Littérature générale

  • Les auteurs livrent une biographie au jour le jour de Viollet-le-Duc, personnage emblématique du XIXe siècle. Touche-à-tout génial, dessinateur hors pair, Viollet-le-Duc restaure les plus grands édifices de France : Madeleine de Vezelay, abbatiale de Saint-Denis, cité de Carcassonne, cathédrale Notre-Dame de Paris... A partir de nombreuses archives, ils retracent sa vie quotidienne, ses amitiés, ses ennemis et surtout, ses réalisations.  

  • Rédigé par un groupe de spécialistes, ce volume vise à satisfaire d'une manière originale le besoin très réel d'un vaste public qui trouve difficilement l'information sur l'Antiquité indispensable à sa culture : dix-huit chapitres brefs et denses, d'accès commode et d'une lecture facile.
    Evitant tout étalage d'érudition, les auteurs ont brossé le vaste tableau sur lequel se pro. file notre propre civilisation ; les faits servant surtout à développer une problématique de la façon la plus actuelle. Il fallait, pour cela, embrasser la période la plus ample possible : à une extrémité, c'est la Rome légendaire du VIIIe siècle avant Jésus-Christ ; à l'autre, le XVIe siècle de la Renaissance, aube des temps modernes.


  • ce lexique latin-français a été réalisé par une équipe de chercheurs et d'enseignants chercheurs historiens ou philologues.
    il se veut un outil simple et pratique, qui puisse aider commodément les étudiants qui n'ont pas toujours accès aux dictionnaires du latin post-classique. il est le seul ouvrage du genre à prendre en compte, sous une forme brève, à la fois la latinité classique et médiévale. il s'adresse essentiellement, mais non pas exclusivement, aux médiévistes, qui sont susceptibles de rencontrer dans leurs sources aussi bien des mots " récents " que des mots de l'antiquité, soit parce que ceux-ci sont restés en usage durant toute la latinité, soit parce que l'écrit médiéval est par excellence le lieu de la citation, de la référence et de l'imitation.
    il contient ainsi la majeure partie du vocabulaire attesté entre le iiie siècle av. j. -c. et le xiiie siècle.

  • La Construction savante.

    Collectif

    • Picard
    • 1 Janvier 2008


    la construction savante, qui désigne une dimension de l'art de bâtir comprenant l'usage et la production d'une littérature spécifique, évoque aussi, dans un sens second, les processus à travers lesquels les savoirs pratiques sont changés en livres.
    issu du colloque les avatars de la littérature technique, organisé en mars 2005 par le centre d'histoire des techniques et de l'environnement du cnam et par l'institut national d'histoire de l'art, ce volume rapproche les recherches sur la littérature technique et les travaux sur les livres d'architecture conduits au sein de ces institutions. il croise ainsi les approches de chercheurs spécialistes de l'histoire des sciences.
    de l'histoire des techniques, de l'histoire de l'art ou de l'architecture, de l'histoire du livre, et de l'histoire du droit. sur une longue période - de la naissance de l'imprimé jusqu'au xxe siècle - les contributions apportent des points de vue complémentaires par l'analyse des contenus ou de la forme des ouvrages, i'étude de leur destination et de leur réception, ou encore par le décryptage du contexte professionnel, institutionnel ou social.
    de leurs publications. au-delà d'une connaissance plus fine des relations complexes qui unissent depuis cinq cents ans les aspects matériels et intellectuels de la construction, ces convergences ouvrent des voies nouvelles pour interroger ce qui est davantage qu'un moyen ou une conséquence de l'émergence d'une discipline : une dimension à part entière de l'acte d'édifier.

