• Qu'est-ce que la civilisation celtique et qui étaient vraiment les Celtes ? On a tant écrit sur le sujet que la question se pose : étaient-ils des barbares grossiers que Rome a heureusement convertis, par le glaive d'abord, par la persuasion ensuite, à la « civilisation » ? Ou bien une aristocratie militaire brillante, conduite par des chefs spirituels, les druides, détenteurs de la plus haute initiation, et que Rome a délibérément détruite ? Les Celtes apparaissent enfin pour ce qu'ils sont réellement, de l'Antiquité au Moyen Âge : non des primitifs, mais des peuples différents, ayant sur la religion, la société, l'État, des conceptions traditionnelles inconciliables avec celle de la Rome antique sur lesquelles s'est fondée l'Europe médiévale et moderne.
    Mieux encore : ce sont les Celtes d'Irlande qui, profondément et sincèrement christianisés, ont sauvé la culture classique du néant des temps mérovingiens.

  • Polynésie

    Pierre-François Grosjean

    C'est au cours de ses divers séjours en Polynésie, que Pierre-François Grosjean croise et immortalise ces " Visages et Paysages ".
    D'un archipel à l'autre, son objectif change de point de vue et se fixe tantôt depuis le ciel, tantôt depuis la mer, tantôt depuis l'intérieur des terres.
    Ses photos racontent l'attachement profond à ces îles merveilleuses, la reconnaissance infinie pour la gentillesse des Polynésiens, le désir vrai de préserver, intacte, une si belle source d'inspiration.
    Ce livre est à lui seul une invitation à prendre le large, à naviguer immobile et pacifique au doux rythme de la succession des pages et de leurs images.

  • Carnets de la ZAD

    Philippe Graton

    La ZAD de Notre-Dame-des-Landes de´fraie la chronique depuis plusieurs anne´es et personne n'en a jusqu'alors re´ve´le´ la ve´ritable nature. De 2014 a` 2019, Philippe Graton a parcouru la ZAD de l'inte´rieur, photographiant au moyen-format argentique cet univers et la vie quotidienne de cette socie´te´ alternative. Cet engagement dans la dure´e nous donne aujourd'hui une oeuvre photographique exceptionnelle, une restitution unique et historique de cette expe´rience marginale dont l'inte´re^t n'a jamais e´te´ aussi actuel. Ce livre de´voile plus de quatre-vingts photographies ine´dites, ainsi qu'une retranscription des notes de terrain de l'auteur, a` suivre comme une aventure.

  • Paris

    Pierre-François Grosjean

    Tout le monde aime ramener des souvenirs de voyage. Les millions de touristes visitant Paris chaque année également. Souvenirs des monuments visités : les plus fréquentés de Paris figurent dans ce livre.
    Souvenir des ambiances : les photos de rues, des jardins, des quais, des terrasses, offrent ces atmosphères, si particulières à la capitale.
    Avec son format original, PARIS est aussi un ouvrage avec lequel le visiteur peut parcourir la capitale à la recherche des lieux qui y sont immortalisés. Les légendes, précisant le numéro de l'arrondissement, y sont des indications précieuses.
    Enfin, la prise de vue au moyen format numérique et une nouvelle technologie d'impression (HUV) permettant d'employer des trames très fines sur un papier de 150g, donnent à cet ouvrage, entièrement fabriqué en France, une qualité et un fini exceptionnels.

  • "Nous sommes ici invités à suivre une passionnante enquête, accessible à tous, appuyée sur une solide investigation ainsi que sur une série d'entretiens menés auprès de scientifiques (historiens, archéologues), de religieux et de défenseurs des traditions. Avec clarté, humour et respect pour ses interlocuteurs, François Herbaux raconte vingt siècles de développement de la légende de Marie Madeleine, dessinant ainsi une grande fresque qui part des Evangiles, décrit l'essor médiéval du culte de la sainte en Bourgogne et en Provence et aborde les visions actuelles du personnage (sans omettre l'inévitable Marie Madeleine du Da Vinci Code).
    L'ouvrage permet de mieux comprendre la tradition des saints de Provence : de la figure vénérée à Saint-Maximin-La-Sainte-Baume jusqu'aux cultes des Saintes Maries de la Mer et de Sara la noire, chère aux Gitans de Camargue. Le résultat de cette enquête historique nous est proposé dans cet excellent livre de vulgarisation scientifique, sérieux et instructif, d'une lecture très agréable, sur l'histoire d'une figure majeure du christianisme".

