• Il n'est pas question ici des grandes vertus héroïques qui demandent de l'abnégation et qui participent du sublime.
    Les « vertus communes » concernent notre vie quotidienne, et leur vocabulaire est minime : ne pas peser sur la terre, s'en tenir à la discrétion de ne pas apparaître, à cette retenue pleine d'empressement qui est le centre de la vie sociale.
    Carlo Ossola nous invite à parcourir un chemin de sagesse en faisant halte auprès de douze petites vertus : l'affabilité, la discrétion, la bonhomie, la franchise, la loyauté, la gratitude, la prévenance, l'urbanité, la mesure, la placidité, la constance, la générosité, qu'il est bon d'exercer chaque jour, au travail, dans la vie familiale, et avec nous-mêmes. Pour guider chacun à faire de sa vie ordinaire une vie heureuse.

  • Si une figure mythologique est propre à représenter emblématiquement la période de la culture qui s'étend entre la fin de la Renaissance et le Baroque, c'est Vertumne. Il a l'instabilité de Protée, mais celui-ci est déjà instabilité absolue, pur jeu de formes, essence du Baroque. Vertumne ne se déchaîne pas tant, toutes ses mutations tendent au même but : il change plusieurs fois d'apparence afin de gagner les bonnes grâces de la belle nymphe Pomone, incarnant ainsi la rotation des cultures qui permet d'assurer la fertilité des champs, figurée par Pomone, la déesse des fruits. C'est que l'époque qu'il est propre à personnifier est caractérisée par une série de tentatives, d'attitudes, d'essais de nouveaux accords qui préludent à ce qu'interprètera par la suite l'orchestre du Baroque au grand complet.
    Cette période placée sous le signe de Vertumne, c'est celle du Maniérisme, située entre la période apollinienne de la Renaissance et celle, dionysiaque, du Baroque. Carlo Ossola l'a minutieusement étudiée dans l'Automne de la Renaissance, en s'appuyant sur des textes de poètes et de critiques, surtout sur des traités d'art de la deuxième moitié du Cinquecento (Dolce, Gilio, Paleotti, Comanini, Danti, ainsi que sur Varchi, Vasari et Lomazzo). À cette époque, comme le note Ossola, « les limites des choses s'effacent :
    La parole se fait couleur, la couleur musique et chaque chose peut en devenir une autre » : vraiment le règne de Vertumne.
    (extrait de

  • Pour Carlo Ossola, l'unité européenne a bien un sens, celui de l'histoire, des mythes de l'Antiquité et de la chrétienté. Elle ne peut être ramenée à son seul territoire, mais doit être considérée comme un ensemble de peuples, de cultures et de nations liés depuis des millénaires. Pour étayer son propos, il s'appuie sur la Bible, les écrits d'auteurs classiques (Boccace et Dante en particulier), de philosophes, mais aussi de poètes de tout temps, dont les extraits viennent relever la plume alerte de Carlo Ossola. Voyage littéraire et philosophique à la recherche des racines d'une culture commune faite de traditions comme d'ouvertures.

empty