Sciences & Techniques

  • Depuis quelques années, dans le sillage d'importantes découvertes scientifiques liées à la communication végétale, une tendance de fond nous incite à prendre l'arbre pour modèle, voire à pénétrer les arcanes de sa « vie secrète ». Mais, au-delà des métaphores et des analogies faciles, que peut-on vraiment espérer de ce nouveau rapprochement avec l'arbre ? Une source d'inspiration, un modèle écologique, la clé d'un nouveau bien-être fait d'ouverture et de partage ? Un écologue passionné nous livre ses réponses empreintes de science, de sagesse et d'un infini respect pour l'arbre :

    « L'arbre semble vouloir s'adresser aux grands primates irrévérencieux que nous sommes devenus. Des primates aujourd'hui perdus au bord du chemin pour avoir sottement oublié qu'ils vivaient sur la planète des arbres. » J.?T.

    Jacques Tassin est chercheur en écologie végétale au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). Il a publié plusieurs livres sur le lien entre l'homme et les plantes.

  • En un temps où les grands programmes de la génomique drainent la majeure partie des moyens humains et financiers de la biologie, un botaniste tente de rétablir un salutaire équilibre. À l'exact opposé d'une vision anthropocentrée recherchant une explication déterministe, voire mécaniste, du vivant, Francis Hallé entreprend ici d'élargir l'horizon des sciences de la vie au monde végétal en mettant l'accent sur l'observation in situ et l'étude qualitative des plantes.
    Une remarquable leçon de biologie incitant à rendre d'urgence à la plante la place, primordiale, qui est la sienne.

  • Détenir ce marché mondial représente des enjeux financiers colossaux et permet de contrôler la chaîne alimentaire. Une appropriation du bien commun à la réglementation complexe, méconnue du grand public, et mise en place il y a plus de cinquante ans. À cause du développement des semences industrielles et des OGM, des paysans du monde entier se sont vu privés du droit élémentaire de cultiver leurs propres graines.

    Pourquoi ce bien collectif si précieux a-t-il été privatisé et quelles en sont les conséquences? Quels risques fait-on courir à la nature, dont l'être humain est lui-même une composante? Telles sont les questions, vitales pour notre avenir, abordées dans ce livre.

  • Destiné aux naturalistes et aux collectionneurs débutants, ce guide riche de plus de 500 photos nous révèle  toutes les clés pour initier une collection. Nous découvrons pourquoi les minéraux sont si utiles, et les pierres précieuses si convoitées, où se trouvent les gisements les plus importants, et comment identifier les gemmes. Plongez dans ce livre, laissez-vous guider par François Farges, à la rencontre des secrets les mieux gardés de la nature!

  • Un livre est très important. Personne n'a jamais payé le vrai prix d'un livre ; on ne paie que l'impression. Un livre est un don et doit être considéré comme tel. Accorder attention et estime à l'auteur renforce la puissance de l'écriture. Louis I. Kahn On a oublié que les maraîchers parisiens avaient atteint l'excellence au milieu du XIXe siècle. En l'absence de moyens de transport et faute de conservation par le froid, il fallait produire sur place de quoi alimenter un million d'habitants en primeurs, fruits et légumes frais. L'ingéniosité d'alors revient d'actualité. Très étudié aux États-Unis par ceux qui pratiquent la permaculture, ce manuel répond au besoin de produire localement les aliments les plus nourrissants et les plus goûteux possible. « Le livre, comme livre, appartient à l'auteur, mais comme pensée, il appartient - le mot n'est pas trop vaste - au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l'un des deux droits, le droit de l'écrivain et le droit de l'esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l'écrivain, car l'intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous. » Victor Hugo, Discours d'ouverture du Congrès littéraire international, 1878.

  • Nombre de plantes contiennent des substances qui stimulent les facultés cognitives et remédient à des problèmes courants tels que le stress, la fatigue, l'insomnie ou les mouvements d'humeur, sans s'accompagner d'effets secondaires. Explications scientifiques à l'appui, deux spécialistes des neurosciences et des plantes médicinales nous guident vers des pratiques simples pour se sentir mieux, tout naturellement.