  • Ce petit livre, paru en 1894, est le premier plaidoyer pour les peuples autochtones de Patagonie.
    Rien ne laissait présager un défenseur des Amérindiens en Ramón Lista, premier explorateur de la Patagonie, impliqué dans le massacre des Onas au cours de l'expédition de 1886 en Terre de Feu.
    Grâce à l'influence de son beau-père, il est nommé gouverneur de la région de Santa Cruz. Là il rencontre Kolia, une femme Tehuelche, et de cette relation naît une fille. Quand la femme de Lista l'apprend, elle se suicide d'un coup de fusil.
    Pendant deux ans, Lista vit avec les Tehuelches. Pour se rapprocher de Kolia et de son enfant, il déplace la capitale à Río Gallegos. De cette vie commune, il tire des leçons sur ce qu'on appelle alors la Barbarie et la Civilisation et il découvre la Barbarie du côté de l'Argentine. Ainsi, huit ans après avoir massacré les Onas, il écrit Une race qui disparaît, plaidoyer pour la Civilisation - celle des autochtones.

  • Stupéfiante Amazonie est un ouvrage destiné à un large public, qui propose une redécouverte de la vie en Amazonie à partir d´objets rarissimes, jadis désignés comme «pierres des Amazones», nous introduisent dans l´univers des substances toxiques que produit avec générosité la nature, pour le meilleur et pour le pire. Sur la trace de l´abbé Cullère, un Nantais chez les Indiens au xixe siècle, botanistes, pharmacologues, archéologues et conservateurs se penchent sur les venins, psychotropes ou médecines, et nous font entrer dans l´intimité sociale, économique, alimentaire, rituelle, festive, scientifique, mythologique et autre, de ces sociétés de la forêt pluviale.

  • 50 écrivains répondent à la question. Ce questionnaire fait suite en quelque sorte à deux initiatives précédentes, les surréalistes en 1919 demandant « Pourquoi écrivez-vous » à une centaine d'écrivains français, et le journal Libération renouvelant l'expérience en 1988 (auprès de 400 écrivains étrangers et français).
    Une enquête nécessaire alors que le numérique et la vidéo accaparent petits et grands...
    En supplément, « Papiers » fera une liste exclusive des « 30 livres de littérature à lire pour comprendre le monde contemporain ».

  • Tribunal stalinien ! Meurtre du père. Conflit de génération. Révolution... L'épisode de la Brasserie qui a secoué le monde de la bande dessinée en mai 1968 a suscité une abondance de commentaires. Au point d'étouffer les faits. Que s'est-il passé exactement ce 21 mai 1968 rue des Pyramides ? Et ensuite, dans les locaux du journal Pilote ? Christian Kastelnik a repris le dossier point par point, montrant une réalité complexe, traquant la vérité dans les détails, recueillant de nouveaux témoignages, de première main.
    Ce petit livre original offre ainsi une base solide pour de futurs travaux sur l'événement qui a traumatisé René Goscinny il y a 51 ans.

  • L'âge d'or des cathédrales se situe aux XII e et XIII e siècles. C'est avec l'abbé Suger, le conseiller des rois capétiens Louis VI et Louis VII, que « l'art gothique », va permettre à la cathédrale de s'ouvrir sur le monde extérieur en y déversant la lumière au sein de la nef et du choeur, tandis que dans la poussière des chantiers sacrés, les maîtres d'oeuvre élèveront les voûtes d'ogive toujours de plus en plus haut.
    Cependant, des travaux scientifiques récents montrent que la plupart des nos « vieilles dames de pierre » ne seraient plus debout aujourd'hui, si les bâtisseurs n'avaient fait appel aux ar- tisans du fer qui, très ingénieusement, insérèrent le métal dans la pierre pour augmenter sa résistance aux pressions s'exer- çant de toutes parts et qui menaçaient la stabilité de l'édifice.
    Fascinés par cette « épopée des cathédrales », les hommes firent appel au merveilleux et au surnaturel pour expliquer ce qu'ils voyaient d'étrange dans ces oeuvres grandioses. Ne disait-on pas qu'anges et démons avaient leur part dans la construction ? Pourquoi les cathédrales sont-elles toutes des « Tours inachevées » ?
    Les cathédrales seraient-elles des « Demeures philoso- phales » ? C'est du moins ce que l'on serait en droit de penser à la vue de ces étranges médaillons et figures hiéroglyphiques, qui semblent vouloir expliquer au promeneur qui les contemple, les étapes du « Grand oeuvre » des alchimistes ?

  • Les Romains et Gallo-Romains étaient très superstitieux et, pour conjurer le mauvais oeil, ils avaient recours à des amulettes ou à des objets sculptés, parmi lesquels la représentation du phallus était courante, si ce n´est omniprésente.
    Ce livret de 32 pages nous apprend pourquoi et comment l´érotismeou les représentations phalliques pouvaient chasser le mauvais oeil.

