•   Selon Henri Pirenne, l'avancée de l'islam serait à l'origine de la rupture avec l'Antiquité. Séparant définitivement l'Orient et l'Occident, elle aurait mis fin à l'unité méditerranéenne et repoussé l'axe de la civilisation du Sud vers le Nord.
    L'État franc, confiné au Nord, aurait donné naissance à un monde nouveau : le royaume mérovingien, dans lequel la dynastie des Carolingiens s'imposait. Le Moyen Age commençait.
    Et Pirenne de conclure par cet aphorisme célèbre : « Sans l'islam, l'Empire franc n'aurait sans doute jamais existé, et Charlemagne sans Mahomet serait inconcevable. » Cette thèse, qui aujourd'hui encore suscite de nombreux débats, occupa Henri Pirenne durant les vingt dernières années de sa vie. Elle compte désormais parmi les classiques.

  • Cet  ouvrage  classique,  longtemps  resté  indisponible,  retrace  l'essor  des  cités  médiévales entre  le   X e  et  le   XII e  siècles,  dont  il  attribue  l'origine  à  l'essor  du  commerce.  Il  décrit  le  rôle  clé de  la  classe  moyenne  urbaine  dans  le  développement  d'un  système  économique  et  d'une culture  modernes.

    C'est  la  première  grande  oeuvre  du  médiéviste  belge  Henri  Pirenne,  dans  laquelle  il  affirme  sa thèse  centrale  sur  l'Europe  médiévale  :  ce  n'est  pas  l'invasion  des  tribus  germaniques  qui  a détruit  la  civilisation  de  l'Antiquité,  mais  plutôt  la  rupture  du  commerce  méditerranéen  du fait  des  conquêtes  arabes  au   VII e  siècle,  provoquant  le  déclin  des  cités  antiques.

empty