  • Le concept de biodiversité, aujourd'hui au coeur des préoccupations est le fruit d'une formidable aventure humaine. Depuis l'Antiquité, l'Homme explore « sa » planète. Les animaux ou les végétaux qu'il a rencontrés lors de ses expéditions ne l'ont jamais laissé indifférent. Petit à petit, son regard sur la nature a changé et il a pris conscience de l'importance de répertorier les espèces vivantes, de les étudier, puis, récemment, de les préserver.
    Cet ouvrage nous fait revivre les meilleurs moments de cette saga, depuis l'Antiquité jusqu'à la fin du XIX siècle, à travers 32 récits d'expéditions et 240 illustrations couleurs originales. Le grand public y suit les captivantes aventures au bout du monde de Marco Polo, Cook, La Pérouse ou encore Darwin, et parcourt de multiples facettes biologiques de la biodiversité actuelle ou passée. Il comprend ainsi qu'un éléphant nain est à la source du mythe du cyclope ou comment le café est arrivé en Europe, découvre à quoi ressemblait la gigantesque vache de mer aujourd'hui éteinte ou quelle fut la première description d'une curiosité botanique devenue commune, la banane, ou encore, apprend quels étaient les ingrédients du chocolat originel...

  • Un monde sans fleurs ? Inimaginable. Les plantes à fleur peuplent notre univers, elles nous nourrissent, nous émerveillent, nous aident à séduire... Pourtant, elles n'ont pas toujours existé ! Elles sont apparues il y a " seulement " 150 millions d'années, mais elles ont rapidement colonisé la planète. Il en existe aujourd'hui près de 400 000 espèces différentes. Ce succès évolutif aussi brutal que fulgurant fut qualifié " d'abominable mystère " par Charles Darwin lui-même, le père de la théorie de l'évolution.
    L'enquête scientifique dure depuis 200 ans mais la science a récemment accompli des progrès fantastiques. Le " mystère de Darwin " n'est plus aussi abominable : nous savons désormais un peu mieux comment la nature est entrée dans l'âge de la fleur. Dans un récit vivant et accessible, François Parcy dévoile des créatures bien moins sages qu'il n'y parait : les fleurs se révèlent intelligentes, manipulatrices et parfois sexuellement débridées ! Un monde étrange et captivant illustré par des dessins naturalistes inédits et par les portraits des chercheurs qui ont accompli les plus grandes avancées.

  • Chacun utilise des plantes quotidiennement. Cet usage intensif ne signifie pas pour autant qu'on les connaisse: qui, derrière la tisane de camomille, voit la petite fleur croisée au bord du chemin?
    Ce guide truffé de conseils et illustré par plus de 500 photos nous fait découvrir les principales espèces sauvages utiles au plus près de chez nous. Nous découvrons comment réaliser des huiles essentielles, utiliser les espèces  tinctoriales, cuisiner les plantes comestibles ... Pour aller plus loin, un carnet pratique donne les coordonnées d'associations, de musées, de sites web grand public, ainsi qu'une bibliographie.
     

  • Notre planète est multiple, et les Tropiques n'ont que peu à voir avec les zones tempérées que nous habitons. La richesse et l'étrangeté de la faune et de la flore dans la zone intertropicale, les particularités de ses climats et de ses paysages en font véritablement un autre monde.
    Mais les spécificités des Tropiques sont aussi celles des hommes qui y vivent et de leurs sociétés, si différentes des nôtres par leur évolution. Aussi le livre propose-t-il une très audacieuse hypothèse, liant astronomie et biologie humaine, quant aux raisons de ces particularités, hypothèse qui pourrait bien déboucher sur une sérieuse révision des stratégies de développement des zones tropicales.
    Mêlant science naturelle, récit de voyage et regard littéraire, c'est à de surprenantes découvertes que nous convie ce livre.

  • Arbre dominateur et exclusif, le hêtre sait attendre dans l'ombre et la discrétion l'opportunité qui lui permettra de régner en maître absolu sur de vastes espaces ensoleillés de nos forêts. Ce colosse à l'écorce fragile sait habilement masquer les blessures que le temps grave sur son tronc. Il fut arbre fruitier au temps où ses faînes huileuses étaient récoltées, il est aujourd'hui joyau de nos parcs et de nos forêts. Présent presque partout en France, le hêtre a donné son nom à de nombreux lieux et à bien des familles : Dufay, Fayat, Faux, Le Faou, Fayette, Athie et Hagède, Hay.Si vous êtes né un 22 décembre, votre arbre tutélaire est le hêtre selon le calendrier celtique, un symbole de patience et d'ambition dominatrice.

  • Un livre qui révolutionne notre approche des maladies et de la médecine. Le Pr Belpomme y démontre scientifiquement que la plupart des affections et maladies chroniques (cancer, obésité, diabète, allergies, etc.) sont liées à notre environnement.

