• Comment sommes-nous devenus humains ? Si la question de l'origine de l'Homme fascine le grand public, et souvent les chercheurs eux-mêmes, celle de l'évolution humaine et de ses processus est méconnue. Mais aussi cruciale pour la connaissance de notre espèce que l'apparition des « premiers Hommes » est la longue histoire du développement des traits qui nous caractérisent, la culture et le langage au premier chef.

    Comment les « arbres » de l'évolution humaine sont-ils construits ? Comment les nombreuses espèces d'Hominines connues sont-elles définies et situées sur leurs rameaux ? Comment la génétique des populations et la biologie moléculaire s'accordent-elles avec les conclusions tirées de l'étude des fossiles ? Comment penser l'articulation de l'évolution biologique et du devenir culturel ? Les transformations du cerveau éclairent-elles l'émergence de la cognition humaine, et celle du langage ? Quelle place les « scénarios d'hominisation » donnent-ils à la femme dans l'histoire du devenir humain ? Comment, enfin, concevoir l'« exception humaine » dans l'histoire du vivant ?

    Ce livre s'attache à dévoiler les concepts, les présupposés et les implications des sciences de l'évolution humaine aujourd'hui. Il éclaire ainsi la question - qui résume toutes les interrogations philosophiques : qu'est-ce que l'Homme ?

  • Une préhistoire des femmes est-elle possible ? Claudine Cohen fait état des nouveaux questionnements qui, à rebours des idées reçues, ont renouvelé la vision de la femme dans le cadre des sociétés et des cultures de la préhistoire.

    Chercher les femmes, au-delà des idées reçues et des stéréotypes échevelés qui ont régné des décennies durant : tel est le propos de ce livre. Aujourd'hui, de nouvelles découvertes et de nouveaux questionnements rendent enfin visibles ces femmes qui vécurent aux temps lointains de la Préhistoire, de l'aube du Paléolithique jusqu'aux confins de l'âge du fer.
    Que savons-nous des transformations évolutives de leurs corps et de leur apparence ? Quelles images les Préhistoriques nous en ont-ils laissées ? Comment penser le rôle de ces femmes dans la reproduction et la famille ? Quelles preuves pouvons-nous avoir de leurs tâches quotidiennes, de leurs réalisations techniques, de leurs talents artistiques ? De quels savoirs, de quels pouvoirs disposaient-elles ? Revenant sur les figures magnifiées et mythiques de la matriarche ou de la Déesse, Claudine Cohen s'interroge aussi sur les rapports de domination, de violence, d'exploitation que les femmes ont pu endurer dans ces sociétésdu passé.

    En éclairant sous un angle neuf la vie matérielle, familiale, sociale, religieuse des mondes de la Préhistoire, cet ouvrage vise à ancrer la réflexion actuelle sur la différence des sexes et le statut social des femmesjusque dans la profondeur des millénaires.

  • L'homme préhistorique était aussi une femme : cette évidence n'avait guère effleuré les premiers préhistoriens, et la question de la place et du rôle de la femme est longtemps restée marginale dans les enquêtes sur la préhistoire.
    C'est l'" homme préhistorique ", artisan, chasseur, artiste, conquérant, qui a surtout alimenté les débats scientifiques. la femme, elle, fut souvent considérée comme tristement passive et reproductrice, et livrée aux fantasmes, aux mythes inspirés de la bible, ou aux lieux communs colportés depuis le 19e siècle. aujourd'hui, la célébrité de " lucy " et de l'" eve africaine " témoignent d'un intérêt nouveau pour l'existence des femmes depuis les époques recalées du paléolithique.
    Il est temps, en effet, de s'intéresser à cet acteur essentiel du monde de nos origines, et de donner une visibilité à cette moitié de l'humanité prétendument " invisible " aux archéologues. cet ouvrage interroge de façon critique l'histoire des idées et des preuves - en particulier celles tirées des somptueuses représentations de femmes dans l'art préhistorique - pour tenter de dessiner une image plus vivante et plus vraie de nos lointaines ancêtres.