  • Reliques, trophées, objets d'art ou de commerce, avertissements aux criminels ou sujets de recherches savantes, les têtes humaines voyagent souvent longtemps après avoir été séparées de leurs propriétaires. Au Moyen-Âge, des têtes saintes accomplissent des miracles. Pendant la Révolution, Marie Tussaud fonde le plus célèbre musée de cire du monde à l'aide des masques mortuaires de la Terreur. Au dix-neuvième siècle, les phrénologues cherchent dans les bosses du crâne les secrets de l'intelligence. Jusqu'après la Seconde Guerre mondiale, les têtes sont des trophées de guerre populaires et controversés.
    Encore aujourd'hui, certains promettent l'immortalité à ceux qui leur lèguent leur tête pour qu'elle soit congelée.
    Des étranges conséquences du marché des têtes réduites aux crânes qui rappelaient leur mortalité aux Européens de la Renaissance, Frances Larson explore avec un regard d'anthropologue notre fascination pour les têtes coupées. Elle répond à des questions aussi diverses que : Pourquoi les têtes coupées ont-elles été si longtemps un sujet favori des peintres ? Sommes-nous juste notre cerveau ? Qu'arrive-t-il lorsqu'un peuple en vient à trouver banale la décapitation publique ? Une tête pense-t-elle après avoir été coupée ? Pourquoi ne décorons-nous plus nos maisons avec des crânes ?

  • Fragments d'Europe est le récit des impressions de voyages de Jean-Luc Le Cleac'h à travers l'Europe, de l'est au nord, du sud à l'Ouest, des souvenirs qu'il a gardés des cafés « sur le pouce » à Lisbonne, des vues sur la vieille ville de Prague depuis les jardins du château, de la petite fenêtre de la chambre d'hôtel qui donnait sur l'un des plus vieux cimetières juifs d'Europe, des glaciers d'Islande et des icebergs, à Jökulsárlón ou ailleurs...
    Se mêlent également à ces réminiscences, dans un même ensemble, sans réelle discontinuité, des lectures ; y compris celles très anciennes dont ne subsistent plus qu'une idée, un mot, une couleur ou mieux encore, un parfum - peut-être celui d'une dame en noir...

  • « Chrétien » et « Gaza », deux mots a priori inconciliables, une association vide de sens.
    Par contre on connait les chrétiens d'Orient. On en parle pour immédiatement se désoler de leur disparition. Un thème récurrent dans les grands médias, en alternance avec celui de la « menace islamiste ».
    D'ailleurs combien sont-ils ces chrétiens ? Comme si un chiffre suffisait à disqualifier le sujet, le condamner à l'insignifiance.
    « Gaza » c'est en outre la concrétisation du « péril islamiste », puisque ce minuscule territoire est administré depuis plus de dix ans par un parti à référence musulmane. Un territoire « où il ne s'est rien passé d'intéressant depuis les croisades ». Une bande de terre où la Sainte famille n'aurait fait que passer, en fuite vers l'Egypte, et « où aucun personnage de la Bible n'est né ».
    Une démographie galopante, avec peut-être quelques chrétiens qui survivent dans l'océan musulman en priant en secret dans des caves, comme aux premiers temps ? En attendant « l'exil, la conversion forcée ou la mort ».
    Vous l'avez compris, il ne s'agit pas là du fil de ce livre.
    Si la Palestine, et la bande de Gaza en particulier, constituent malheureusement la ligne de front dans le conflit ouvert entre l'Occident et le monde arabe et musulman, les chrétiens de Gaza nous racontent une autre histoire.
    Issus des premiers chrétiens persécutés par Rome, majoritaires puis minoritaires, des leçons sont à prendre sur un thème bien hexagonal : celui de l'harmonie interreligieuse dans un pays, le nôtre, qui se laisse parfois séduire par une laïcité mal comprise.
    Silencieux ambassadeurs de terrain du dialogue interconfessionnel ; ne peut-on imaginer une pédagogie de la part de ceux qui, chrétiens, vivent en terre d'islam, l'affirment sans amertume ni envie ? Une sorte d'enseignement par la base, qui s'appuierait sur l'expérience de quatorze siècles de vie commune.

  • Un récit romancé succint sert de fil rouge et de prétexte tout au long du livre pour aborder avec la plus grande rigueur, dans le texte et dans les dessins, les aspects les plus divers de la civilisation celtique à la veille de la conquête romaine. A travers la vie de Trabos, le marchand de lingots de fer, on pénètre dans le quotidien des Celtes. On découvre leur organisation politique, économique, familiale, leurs constructions, l'habillement, les objets, les armes, les métiers mais aussi la religion et ses rites, le rôle des druides, les fêtes...Et aussi un peu d'Histoire : la bataille des Vénètes, Alésia, la fin de Vercingétorix, la Gaule romanisée.
    On trouvera également des cartes de l'Europe de l'ouest et de la Gaule celtique avec ses peuples divers, leurs noms, leurs capitales avec les noms gaulois et actuels ainsi qu'une carte de la Gaule romanisée.