  • Auguste Perret a quarante-sept ans quand il rencontre Marie Dormoy qui en a trente-cinq.
    Il comprend vite ce qu'il peut gagner en notoriété avec cette critique d'art en herbe. La préparation des articles est l'occasion d'une correspondance et de rencontres : Marie Dormoy devient sa meilleure apologiste et, trois ans plus tard, sa maîtresse. Aux lettres d'amour succèdent les complaintes car il ne quittera jamais sa femme. Mais leur complicité perdure, basée sur ce qui les a reliés : l'art.
    Aucune lettre ou presque n'y échappe. Lui évoque ses clients, ses projets, ses cours et ses jurys et tous deux échangent sur leurs lectures, leurs vies quotidiennes, leurs voyages. Pour la première fois, Auguste Perret se dévoile.

  • Dans la continuité qui unit ce qu'on appelle l'Antiquité et les premiers siècles de ce qu'on appelle le Moyen Age, l'éloge est une donnée culturelle fondamentale, et le discours d'éloge un genre omniprésent.
    Les articles de ce recueil permettent d'en apprécier la permanence thématique et pragmatique.
    Discours pas aussi vrai que l'histoire, pas aussi libre que la poésie, l'éloge oeuvre inlassablement au maintien des grandeurs et des valeurs dans lesquelles, à travers d'amples changements, les sociétés de cette vaste période se sont successivement reconnues. Les études réunies ici abordent différents aspects de cette fonction, y compris lorsque celle-ci se dissimule sous l'extérieur d'une discrète fantaisie, comme dans l' " Eloge de la chevelure " écrit par Dion Chrysostome.
    Elles prennent pour champ d'observation des auteurs et textes variés - Tibulle et l'élégie romaine, Paul le Silentiaire et la poésie d'apparat byzantine, les historiens Diodore de Sicile et Ammien Marcellin, ainsi qu'Isidore de Séville et son histoire à la gloire du peuple Goth, les textes liturgiques de la fin de l'Antiquité, et l'hagiographie du haut Moyen Age. Elles révèlent par quels biais et sous quelles formes l'éloge envahit les différents genres littéraires.
    Elles montrent quelles résistances il rencontre chez les historiens qui lui opposent un système d'autodéfense plus ou moins efficace. Elles mettent en évidence les moyens de l'instrumentalisation de l'éloge au bénéfice des forces politiques du moment, mais aussi du maintien d'une identité culturelle inaltérable.

  • Daragnès

    Jean-Paul Bertoncini

    • Picard
    • 1 Janvier 2001

    Jean-Gabriel Daragnès (1886-1950) a réalisé une oeuvre considérable de graveur, d'illustrateur, de créateur de lettrines, d'architecte du livre, qui reste bien connu et recherché des bibliophiles. Ce livre est le premier qui lui soit consacré ; il réunit des textes de ses amis écrivains et les premiers éléments biographiques et bibliographiques.


  • ce manuel, fruit d'une longue expérience pédagogique, a pour objectif de permettre à ceux qui n'ont jamais étudié le latin d'acquérir assez de connaissances fondamentales pour analyser et
    comprendre des sources latines du moyen age.
    il permettra aussi aux anciens latinistes de renouer avec une langue qu'ils n'ont approchée jusque-là que dans les textes classiques et dont ils découvriront les nouveautés et la variété pour les temps médiévaux. sa conception est simple et repose sur trois principes : parcourir en 23 leçons les éléments essentiels de la grammaire et de la syntaxe, en distinguant ce qui relève du système général de la langue latine et ce qui est particulier au latin médiéval ; accompagner chaque leçon d'exercices d'application tirés de sources médiévales, et du même coup faire connaissance avec celle-ci ; proposer en fin de volume des textes plus longs, accompagnés de leur traduction, qui pourront être abordés très tôt en complément des exercices, et qui donneront un aperçu de la variété typologique des sources médiévales.
    l'ouvrage comprend en outre un lexique des mots latins employés dans les exemples des leçons et dans les exercices, ainsi qu'un index des principaux termes grammaticaux.

  • Le thème de la fiction a toute sa place durant l'époque impériale gréco-romaine : mythes, récits fabuleux, fictions poétiques, religieuses ou dramatiques permettent aux auteurs (Homère, Eusèbe, Virgile, Ovide) de faire entendre leur point de vue.

empty