• « A trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c'est une catastrophe. Il perd son rôle, son but sur terre. En plus, on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu'une obsession la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le coeur. »   Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l'énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d'aveugle.
        Une adorable histoire d'amour en forme de conte de fées. Héléna Villovitch, Elle   Une comédie romantique, réjouissante, pleine de surprises ! Pierre Vavasseur, Le Parisien   On aime compter au panthéon des lettres françaises un maître de la  « feel-good fiction », ces romans qui font du bien. Julie Malaure, Le Point  

  • « Guide d'aveugle au chômage depuis qu'Alice a recouvré la vue, Jules s'est reconverti en chien d'assistance pour épileptiques. Il a retrouvé safierté, sa raison de vivre. Il est même tombé amoureux de Victoire, une collègue de travail. Et voilà que, pour une raison aberrante, les pouvoirs publics le condamnent à mort. Alice et moi n'avons pas réussi à protéger notre couple ; il nous reste vingtquatre heures pour sauver notre chien. » Au coeur des tourments amoureux affectant les humains comme les animaux, Didier van Cauwelaert nous entraîne dans un suspense endiablé, où se mêlent l'émotion et l'humour qui ont fait l'immense succès de Jules.

  • « Il y a des phrases anodines qui peuvent influencer le destin avec autant de brutalité qu'un serment ou un pacte. C'est ce que je me dis aujourd'hui, lorsque je repense à ce samedi de printemps où, enlacés devant la grille, nous regardions le couple de vieux qui partageait un éclair au café, main dans la main sur le banc du square Frédéric-Dard.
    - On dirait nous, à leur âge. » Soline est une jeune violoncelliste, Illan un brillant loser au potentiel en sommeil. Problèmes de d'argent, de travail... en dehors de leur amour, rien ne va plus dans leur vie. Jusqu'au jour où Georges et Yoa, deux époux octogénaires, leur font une surprenante proposition.

    Toujours aussi original et attachant. Didier van Cauwelaert a l'art de captiver son lecteur en mêlant habilement humour, tendresse, émotion et amour. Version Femina.

    Sous un air de comédie, le romancier sonde l'essence du couple. C'est très fort, profond. Le Figaro.

  • « On m'appelle Tristan, j'ai trois cents ans et j'ai connu toute la gamme des émotions humaines. Je suis tombé au lever du jour. Une nouvelle vie commence pour moi - mais sous quelle forme ? Ma conscience et ma mémoire habiteront-elles chacune de mes bûches, ou la statuette qu'une jeune fille a sculptée dans mon bois? Ballotté entre les secrets de mon passé et les rebondissements du présent, lié malgré moi au devenir des deux amants dont je fus la passion commune, j'essaie de comprendre pourquoi je survis. Ai-je une utilité, une mission, un moyen d'agir sur le destin de ceux qui m'ont aimé ? »

  • Entre dans la ruche et découvre un monde fascinant, qui existe depuis 140 millions d'années ! Ce livre te propose de devenir toi-même une abeille. Choisis ton rôle : « nourrice », « butineuse », « constructrice » ou même « reine », et partage la vie trépidante des abeilles. Il y a tant à faire dans la ruche, mais aussi à l'extérieur : nourrir les larves, nettoyer, ventiler, construire les alvéoles, empêcher les intrus d'entrer, partir butiner à des kilomètres à la ronde, revenir expliquer aux autres abeilles, par une danse d'orientation, où se trouvent les meilleures fleurs...
    Tu ne verras plus la nature de la même manière, après cette aventure, et tu auras découvert des pouvoirs incroyables que les humains ne possèdent plus - ou pas encore...

    Didier van Cauwelaert, l'un des auteurs français les plus lus dans le monde, a obtenu de nombreux prix littéraires, dont le prix Goncourt pour Un aller simple (Albin Michel) et le prix Veolia Environnement pour Les abeilles et la vie (Michel Lafon).

  • Didier van Cauwelaert
    Hors de moi

    « J'ai tout perdu, sauf la mémoire. Il m'a volé ma femme, mon travail et mon nom. Je suis le seul à savoir qu'il n'est pas moi : j'en suis la preuve vivante. Mais pour combien de temps ? Et qui va me croire ? »

    Un formidable suspense.

    Olivier Maison, Marianne.

    L'histoire fonctionne à merveille et dépasse les imaginations les plus débridées.

    Jérôme Béglé, Paris Match.

    Derrière le charme rythmé de l'écriture, l'implacable habileté de l'intrigue. Jusqu'à la fin, vous ne lâcherez pas ce polar scientifico-métaphysique.

    Nita Rousseau, Le Nouvel Observateur.

    Un thriller fascinant dont le rythme d'enfer tient le lecteur en haleine jusqu'au bout.

    Time Out (New York).