  • Depuis la création de l'Institut du monde arabe, la culture arabe a gagné en France une visibilité et un rayonnement nouveaux. À l'occasion du vingtième anniversaire de son inauguration, l'Institut du monde arabe a souhaité rendre hommage à l'architecture d'un édifice unique en son genre ainsi qu'à ses créateurs. L'Institut du monde arabe appartient désormais au patrimoine de la modernité architecturale. Visité par un million de personnes environ chaque année, le lieu exerce un charme puissant. Ce livre propose les plus belles photographies prises à l'IMA, accompagnées de textes qui permettent de pénétrer dans les arcanes de cet extraordinaire bâtiment. Les architectes de l'Institut du monde arabe sont Jean Nouvel, Architecture-Studio (Martin Robain, Rodo Tisnado, Jean-François Bonne, Jean-François Galmiche), Gilbert Lèzenes et Pierre Soria. À Paris, Jean Nouvel a également conçu le siège de la fondation Cartier, puis le musée du Quai Branly. Après l'IMA, Architecture-Studio a conçu notamment l'ambassade de France à Oman, l'aménagement de la porte ouest de La Mecque, ainsi que le Parlement européen à Strasbourg.

  • L'archéologie est une science de l'interprétation. Écrite, elle devient une Histoire. Histoire certes matérielle mais qui peut enrichir, voire quelque fois contredire, l'« Histoire officielle ». À partir du prisme de la gastronomie, ce livre va ainsi exposer la version historique des auteurs latins qui dresse l'image d'une table romaine outrancière. Si cette vision « peplumesque » concerne surtout la vie des Princes, les autres parties s'attaquent à la réalité archéologique.
    Produits mystérieux, écritures sibyllines dévoilent alors l'alimentation quotidienne des Romains. En comparant systématiquement les inscriptions latines des amphores aux étiquettes actuelles, ou encore des pots antiques à de simples boîtes de sardines, tout un pan de l'Histoire alimentaire se dévoile et, bien souvent, une conclusion s'impose :
    On n'a rien inventé !

  • Située dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, Madâ?in ?âli? (Madain Saleh), l'ancienne Hégra, est le site nabatéen le plus important après la capitale de ce royaume, Pétra, en Jordanie, célèbre pour ses monuments taillés dans le grès rose, en particulier la Khaznah, le « trésor », immortalisé au cinéma en 1989 par Steven Spielberg dans les aventures d'Indiana Jones. Madâ?in ?âli? est aussi le site archéologique le plus visité d'Arabie Saoudite (130 000 visiteurs en 2014) et le premier site saoudien à avoir été inscrit, en 2008, sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco. L'ouverture du site aux touristes, longtemps annoncée à la suite de travaux d'aménagement et de mise en valeur réalisés depuis une dizaine d'années, fait l'objet de la plus grande attention de la part des autorités saoudiennes.
    Madâ?in ?âli? est donc un site important, situé dans une région encore peu connue, qui commence tout juste à être révélé au grand public grâce à une poignée d'articles publiés depuis le milieu des années 2000. La parution de ce guide s'impose d'autant plus qu'il n'en existe pas encore, en tout cas pas sous la forme d'un ouvrage où le lecteur peut trouver des informations sur des sujets aussi différents que l'environnement, l'histoire, la religion, les langues, la typologie des monuments, les inscriptions, etc.

  • Ce dictionnaire réunit, pour la première fois en France depuis le XIXe siècle, les notices biographiques et bibliographiques de plus de 3 000 hommes et femmes de science français -auteurs de grandes révolutions scientifiques, enseignants de talent, créateurs d'écoles de pensée, concepteurs d'ins- truments scientifiques, inventeurs méconnus, artisans de gé- nie- qui, du XI e au XXI e siècle, ont contribué au progrès des sciences. Il constitue un instrument d'érudition pour les ensei- gnants en histoire des sciences, en histoire des technologies, les étudiants, les bibliophiles, les libraires et devrait figurer dans toutes les bibliothèques universitaires. Exhaustif et ac- tuel, comme en témoigne la présence de tous les récents bé- néficiaires de prix Nobel, de prix Abel ou de Médaille Fields, il a pour objectif de mieux faire connaître aux jeunes généra- tions le patrimoine scientifique dont ils sont les héritiers. Les auteurs ont été attentifs à ce que les textes en soient bien écrits, clairs, intelligibles et didactiques.

  • Sidi, élevé par sa grand-mère, Fatou la griotte, rêve d'apprendre à lire et quitte son village de Mauritanie, pour rejoindre la capitale, Nouakchott. Il y fait la rencontre de Myriam et Olivier. Une belle amitié se noue entre les trois enfants qui partagent l'amour des belles histoires.

empty