Religion & Esotérisme

  • Les études menées depuis plus de vingt ans par le professeur jean chélini et mgr branthomme sur les pèlerinages chrétiens, et ceux des grandes religions, convergent avec les travaux d'autres chercheurs en france, et ailleurs dans le monde, pour constater que le pèlerinage est un phénomène universel, présent dans l'actualité, comme dans l'histoire.
    Pour couronner ces constatations, à l'initiative du pr. chélini, la fondation singer-polignac a accueilli ce colloque regroupant des chercheurs qui n'avaient pas participé aux travaux initiaux de l'équipe chélini-branthomme. un excursus original dans la préhistoire, conduit par jean guilaine, une enquête fouillée dans l'antiquité romaine tardive menée par jean guyon, une recherche sur les pratiques des pèlerinages encore très mal connues des chrétiens nestoriens, aux ive et ve siècles par daniel drocourt, une riche monographie sur le pèlerinage à saint-martin de tours conduite par bruno judic, la synthèse magistrale sur les pèlerinages médiévaux d'andré vauchez, la découverte des pèlerinages dans le judaïsme, après la destruction de jérusalem et du temple, de carol lancu, une étude très neuve de nathalie kouamé sur le pèlerinage à ise, dans le japon des tokugawa d'après les textes originaux en japonais traduits par l'auteur, une belle synthèse sur le pèlerinage dans l'islam par mohsen draz, enfin une étude tout à fait neuve sur les pèlerinages musulmans d'égypte et l'évolution à notre époque de ces mouleds présents aussi chez les coptes, de catherine mayeur-jaouen, viennent conforter les conclusions de nos propres enquêtes.
    Le pèlerinage dans la richesse de ses formes est un phénomène universel présent dans toutes les civilisations à toutes les époques, dont michel meslin a tiré l'intime signification spirituelle dans sa préface.

  • Pour apprivoiser le temps, les hommes l'ont divisé en périodes égales et successives : années, mois, semaines, jours.
    Ainsi est né le calendrier. chaque civilisation produit le sien. ce livre voudrait nous faire prendre conscience que notre existence est rythmée par le calendrier chrétien. les eglises l'ont façonné, en incorporant et en christianisant des éléments antérieurs juifs et païens. pâques commande l'année liturgique, l'avent et le cycle de noël l'inaugurent, la toussaint nous réunit aux saints du ciel et carnaval précède carême ! que signifient ces fêtes chrétiennes, quelle influence ont-elles sur nos vies, pourquoi chaque jour a son cortège de saints qui nous servent de références et de modèles ? a la différence des anciens qui croyaient au retour de l'âge d'or, après l'âge de fer, à la différence des bouddhistes ou des hindouistes qui vivent dans un temps cyclique sans commencement ni fin, l'irruption du christ dans le temps des hommes, son incarnation ont marqué le début de notre histoire, qui désormais avance sans cesse et marche vers son accomplissement.
    Vécu au quotidien par tous ceux qui habitent notre pays, ce calendrier est un puissant levier d'intégration sociale. portant avec lui ces souvenirs de notre histoire accrochés par la chronologie, il contribue fortement à l'identité et à la cohésion nationales. un livre clair et tonique.

  • L'abbé Jean de Gorze (967-974) a été l'un des promoteurs et des animateurs de la réforme de l'abbaye lorraine de Gorze en 934.
    L'itinéraire qui l'a conduit à la conversion et au monachisme nous est rapporté par un contemporain, Jean, abbé de Saint-Amoul de Metz. Le récit, qui se défend d'avoir une intention hagiographique, est d'une richesse exceptionnelle et permet de suivre en détail et de toucher du doigt les conditions dans lesquelles se conçoit et se développe une réforme monastique au Xe siècle. La première partie est un tableau vivant des conditions religieuses et politiques de la restauration, entre 920 et 934 ; elle est suivie d'une série de portraits de quelques-uns des moines qui ont participé au même mouvement que Jean, à ses côtés.
    Puis vient un long portrait du réformateur, et l'on retrouve pas à pas tous les traits du moine bénédictin tel que le souhaite la règle de Benoît de Nursie. La fin de la Vie regroupe des récits anecdotiques d'une grande vivacité, d'abord les efforts faits par Jean pour récupérer des biens de son abbaye et reconstituer son patrimoine, ensuite l'ambassade qu'il a conduite jusqu'à Cordoue auprès du calife pour porter des lettres du roi Otton 1er.
    L'abbé Jean de Saint-Amoul est un écrivain très attentif aux détails, prompt à donner des explications mais aussi des commentaires sur le comportement de son héros.
    Pour le Xe siècle et pour les nombreuses réformes de cette époque on ne dispose d'aucun texte qui puisse se comparer à la Vie de Jean de Gorze pour ce qui est du concret de tous les jours. Ce texte, connu depuis longtemps, est resté insuffisamment utilisé et sa traduction est d'abord une contribution à l'histoire religieuse de l'Occident au Xe siècle.

  • L'abbaye de Gorze fut fondée au milieu du ville siècle, à quelques kilomètres de la ville de Metz, par l'évêque Chrodegang.
    L'année précédant sa mort, en 766, Chrodegang rapporta de Rome les reliques du saint martyr Gorgon, afin d'en illustrer sa récente fondation ; il s'y fit enterrer. Ces deux moments déterminants de l'histoire de l'abbaye - sa fondation et sa réception des reliques romaines de Gorgon - donnent lieu à la rédaction de trois textes hagiographiques, qui, avec la Vie de Jean de Gorze (éditée par Michel Parisse il y a tout juste dix ans), forment la totalité de la production hagiographique gorzienne connue.
    La Vie de Chrodegang, le Panégyrique et les Miracles de Gorgon ont été rédigés à Gorze dans le dernier tiers du Xe siècle; ils se font écho entre eux, mais entretiennent également des rapports étroits avec la Vie de Jean de Gorze; ils sont ici présentés, édités et traduits en français pour la première fois. L'ensemble constitue ainsi une riche documentation pour la connaissance de l'histoire de l'abbaye, mais aussi pour celle de l'évêché de Metz, dont la carrière politique de Chrodegang (déjà célébré par Paul Diacre), ses nombreuses fondations et rénovations, sa réforme canoniale et liturgique, assurèrent le rayonnement.

empty