Vie pratique & Loisirs

  • Le pèlerin

    John Alec Baker

    Roman, journal " d'un seul hiver ", livre de nature, long poème, cet ouvrage est né de dix années d'affût, et d'un si long regard que l'oeil qui observait s'est peu à peu identifié à l'oiseau qu'il pourchassait, dans une vallée débouchant sur les marécages de l'estuaire de la Tamise.
    " Mon faucon pèlerin, dit J. A. Baker, c'était mon Graal. Maintenant il est parti. La longue poursuite a pris fin. Peu de faucons pèlerins sont encore en vie. Beaucoup d'entre eux meurent, couchés sur le dos, tentant de se raccrocher désespérément au ciel dans leurs dernières convulsions. J'ai donc tenté, avant qu'il ne soit trop tard, de reconstituer l'extraordinaire beauté de cet oiseau et de communiquer la magie du pays où il vivait.
    C'est un monde qui s'éteint, comme Mars, mais dont le rayonnement est encore le même ".

  • La représentation animalière de l'homme est l'une des grandes traditions de l'histoire de l'art, que nous avons le bonheur de voir renouvelée par Quentin Blake dans la remarquable collection d'oiseaux que contient cet ouvrage. Jeunes ou vieux, riches ou pauvres, joyeux ou tristes, ces oiseaux témoignent de l'extraordianire acuité du regard de l'artiste sur notre temps et nos moeurs. Saisis en plein vol de main de maître, les oiseaux, c'est nous !

  • Beken.
    Pour qui aime les images de la mer, ce nom sonne aussi clair que ceux de vernet ou de turner. beken. il faudrait dire les beken, comme on dit les brueghel. car il est rare que le talent soit à ce point une affaire de famille. frank beken a vendu sa première photo alors qu'il n'avait que quatorze ans, en 1894; son père, alfred edward, n'était qu'un amateur éclairé, mais il lui avait parfaitement appris le métier; keith a succédé à frank, et maintenant, c'est kenneth qui dirige l'atelier.
    Les beken se sont constitué un trésor de plus de cent mille photos ! cent mille photos de bateaux, des voiliers pour la plupart, et de toutes les espèces, de tous les gréements, de toutes les tailles, du yacht royal le plus somptueux au plus petit monotype de régate. sans oublier les monstres de course dont on se demande comment ils n'ont pas bousculé, chaviré, écrasé, noyé le photographe qui a eu l'audace de venir se placer sous leur étrave.
    Cent mille photos de tous les bateaux ! le plus remarquable est que l'unité de style persiste en dépit de la variété des modèles, malgré la succession des générations. peut-être est-ce dû à la permanence du plus merveilleux studio qui soit: le solent, ce bras de mer qui "coule" entre l'île de wight et la côte sud de l'angleterre. turner disait que dans le solent les bateaux donnent l'impression d'être éclairés "par en dessous".
    Cela saute aux yeux de qui examine les cent dix photos sélectionnées et présentées ici pour notre plus grand plaisir. encore un détail : alfred edward impressionna ses premières plaques en 1881. c'est dire que ce livre est, à sa manière, la célébration d'un centenaire.

  • Un jeu pour s'amuser et tester ses connaissances en littérature. 2 000 questions thématiques sur les auteurs, les oeuvres, les titres et les personnages. 180 défis à relever : citation, création ou insolite. Contient un plateau de jeu, 6 pions, 1 dé, 1 règle du jeu, 1 sablier de 45 secondes, 342 cartes et 4 boîtiers distributeurs. De 2 à 6 joueurs, à partir de 15 ans. Durée d'une partie : environ 30 minutes. 3 niveaux de difficulté.

  • A Rochefort, depuis 1997, dans l'ancien Arsenal maritime, une équipe de passionnés reconstruit la frégate Hermione, qui permit à La Fayette en 1780 de traverser l'Atlantique pour rejoindre l'Amérique.
    Ce grand navire en bois, témoin d'une période phare de l'histoire maritime française, renaît sous les yeux du public qui peut ainsi découvrir le travail des charpentiers, des forgerons, des gréeurs, des calfats, des voiliers... Les photos de Francis Latreille et les textes d'Yves Gaubert racontent, étape par étape, cette aventure unique, avec des illustrations de Gilbert Maurel et une préface de Benedict Donnelly.

empty