  • C'est dans les années 1680-1720 que furent avancées, sur des bases encore fragiles, les premières notions de ce qui deviendra plus tard les sciences de Vie et de la Terre. Le Telliamed de Benoit de Maillet, ouvrage clandestin d'un naturaliste amateur qui fut un dignitaire du régime de Louis XIV puis de Louis XV, occupe une place cruciale dans cette conjoncture : il propose une explication mécaniste de la formation de la Terre, fondé sur ses observations de la " diminution de la mer " et des vestiges fossiles d'animaux marins trouvés à l'intérieur des terres, affirmant pour la première fois la très longue durée de cette histoire.
    En étudiant l'oeuvre déroutante et complexe du Consul Maillet et l'histoire mouvementée de sa rédaction, de sa circulation et de sa réception dans son contexte sociologique, institutionnel, scientifique et intellectuel, ce livre explore une période essentielle de l'histoire des sciences de la nature. Il vise ainsi à resituer cette oeuvre, trop souvent donnée pour celle d'un " précurseur ", dans son véritable contexte, et dans le champ plus large de l'histoire des sciences de la Vie et de la Terre, de leur origine à nos jours.
    L'auteur, philosophe et historienne des sciences à l'EHESS (Paris), a approfondi la connaissance de cette période, notamment par l'étude d'une oeuvre proche, la Protogée du grand Leibniz (texte en latin qu'elle a récemment publiée dans une traduction en langue anglaise). Ses travaux portent aussi, plus largement, sur l'histoire de la pensée évolutionniste, de la paléontologie et de la préhistoire : elle a notamment publié Le Destin du Mammouth (Points/Seuil), L'Homme des origines (Seuil), La Femme des origines (Belin-Herscher), La Méthode de Zadig (Seuil). Ses livres ont été traduits en plusieurs langues et couronnés de nombreux prix.

  • Découvert il y a un siècle et demi, l'homme de néandertal a longtemps été considéré comme une brute épaisse et simiesque.
    Puis, au xxe siècle, son image s'humanise, et l'anthropologue carleton coon prétend en 1939 que, bien rasé, coiffé et habillé, un néandertalien passerait inaperçu dans le métro de new york. aujourd'hui, la position de ces hominidés dans notre arbre généalogique fait toujours l'objet de virulents débats. l'homme de néandertal apparaît comme un révélateur essentiel dans l'histoire de la paléontologie humaine.
    Ses multiples représentations imagées, dont ce livre offre une passionnante anthologie, sont chargées de tous les enjeux mythiques idéologiques, religieux, politiques, qui traversent les sciences de la préhistoire. c'est en définitive que l'homme de néandertal pose à l'humanité la question de son évolution, de sa place dans le monde vivant - et de son unicité même.

  • Depuis l'aube du XVIIIe siècle, les recherches scientifiques sur l'origine et le devenir de l'Homme sont profondément liées à l'imaginaire de nos sociétés.
    Mais reconnaître que ces savoirs ont pris à certains égards la place des mythes et des religions, qu'ils ont besoin du récit et de la fiction pour s'énoncer et se construire, n'invalide pas pour autant leur quête de vérité. A travers les questions vives de la préhistoire et de la paléoanthropologie contemporaines et leur inscription dans des textes scientifiques, philosophiques, littéraires, ce livre original et brillant met au jour, illustrations à l'appui, la manière dont depuis près de trois siècles ont été élaborées nos représentations du passé préhistorique de l'humanité.
    Les spéculations sur le sexe et l'érotisme dans la préhistoire, les avatars de la notion de race humaine, l'incidence du mythe du déluge sur les représentations de l'Homme fossile, la mise en scène des thèmes de la paléontologie et de la préhistoire dans la littérature - des grands romans préhistoriques aux portraits de Hugo et au Bouvard et Pécuchet de Flaubert -, autant d'exemples ici analysés de ces interactions entre savoir et fiction en préhistoire.

