• L'Afrique ancienne a une histoire. Cette histoire est celle de civilisations de la diversité qui se façonnent et cohabitent, tantôt hégémoniques, tantôt fluides, dans des milieux exigeants et contrastés. Fruit de recherches accumulées depuis des décennies, c'est une histoire de l'Afrique à la fois neuve, foisonnante et inattendue que raconte ce livre. On pense aux puissants royaumes de Kerma, Aksum, Méroé, Ghâna, Kongo, ou encore aux empires islamiques et chrétiens médiévaux. On parcourt, tels des marchands grecs, arabes ou persans, des villes prospères, du Sahel au Nil et de l'Ethiopie à Madagascar. On visite Tombouctou, Lalibela et le Grand Zimbabwe, sans oublier la civilisation nomade des éleveurs de vaches, les chasseurs-cueilleurs, les innovations techniques ou les flambées artistiques.
    Si l'histoire semble se dérober quelquefois, c'est que les témoignages écrits manquent. Là réside le défi de ce livre : faire de toute trace, matérielle ou immatérielle, un document. Ce seront des vestiges d'outils, de parures, des fragments de langues, des gènes d'animaux ou de plantes, qui permettent de remonter à l'histoire d'avant l'histoire ; ce sont les peintures rupestres du Sahara et même des paysages, qui racontent les sociétés ; ce seront des épisodes remémorés et transmis oralement.
    Une somme unique, qui réunit, sous la direction de François-Xavier Fauvelle, les meilleurs spécialistes au monde, quelquefois les seuls de leur domaine, et se donne pour ambition d'illustrer autant la diversité des trajectoires historiques des civilisations anciennes de l'Afrique que celle des terrains et des ressources des historiens.

  • L'apartheid, cette utopie totalitaire, voulait figer le temps, l'empêcher de mélanger les individus, de transformer les identités. Avec la transition démocratique « miracle » sud-africain des années 1990, la lente naissance d'une nation a repris son cours.

    Il faut donc partir de loin pour saisir le présent. Au cours des siècles, dans la rencontre et l'échange, dans la violence de la conquête et de l'exclusion, se sont redessinés les espaces et les cultures. Des sociétés se sont façonnées : les royaumes africains du Zimbabwe au pays Zulu, la colonie du Cap de Bonne-Espérance, le pays de la ségrégation instituée. De cette histoire multiple, de mémoires souvent blessées, de territoires morcelés, les habitants du sud de l'Afrique ont fait l'Afrique du Sud.

  • Ce livre nous entraîne au bout de l'Afrique sur les traces d'un peuple oublié, ce peuple dont est issu la tristement célèbre « Vénus hottentote ». Dès qu'il paraît, au temps des Grandes Découvertes, son étrangeté radicale effraie ou émerveille. Voici donc le pire ou le meilleur des sauvages, en tout cas le plus exemplaire : il est ce que nous - Européens, modernes, conquérants - ne pouvons plus être. Inadaptés au monde qui se construit à leurs dépens, ces femmes et ces hommes deviennent la caricature d'un peuple meurtri, bientôt retranché de la terre et de l'histoire.

    Parce qu'il retrace leur disparition en même temps que l'enquête qui part à leur recherche, ce livre raconte l'histoire à rebours. Il suit des pistes qui remontent le temps et les retrouve, là, en 1670, entourés de vaches et d'esprits, dans le campement où un chirurgien allemand, notre meilleur informateur, les a rencontrés. Ils ont un nom : les Khoekhoe.

    « Je ne sais pas s'il faut haïr les voyages et les explorateurs. Ils vous convient, quelquefois malgré eux, à un outre-passement auquel il faut consentir. Au bout de la piste, si vous y avez consenti, si nous y avons mis assez de désir et de ténacité, peut-être serons-nous tous, le narrateur à coup sûr, la lectrice, le lecteur peut-être, devenus sauvages ».

    F.-X. F.

  • Si l'Afrique ancienne n'a pas d'écritures, elle a bien sûr une histoire depuis longtemps sous-estimée lorsqu'elle n'est pas simplement niée. À partir des traces laissées par des civilisations brillantes et les traditions orales, François-Xavier Fauvelle-Aymar reconstitue de manière captivante la richesse de ce continent retrouvé. En trente-quatre courts essais, Le Rhinocéros d'or offre un panorama de l'Afrique subsaharienne du VIII ?au XV ? siècles.

  • L'Afrique est un continent immense et les sociétés qui l'habitent ont connu des trajectoires historiques multiples au cours des millénaires, sans cesser d'interagir entre elles et avec les mondes extérieurs. Cinq grandes périodes scandent cette histoire :

    - L'Afrique ancienne (depuis la préhistoire jusqu'au XVe siècle), à la fois berceau et creuset de diversité linguistique, technique, politique.
    - L'Afrique moderne (du XVe au XVIIIe siècle), ses grands royaumes et le début de la présence européenne.
    - L'Afrique souveraine (XIXe siècle), après l'abolition de la traite atlantique et les reconversions économiques africaines.
    - L'Afrique sous domination coloniale, entre « partage » du continent, résistances anticoloniales et décolonisations.
    - L'Afrique des indépendances, qui relève de nombreux défis politiques, économiques et sociaux.
    />

empty