  • Frugal, le bouleau est si peu exigeant qu'il est capable de coloniser les terrains les plus pauvres. Arbre pionnier, il s'installe là où toute autre espèce renonce, mais il s'efface lorsque ses voisins deviennent envahissants. Les hommes préhistoriques s'en servaient pour fabriquer leurs outils, ses vertus thérapeutiques étaient très appréciées au Moyen Age et au fil des siècles, ses utilisations se sont multipliées : on en a fait des abris, des bateaux, des bougies ou des sabots, et il a même pris part à la conquête du ciel.
    Si vous êtes né un 24 juin, le calendrier celtique en fait votre arbre tutélaire et précise que, symbole de sagesse et de spiritualité, ce rude conquérant sait aussi se montrer serviable.
    />

  • Gros producteur de fruits légers que le vent dissémine, l'érable colonise aussi aisément les talus que les anfractuosités des trottoirs et des murs. Essence champêtre, il a enclos les prairies et son feuillage a nourri le bétail et même les gens, lors des étés trop secs. En ville, on connaît surtout l'érable sycomore qui dispense généreusement son ombre le long des allées. Si vous êtes né entre le 11 et le 20 avril ou entre le 14 et le 23 octobre, l'érable, qui résiste au rude hiver canadien et qui est source d'énergie par le sucre qu'il produit, est votre arbre tutélaire, selon le calendrier celtique : un symbole d'ambition, de volonté et de dévouement.

  • Peu d'arbres imprègnent aussi fortement la vie d'un terroir que ne le fait le châtaignier. A la fois arbre fruitier et arbre forestier, le châtaignier est un être de tradition qui, au fil des ans, a su instaurer avec les hommes une affectueuse complicité. Son fruit, autrefois appelé le pain des pauvres, est devenu un trésor gourmand, le marron glacé.
    Si vous êtes né entre le 15 et le 24 mai ou entre le 12 et le 21 novembre, le châtaignier est votre arbre tutélaire, selon le calendrier celtique. Fidèle à son image d'arbre paisible, aimable et tolérant, il est le symbole d'une grande honnêteté et d'une franchise exemplaire.

  • Selon la première définition du Dictionnaire de l'Académie Française l'herboriste est " celui qui connait les simples ". Le mot herboriste dérive du latin herbula, qui signifie petite herbe, ce qu'on appelle depuis des siècles les simples ; nom générique et vulgaire des herbes et des plantes médicinales.

    Comprendre et défendre l'herboristerie est aujourd'hui un enjeu essentiel, une prise de position éthique et politique, pour qui veut reprendre en main la manière de se soigner et vivre d'une manière plus harmonieuse avec la nature. Plusieurs réglementations, tant au niveau français qu'au niveau européen, sont en train d'être adoptées. A l'échelon national se joue actuellement la redéfinition du statut d'herboriste, supprimé en 1941 par le maréchal Pétain. Au niveau européen, c'est toute la définition de ce qu'est une plante médicinale ainsi que l'usage qui peut en être fait, et par qui, qui est en train d'être légiférée. Se déterminent ainsi dans certains cercles d'experts, loin des individus et du terrain, des batailles essentielles autour de la connaissance et de la manière dont peuvent être utilisées les plantes thérapeutiques.

    Thierry Thévenin, botaniste et producteur de plantes médicinales, présente, avec un regard critique et averti, les enjeux principaux que pose à terme l'orientation actuelle de la réglementation française et européenne : comment produire, vendre et utiliser des plantes en France (et en Europe) en dehors du champ industriel, pharmaceutique ou agro-alimentaire ? Des plantes à usage multiple et banal comme le thym, la menthe ou le tilleul vont-elles devenir des médicaments? Comment réhabiliter les herboristes et les pratiques populaires liées aux plantes médicinales sans les dissoudre dans l'éprouvette de la standardisation et du principe de précaution ? La définition de ce qu'est un " médicament " est essentielle et constitue en quelque sorte le " baromètre " de la réglementation relative à l'usage des plantes. L'allégation thérapeutique peut faire basculer la plante médicinale vers le statut de médicament et par voie de conséquence dans les mains de l'industrie pharmaceutique.

    Cet ouvrage a pour ambition d'éclairer le lecteur sur l'urgence d'une prise de position citoyenne en matière de santé. Il s'adresse à toutes celles et ceux qui souhaitent pouvoir bénéficier de l'accès à des médecines alternatives, naturelles, pouvant user sans restrictions inconsidérées ou injustes des plantes, dictées par des intérêts corporatistes. Il souhaite aussi promouvoir des modes de consommation respectueux et conscients de ressources végétales précieuses et fragiles. Il donne ainsi des clés d'analyses et quelques voies possibles pour s'informer, se documenter et s'orienter vers les bons " outils " de compréhension de l'herboristerie et de ces plantes compagnes que sont les Simples.