  • Ce livre ne raconte pas seulement l'histoire, grandiose et tragique, d'un gros animal chevelu et débonnaire dont l'espèce s'est éteinte il y a moins de 10 000 ans, après avoir côtoyé nos ancêtres de la préhistoire.
    L'histoire du mammouth est un des chapitres les plus passionnants de l'histoire de la paléontologie. ces vestiges énormes, dents, ossements, chairs congelées, les sibériens les ont appelés dans leur langue " mammouth ", et les savants occidentaux, successivement " pierres figurées ", " ossements de géants ", " licorne fossile ", elephas primigenius, mammuthus imperator. ces restes ont suscité, de la renaissance à nos jours, une multitude d'images, de récits, de systèmes d'interprétation.
    Le mammouth est ainsi un guide incomparable pour interroger les significations que les fossiles découverts dans la terre ont pu prendre en divers temps et lieux, dans la vie et la culture des hommes. suivons donc le mammouth au long de cet itinéraire abondamment illustré qui nous mènera de saint augustin à la biologie moléculaire, en passant par leibniz et la licorne, les chamans iakoutes, la naissance de la nation américaine, les " catastrophes " de cuvier, les débats sur l'évolution dans l'angleterre victorienne, et les controverses sur l'extinction des espèces.

  • Comment la paléontologie et la préhistoire se sont-elles confrontées à la question de la preuve, de la reconstitution, et plus largement, au problème de leur scientificité ? Zadig, le subtil enquêteur du conte de Voltaire, sert ici de guide pour comprendre la façon dont les fossiles ont été constitués comme preuves d'une histoire des êtres vivants et de l'homme, et les cadres théoriques dans lesquels les paléontologues et les préhistoriens s'efforcent de redonner vie et cohérence aux mondes disparus. ce livre analyse aussi la manière dont ces preuves et ces démonstrations ont été présentées au public, en explorant la riche iconographie des mondes disparus.S'appuyant sur nombre de thèmes populaires - dinosaures, mammouths, hommes préhistoriques -, ce livre abondamment illustré de photographies en couleur et de gravures originales rend accessibles des questions épistémologiques complexes, et participe au combat contre les créationnismes et les obscurantismes.

  • Un livre qui fait le point sur l'origine et l'évolution de l'homme : son émergence, sa prolifération, la disparition de certaines espèces (Néandertal) et la survie d'autres (Homo sapiens). mais aussi les moteurs de cette évolution (rôles de la bipédie, de la taille du cerveau, des outils, du climat, de la culture, de l'organisation sociale, de la sexualité.). De plus, dans quelle mesure les réponses scientifiques au questionnement sur l'origine et l'évolution de l'homme peuvent-elles participer au débat citoyen sur la lutte contre les intégrismes religieux, le créationnisme, le racisme ?

  • Le seul livre qui retrace la vie et l'oeuvre du "père de la préhistoire".

    Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) est le « père de la préhistoire », discipline née, autour de 1860, des révolutions scientifiques du XIXe siècle. Directeur des douanes d'Abbeville, écrivain prolixe, poète et dramaturge sans succès, il fut le témoin et l'acteur des bouleversements politiques de son temps. Il se passionna pour l'existence de « l'Homme fossile » (il parlait plus volontiers de « l'Homme antédiluvien ») qu'il fit reconnaître, au terme d'un long combat, par ses contemporains.

    S'efforçant de ne négliger aucun des aspects d'un personnage complexe, Claudine Cohen et Jean-Jacques Hublin brossent à travers lui le portrait d'une génération romantique aux intérêts multiples, celle de Stendhal et de Victor Hugo, curieuse autant de science que de littérature et de politique. En présentant cette figure exceptionnelle de la science française, les auteurs proposent un récit passionnant et vif, remarquablement informé et documenté, qui associe finement histoire culturelle et histoire des sciences.

empty