Littérature traduite

  • Robert Silverberg illustre en tableaux successifs l'histoire fictive d'un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui, depuis deux mille ans, n'a jamais cessé d'exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. Le christianisme y est inconnu, car les Juifs n'ont pu quitter l'Égypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l'empereur particulièrement perspicace liquide proprement un prophète d'Arabie avant qu'il ait eu le temps de fonder l'islam. Ainsi, l'Empire perdure, avec ses dieux auxquels personne ne croit plus. Une uchronie saisissante par celui qui a reçu le titre de Grand Maître de la science-fiction pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Naissance au présent ouvrage. A cette époque, l'auteur a déjà beaucoup voyagé, en France même et ailleurs en Europe, et a lu quantité d'auteurs français. C'est donc en connaisseur du pays, de son histoire et de sa littérature qu'il va suivre un itinéraire qui le mènera d'abord à Tours et dans les châteaux de la Loire, puis au Mans et à Nantes, avant de se diriger vers le sud, où il passera par Bordeaux, Toulouse, Arles, Nîmes, Carcassonne, terminant son périple par la Bourgogne.
    Tout au long de ses promenades, dans une prose raffinée, il décrit les monuments et évoque les lieux visités sous les différents angles que sa culture lui permet d'appréhender, citant Honoré de Balzac ou George Sand, aussi bien que John Ruskin, et proposant une réflexion permanente entre passé et présent. Ce vagabondage d'un grand esprit a longtemps servi de guide aux visiteurs anglo-saxons de nos contrées.
    Une splendide "leçon de regard".

empty