Religion & Esotérisme

  • Si l'ordre religieux militaire des chevaliers teutoniques est né en terre sainte, c'est en Europe septentrionale et aux marches de l'est qu'il a bâti sa gloire et sa légende.
    Dès le début du XIIIe siècle, l'ordre fut appelé à combattre les tribus slaves. Frédéric II de Hohenstaufen lui donna tous les privilèges des princes d'empire et les teutoniques se virent investis d'une double mission : la conversion des païens des régions baltiques et leur colonisation. dès lors, les chevaliers teutoniques allèrent de conquête en conquête, créant un véritable empire monastique, mais aussi politique et commercial.
    Cet impérialisme dressa contre eux la Pologne et la Lituanie qui, unies sous le sceptre des jagellon, leur infligèrent la fameuse défaite de Tannenberg (1410), point de départ du déclin et de l'éclatement de l'ordre. On a fait des Teutoniques, fondateurs de la Prusse, les ancêtres du militarisme prussien et les nazis ont cherché à les " récupérer ". Henry Bogdan n'a voulu se fonder que sur des faits établis et aboutit à une réalité bien éloignée de cette caricature.

  • Comment le monde romain est-il passé du paganisme au christianisme ? Cette mutation a-t-elle été aussi complète et profonde que l'a prétendu le christianisme victorieux ? Pour répondre à ces deux questions, Ramsay MacMullen se livre d'abord à un examen critique des sources pour ensuite montrer les oppositions qu'a soulevées le christianisme, les obstacles rencontrés par les chrétiens et aussi ce qu'ils ont dû concéder.
    Ainsi, à partir de l'empereur Constantin (mort en 337), les chrétiens ont-ils usé de la persécution (depuis les lois impériales à la terreur que faisaient régner les moines dans les campagnes) pour éradiquer le paganisme. Sous le règne de Dioclétien, la connaissance scientifique et rationnelle est progressivement remplacée par la superstition et les dogmes chrétiens au sein même d'une élite entièrement renouvelée, choisie parmi des paysans ou d'anciens soldats sans formation intellectuelle.
    L'auteur examine enfin comment le christianisme n'a d'autre choix que de tolérer le culte des saints et des martyrs, afin de se faire plus aisément accepter par des populations qui vénérant des dieux mineurs.

  • Qui était exactement Marie-Madeleine ?
    Quelle fut la nature de ses relations avec Jésus ?
    Y a-t-il eu une ou trois Marie-Madeleine ?
    Depuis vingt siècles, ces questions ont alimenté les controverses religieuses, ésotériques, et même fourni l'alibi romanesque du célèbre Code Da Vinci. A partir des sources fiables ? le Nouveau Testament, les évangiles apocryphes et les documents médiévaux ? Roland Hureaux décrypte l'énigme Marie-Madeleine.

empty