référence. En 2008, avec Yann Le Bohec, il a publié
    dans la même collection Rome. Frédéric Brégeon, qui a rédigé les trois premiers
    chapitres et leurs annexes, est licencié d'histoire, administrateur
    universitaire diplômé de l'I.R.A. de Nantes.

empty