Langue française

  • La scène est au Pirée, qu'éclairent les flambeaux nocturnes de la procession en l'honneur de la déesse Bendis. Attablés dans la maison du vieux Céphale, Socrate et quelques amis entreprennent de discuter des récompenses promises au juste dans l'au-delà. Qui peut le mieux cerner l'essence de la justice ? La sagesse traditionnelle, les mythes anciens semblent impuissants et Socrate a vite raison des prétentions du sophiste Thrasymaque. Alors s'amorce avec Glaucon et Adimante, les frères de Platon placés en position d'interlocuteurs philosophes, un long entretien qui, de la justice dans la cité, remonte vers la justice de l'âme. L'histoire d'Athènes traverse sans cesse ce dialogue puissant, où la proposition d'une cité parfaite et de la royauté des philosophes est à la fois la réponse à la tourmente politique de la démocratie grecque et la recherche métaphysique des vertus de l'âme et des objets de la raison.
    Dans la traduction et le commentaire que je présente ici, j'ai cherché à construire l'équilibre le plus rigoureux possible entre une lecture centrée sur l'histoire et une autre qui prend la métaphysique comme foyer principal. Un des effets de cette perspective est d'éviter une position trop courante aujourd'hui, la dépolitisation de l'oeuvre. L'inquiétude de celui qui aspire à la justice, Platon ne cesse de le rappeler, n'est-elle pas indissociablement éthique et politique ?

  • Paris, 1482.
    Autour de la belle bohémienne esmeralda, dont la danse résonne sur le parvis de notre-dame, gravitent trois prétendants prêts à tout pour la conquérir : phoebus, noble capitaine, claude frollo, prêtre sans foi, et le célèbre quasimodo, bossu au grand coeur. surplombant le roman, la cathédrale, vivifiante babel, lieu de refuge et d'épouvante aussi, voit se presser autour d'elle le peuple, acteur de l'histoire en marche.
    Récit historique à la langue pittoresque et roman noir tout de meurtres et de mystère, notre-dame de paris connaît, aujourd'hui encore, une popularité sans égale. ainsi que l'écrivait lamartine à l'auteur en 1831 : "c'est une oeuvre colossale, une pièce antédiluvienne. [...] Je ne vois rien à comparer dans nos temps à notre-dame. c'est le Shakespeare du roman, c'est l'épopée du Moyen Âge, c'est je ne sais quoi ; mais grand, fort, profond, immense, ténébreux comme l'édifice dont vous en avez fait le symbole".


  • Corneille
    Horace
    Fallait-il tuer Camille oe La question fut posée dès l'année 1640 qui vit une « querelle d'Horace », dernier acte de la « querelle du Cid ». Horace est-il un de ces « fanatiques » dont l'Histoire moderne nous a révélé différents visages ou le héraut d'une morale pour temps de guerre oe Il semble que l'on en débatte encore aujourd'hui. Mais ne peut-on espérer enfin échapper au conflit des interprétations oe
    Dossier
    . Horace avant Horace
    . Le dernier acte de la Querelle
    . Le héros et son double
    . Refaire Horace
    Présentation, notes et commentaires, dossier, bibliographie, lexique et chronologie par Marc Escola


empty