• Hatchepsout, Néfertiti, Néfertari ou encore Cléopâtre : ces noms de reines égyptiennes nous sont familiers. Le cinéma et la littérature se sont emparés du destin de certaines d'entre elles, telles des synonymes de faste, de beauté et de puissance dans notre mémoire collective. Mais au-delà de ces clichés, qui étaient vraiment ces épouses, mères ou filles de pharaon qui ont influencé et marqué de leur sceau l'histoire de l'Egypte ?
    Ecrire une histoire des femmes célèbres de l'Egypte ancienne ne suffit pas : il faut approcher cet univers dans la pluralité de ses niveaux, mythiques, historiques, institutionnels. Cet ouvrage, nouvel opus de l'égyptologue Florence Quentin, s'appuie sur les dernières découvertes concernant ces souveraines pour dresser le portrait des plus prestigieuses d'entre elles, qui vécurent durant le Nouvel Empire, à l'apogée de la civilisation pharaonique (entre 1550 et 1069 avant notre ère).
    A travers le récit de ce que l'on sait de leur vie, se dessine aussi la condition de la femme égyptienne à cette époque. Dans toutes les classes de la société, celle-ci bénéficiait d'un respect assez rare dans le monde antique pour être mentionné.
    L'Egypte ancienne fut tout à fait singulière dans sa façon de lui donner accès à des fonctions et métiers réservés habituellement aux hommes partout ailleurs. Ce statut privilégié se reflète dans la position qu'occupèrent ces puissantes souveraines, qu'elles soient « Grande Epouse Royale », régente, et même Pharaon au pouvoir absolu, comme ce fut le cas à trois reprises au Nouvel Empire (ainsi la grande bâtisseuse Hatchepsout).
    Servi par une narration historique vivante, fondée sur de solides recherches égyptologiques, ce livre convie le lecteur à une immersion auprès de « Celles qui emplissaient le palais d'amour », ces « Dames de Grâce » qualifiées aussi de « Souveraines de toutes les femmes et de tous les pays ».

  • Le 4 novembre 1922, dans la Vallée des Rois, l'archéologue britannique Howard Carter découvre l'entrée de la tombe de Toutankhamon, dernier pharaon de sang royal de la XVIIIe dynastie. Des milliers d'objets intacts - inhumés avec le jeune roi décédé à l'âge de 17 ans seulement - s'offrent alors à lui, pour devenir ce que l'on appellera plus tard le « Trésor de Toutankhamon ».
    L'égyptologue Florence Quentin revient sur les épisodes les plus marquants de la vie du pharaon en décryptant certains objets intimes ou rituels de son tombeau : armes, chars, vêtements, jeux de société, bijoux, instruments de musique, chapelle aux canopes, masque funéraire...
    Grâce à une analyse fine, l'auteur nous offre de nouvelles clés de compréhension, tant sur la personnalité que sur les fonctions royales exercées par Toutankhamon.
    Cet ouvrage est illustré d'un cahier de photographies tout en couleur représentant les objets les plus remarquables du trésor.

  • L'Égypte pharaonique fait rêver et suscite d'innombrables ouvrages dont certains véhiculent une fausse image de cette prodigieuse civilisation qui a brillé pendant plus de trois mille ans. Florence Quentin fait revivre le rayonnement spirituel des différents sites visités avec une passion nourrie par sa compétence.
    Elle entraîne le lecteur dans des lieux connus, parfois plus secrets où elle révèle les sens cachés et les rituels autour de l'amour, de la mort ou de la résurrection.
    On se rend alors compte combien cette civilisation retrouvée sous les sables nous est proche. Combien son art, sa morale et sa sagesse peuvent éclairer nos vies. C'est ainsi que l'Égypte ancienne devient vivante.

empty