  • Vous connaissez la silhouette du saule pleureur aux rameaux ébouriffés. Mais le saule est aussi un arbre plein de fierté dont le feuillage argenté frissonne le long des rivières. Façonné par l'homme, il devient ce souple osier dont on tresse les paniers. Le saule enfin, source d'une riche pharmacopée, est à l'origine d'un remède de renommée mondiale : l'aspirine. Si vous êtes né entre le 1er et le 10 mars ou entre le 3 et le 12 septembre, le saule est votre arbre tutélaire, selon le calendrier celtique.
    De cet arbre souple et tolérant, qui s'enracine dans les terrains les plus ingrats, le malheur ni l'adversité n'ont jamais raison.

  • Dans la mythologie germanique, le frêne est Yggdrasil, l'arbre qui soutient le monde : sa cime claire se déploie dans le lointain séjour des divinités supérieures, tandis que ses racines plongent aux sources des eaux du royaume des morts. Ami de la fraîcheur des berges des rivières, ce bel arbre rustique sait s'accommoder de tous les sols et des vents, et même la pollution ne l'empêche pas de devenir un géant.
    Si vous êtes né entre le 25 mai et le 3 juin ou entre le 22 novembre et le 1er décembre, le frêne est votre arbre tutélaire, selon le calendrier celtique. Cet arbre est le symbole de persévérance et d'endurance.

  • Ce colosse végétal doté d'une longévité exceptionnelle est devenu le compagnon de l'homme et l'a abrité, nourri, chauffé et soigné. Arbre isolé au houppier épanoui, pilier élancé des futaies-cathédrales ou silhouette inquiétante des chemins creux, nos ancêtres l'ont paré d'une aura de force et de fécondité. Si vous êtes né un 21 mars, le chêne est votre arbre tutélaire, selon le calendrier celtique : un symbole d'indépendance, de liberté et d'immortalité

  • L'agriculture biologique fait l'objet d'un véritable engouement tant de la part des consommateurs, avec des achats augmentant de plus de 10 % par an depuis 15 ans, que de la part des médias, avec de nombreux articles et documentaires.

    Il n'est en effet plus un supermarché aujourd'hui qui ne commercialise une gamme de " produits bio " et qui ne mette largement en avant son " engagement " pour l'environnement. La part entre des prises de positions sincères et ce qu'on appelle souvent le " green washing " est difficile, le lien entre une labellisation et la réalité de terrain, souvent opaque. L'agriculture biologique comme mode de production agricole reste ainsi peu ou mal connue des citoyens et fait toujours l'objet de nombreuses approximations, tantôt positives, tantôt négatives. Chacun interprète le sujet à travers ses présupposés, son enthousiasme ou ses réticences. C'est ainsi que se succèdent les affirmations encourageantes sur les bénéfices environnementaux ou sanitaires de la bio et les inquiétudes sur ses rendements plus faibles ou ses difficultés techniques. Passéistes pour les uns, pionniers pour les autres, les agriculteurs biologiques sont sujets du débat, mais rarement convoqués à la barre.

    L'ouvrage de Jacques Caplat comble ainsi une lacune. À partir d'une connaissance intime de la réalité de l'agriculture biologique en tant que fils d'agriculteur, ancien conseiller agricole de terrain puis chargé de son développement à l'échelle nationale et européenne, Jacques Caplat explique les fondements et les pratiques concrètes de l'agriculture biologique telle qu'elle a été définie et telle qu'elle est mise en oeuvre dans les champs - aussi bien en France que dans le reste du monde et notamment dans les pays tropicaux.

    Il confronte ainsi une pratique à certaines interrogations, pour apporter des réponses claires : oui ou non, l'agriculture biologique est-elle plus saine, moins productive, plus respectueuse de l'environnement, plus locale ? Quelle peut être sa place dans une agriculture mondiale obnubilée à juste titre par la nécessité de nourrir une population toujours croissante ?

