Littérature traduite

  • Et si notre Univers n'était qu'un parmi d'autres ? Et si chaque homme possédait une infinité de doubles ? Idée folle ? Pas si sûr. Multivers, mégavers, plurivers... Cette idée n'est pas neuve. Dès l'Antiquité, des philosophes comme Démocrite ou Lucrèce en ont évoqué la possibilité. Au XXe siècle, elle revient en force sur le devant de la scène. Pour les théoriciens du Big Bang comme pour ceux de la mécanique quantique, elle est une hypothèse qui permet de résoudre quelques-unes des questions demeurées sans réponse : par quel miracle les lois de l'Univers sont-elles réglées de telle façon que la vie y est possible ? Comment deux théories en apparence irréconciliables, la Relativité générale et la physique quantique, peuvent-elles être assemblées en un seul système unificateur ?
    En un style clair et accessible, Tobias Hürter et Max Rauner racontent la vertigineuse épopée des théories physiques, faite de changements radicaux de paradigme et de violentes controverses. Ou quand la physique devient métaphysique, et la science rejoint la fiction...

  • Années 1950. La télévision déferle dans les salons. Live. La communication instantanée explose. Le moment remplace l'histoire. Pour Marshall McLuhan, la combinaison inédite de l'image et de l'électricité nous précipite dans un « village global », condamnant à tout jamais l'homme typographique patiemment formé par l'écriture alphabétique et l'imprimé.

    Analysant les effets des changements techniques sur la communication, les cultures, les sociétés et la politique depuis l'époque médiévale, McLuhan livre avec La Galaxie Gutenberg, son oeuvre majeure. « Le médium est le message », résume-t-il. Une idée toujours pertinente à notre époque où triomphe une culture de l'image qui semble nous ramener à un stade pré-alphabétique, rythmé par le flot ininterrompu des sentiments et des réactions immédiates.

    Préface de Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS, directeur de la revue Hermès.
    Postface de Jean Paré, traducteur de Marshall McLuhan.

empty