  • « Martin Harris avait deux passions : sa femme et une plante. Je suis seul aujourd'hui à pouvoir les sauver. Mais comment protéger une femme lorsqu'on est traqué sans relâche par les services secrets ? Et comment libérer une plante médicinale volée aux Indiens d'Amazonie par le numéro un mondial des cosmétiques ? Une plante qui pourrait guérir des milliers de malades et qui, victime d'un brevet exclusif, ne sert qu'à fabriquer la plus chère des crèmes antirides.»Avec son art du suspense et son humour féroce, Didier van Cauwelaert nous entraîne dans le destin fascinant d’un tueur repenti qui, par amour, reprend le combat de l’homme dont il avait usurpé l’existence.Bien au-delà du thriller, l’auteur d’Un aller simple et de Hors de moi explore les territoires hallucinants de l’identité, les ressources cachées de l’inconscient, le pouvoir de la passion face au cynisme aveugle des multinationales qui gouvernent le monde.

  • Jean-Luc Talbot, contrôleur des impôts, frappe à la porte du château de Grénant, siège d'une société d'insecticides, pour un redressement fiscal. Les châtelains et la médium Marie-Pierre lui annoncent qu'il est Guillaume d'Arboud, compagnon de Jeanne d'Arc et amant d'Isabeau de Grénant, et qu'il était attendu pour réparer une faute commise au XVe siècle...

  • On est en 1920, l'impératrice Eugénie déjeune face à l'assiette vide du défunt Louis-Napoléon quand soudain apparaissent l'Empereur en personne et une conseillère qui cherche à savoir ce qu'il changerait à sa vie en cas de retour sur terre.
    S'il ne veut rien changer, ni à son coup d'Etat, ni à la guerre contre la Prusse, ni au fait d'avoir exilé Victor Hugo, il a un seul souhait : revoir le rattachement de Nice à la France en 1860. Faisant un plaidoyer pro domo, l'Empereur des Français explique sa stratégie paradoxale qui consiste à se faire détester pour mieux faire avancer ses idées et à être fidèle en multipliant ses relations amoureuses. Et du reste Eugénie et lui ont l'air d'amoureux transis, heureux finalement de leur sort...

  • Sur le plateau d'une émission de téléréalité, Clara, présentatrice énergique et autoritaire, a invité Paul, professeur de grec, qui vient d'être quitté par Aude, militante écologiste. L'émission s'appelle « Rapport intime » et consiste à pénétrer dans la vie des gens en reconstituant le décor de leur amour perdu. Paul est prêt à tout pour reconquérir le coeur de son épouse, jusqu'à menacer de faire sauter le kilo d'explosif dans son cartable qu'il étreint avec désespoir.
    Un Didier van Cauwelaert au meilleur de sa forme qui s'amuse sur un mode burlesque à composer une pièce de boulevard qui tient autant de la parodie que de l'apprentissage platonicien.

  • Elles se défendent, elles attaquent, elles nouent des alliances, elles chassent, elles rusent, elles draguent, elles communiquent à distance leurs peurs, leurs souffrances et leur joie. C'est aujourd'hui prouvé : elles nous perçoivent, nous reconnaissent, nous calculent, elles réagissent à nos émotions comme elles expriment les leurs. Est-il possible qu'elles nous envoient des informations thérapeutiques, des messages de gratitude, des appels au secours ?
    Oui, les plantes sont dotées d'intelligence, de sensibilité, voire d'une forme de télépathie qu'ont détectée nos instruments de mesure. Aussi merveilleuses soient-elles, toutes les révélations contenues dans ce livre sont le fruit d'observations et d'expériences scientifiques.
    La nature ne cesse de nous parler. A nous d'arrêter d'être sourds.

  • Elles nous ont appris les principes de l'agriculture et de la pollinisation il y a des millénaires, bien avant que l'on n'en connaisse la moindre technique. Les abeilles accompagnent la vie des hommes depuis toujours et leur rôle dans la nature n'est plus à démontrer. Passionné par l'Apis mellifera, Didier van Cauwelaert met sa plume d'écrivain au service de ce petit insecte capable de grandes choses pour notre environnement. C'est en effet grâce aux abeilles et autres pollinisateurs que les jardins fleurissent et que nous pouvons consommer quotidiennement des fruits et des légumes. Et que dire de leur miel que l'on savoure depuis des siècles ?
    L'auteur nous invite à mieux connaître le peuple des abeilles, à découvrir l'organisation fascinante de la ruche et les codes très élaborés qui la régissent, à réfléchir sur la place qu'elles occupent à divers endroits de la planète en fonction des besoins de nos sociétés. Un texte magnifique, accessible à toutes et à tous, illustré par les photographies étonnantes de Jean-Claude Teyssier, qui capte au plus près les moindres faits et gestes des sentinelles de l'environnement.
    On ne cesse de l'entendre : il faut protéger les abeilles. Avec ce très bel ouvrage, Didier van Cauwelaert parvient avec beaucoup de talent à nous en convaincre.

empty