    Le livre a été conçu de manière extrêmement pédagogique, de façon à être accessible à tous. Il s'adresse à tout consommateur, curieux des enjeux réels autour du contenu de son assiette comme à tout citoyen, soucieux de pouvoir se positionner sur des débats de fonds comme celui des OGM, de l'adaptation de l'agriculture biologique aux réalités des territoires en France et dans le monde.Il donne ainsi une vision transversale et globale de l'agriculture biologique en reliant des sujets souvent considérés de manière isolée et traités partiellement. Le citadin comme l'agriculteur y trouveront des réponses claires et des outils pour se positionner, en tant que producteurs comme en tant que consommateurs.

    Au fil de son argumentation, Jacques Caplat démontre que l'agriculture biologique est à envisager en tant que projet agricole à part entière, conçu sur le plan agronomique, éthique et social et décliné sur le terrain. Exemples à l'appui, il prouve qu'il ne s'agit pas de méthodes constituées en contradiction ou en réaction à une prétendue norme agricole. Bien au contraire, il nous parle d'un projet qui possède ses fondements scientifiques propres et qui constitue une alternative agronomique à grande échelle.

  • Est-il possible de se « mettre à la place » d'une plante, de comprendre ce qu'elle perçoit de ses semblables et du monde extérieur ?

    On a longtemps vu la plante comme un être passif et immobile, spécialisé dans la fascinante alchimie de la photosynthèse. Les progrès de la biologie végétale donnent aujourd'hui de la plante une image radicalement nouvelle : les plantes ont de multiples façons de percevoir leur environnement. Mieux : elles se parlent et communiquent tous azimuts avec leurs congénères par voie chimique, s'avertissant d'un danger potentiel, mais aussi avec les animaux qui les pollinisent ou vivent en symbiose avec elles.

    Malgré ces avancées majeures de la biologie végétale, l'intuition littéraire approche souvent mieux qu'elle l'intimité des plantes. Pour découvrir cette « intériorité végétale », rien de tel que le mélange précisément dosé de science et de poésie que propose ce livre. Un excellent petit guide pour pénétrer la vie secrète des plantes.

  • Dans cet ardent plaidoyer pour les Tropiques, Francis Hallé ouvre une discussion aussi documentée qu'engagée sur la "condition tropicale", à partir de données naturelles, économiques et sociales sans lesquelles toute compréhension globale de notre monde est impossible, et vain tout espoir de voir se réduire les inégalités à l'échelle de la planète.

  • Ce dictionnaire illustré réunit pour la première fois plus de trois mille termes français de botanique dont il fournit l'étymologie, la définition (ainsi que les différents sens chaque fois que ces derniers varient selon les auteurs), la traduction anglaise, les antonymes et synonymes, les termes associés scientifiquement ou lexicalement.
    Les entrées qui le composent se rapportent aux plantes vasculaires, c'est-à-dire aux fougères et à leurs alliées (Ptéridophytes), aux résineux et aux conifères (Gymnospermes) et aux plantes à fleurs (Angiospermes) ; il serait donc mal avisé d'y rechercher des termes liés spécifiquement aux mousses, hépatiques, algues, lichens ou champignons (ces derniers formant d'ailleurs aujourd'hui un règne à part des végétaux : le règne fongique).
    Relevant de domaines très divers (architecture, cladistique, écologie, génétique, morphologie, nomenclature, paléobotanique, palynologie, phylogénèse moléculaire, physiologie, phytogéographie, systématique et réglementation), les termes définis contribuent à la juste description des plantes et de leurs milieux. Il ne s'agit pas pour autant d'un ouvrage d'identification : ce n'est en effet pas une «flore», et il est inutile d'y chercher les noms des plantes.
    Les définitions, qui font l'objet d'une formulation claire et courte, sont souvent accompagnées d'exemples illustrés : de nombreux dessins originaux facilitent ainsi la découverte et la compréhension. Ce généreux corpus iconographique comprend environ trois cents dessins explicatifs, vingt-quatre lettrines et trente-deux illustrations botaniques (gravures, photographies, dessins et peintures).
    Véritable «thesaurus végétal», Les Mots de la botanique offrent un accès simplifié à toute la littérature botanique écrite en langues française et anglaise puisque chaque entrée propose la traduction du terme en anglais. De même, une table des équivalences anglais-français est fournie en fin d'ouvrage.
    Ce vocabulaire spécialisé se rencontrait jusqu'à présent dans maints ouvrages scientifiques, notamment français ou anglais, mais n'avait jamais été systématiquement rassemblé.
    Fruit de quinze années de travail, il deviendra un outil indispensable pour tous ceux qu'intéresse le monde végétal : le spécialiste comme l'amateur, le pédagogue comme le curieux, le professionnel comme le traducteur.

empty