• Les vikings

    Jean Renaud

    Des romantiques scandinaves aux Américains célébrant le découvreur Erik le Rouge, des Russes invoquant des ancêtres varègues aux groupuscules néonazis ne jurant que par Thor et Odin, des mangas aux séries télévisées, les Vikings sont partout. Mais qui sont vraiment ces étranges Nordiques que la bande dessinée affuble de casques à cornes ? Des guerriers courageux qui ont soif d'aventure ? Des envahisseurs et des pillards naviguant sur des drakkars ? Possédaient-ils des esclaves ? Faisaient-ils des sacrifices humains ? Leur langue, le norrois, a-t-elle influencé le français ? Croyaient-ils en leur magie ?
    Puisant aux meilleures sources de l'archéologie et de l'histoire, ce livre fait litière des inévitables clichés sur ceux qui, de la fin du viiie siècle au milieu du xie siècle, ont rayonné depuis leur coeur originel scandinave jusqu'aux plus lointaines terres de leur incroyable expansion, entre Russie et Amérique.

  • À l'heure où paraissent les séries TV "Vikings" et "The Last Kingdom", ce livre vous permettra de découvrir la véritable histoire de la rencontre des mondes scandinave et celte.

  • La Normandie des vikings

    Jean Renaud

    • Orep
    • 15 Mai 2006

    Ce n'est que dans la seconde moitié du XIXe siècle que les Français découvrent ce mot : " Vikings ". Jusque-là (et même ensuite, d'ailleurs) ils les qualifient de " Normands ", reprenant un des vocables favoris du Moyen Âge - " Nordmanni " - pour désigner (en latin) les " hommes du Nord " qui terrifièrent l'Europe pendant deux siècles. Toutefois dans leur langue, les anciens Scandinaves appelaient eux-mêmes " vikings " (víkingar) ceux d'entre eux qui s'embarquaient pour " partir en expédition guerrière " (fara í víkingu).
    Or les Scandinaves n'étaient pas des " barbares ". À la fois paysans, marins, commerçants et guerriers, mais toujours des hommes libres, ils appartenaient à des nations en train de se forger : le Danemark, la Norvège et la Suède. Leur société, fondée sur la famille et la propriété héréditaire, vivait essentiellement de l'agriculture, tout en misant sur une activité économique favorisée par un essor maritime remarquable...

  • Dans cet ouvrage, Jean Renaud, professeur à l'Université de Caen, recense la majeure partie des noms de lieux d'origine scandinave encore en usage en Normandie.
    Il y a ceux qui ont été forgés par les Vikings eux-mêmes, au début du Xe siècle : ils se caractérisent pour la plupart par la juxtaposition de deux éléments purement scandinaves, ainsi Clitourps, Étaintot, Oudalle, Criquebeuf, Orbec, Bouquelon, Sanvic, etc.
    Il y a ceux qui témoignent de l'influence viking tout au long du Xe siècle, voire au-delà : ils associent souvent un élément scandinave et un élément de type franc ou roman, ainsi Gonneville, Ronchetuit, Rubec, Champosoult, Torgisval, Hernetot, Tollevast, etc.
    Et il y a ceux qui continuent d'être donnés parfois jusqu'à la fin du Moyen Âge, y compris dans des zones en dehors de l'implantation viking : ils perpétuent l'usage de simples mots scandinaves passés dans le langage courant, ainsi La Londe, La Hoguette, Le Torp, Le Becquet, La Mare, Le Tot, Le Thuit, etc.
    Tous ces toponymes sont classés ici selon qu'ils décrivent à l'origine la nature ou l'habitat, et en fonction des différents appellatifs.

  • L'indispensable synthèse qui permet d'apprécier à sa juste valeur le passé scandinave de la Normandie.! Pendant tout le IVe siècle, les Vikings assaillirent l'Europe et la mirent à feu et à sang. En Normandie, leurs incursions répétées aboutirent à une colonisation des terres que leur concéda, en 911, le roi Charles le Simple par le traité de Saint-Clair-sur-Epte : Rollon, personnage énigmatique, en devenait le premier duc. Cet ouvrage est une évocation claire et circonstanciée des événements, depuis les premiers raids jusqu'aux débuts du duché ; il présente, de façon détaillée, ce qui subsiste de la venue des Vikings. Cette indispensable synthèse permet d'apprécier à sa juste valeur le passé scandinave de la Normandie.

  • Les vikings avait imaginé pour leurs dieux un univers qui, à beaucoup d'égards, ressemblaient aux leurs et dans lequel ils étaient confrontés aux monstres et au géants qui menaçaient la terre entière. Dans ce livre vous retrouverez toute l'histoire de ces dieux Vikings, et une partie des sagas qui leur sont attachées.
    Odin, le dieu borgne, Thor, armée de son marteau, Freyja, belle et lascive, et toutes les autres divinité qui les entourent. Jean Renaud nous explique aussi le culte qui leur était rendu.  C'est ouvrage rigoureux s?en tient scrupuleusement aux sources Scandinaves mise par écrit après la Christianisation.

  • Depuis 1912, la bièvre a totalement cessé de couler à ciel ouvert dans paris, victime des siècles de mauvais traitements que ses riverains - teinturiers, tanneurs, meuniers, industriels.
    - lui ont infligés. pour autant, la rivière n'a jamais cessé d'enfiévrer les imaginations au point qu'on évoque aujourd'hui sa restitution partielle dans la capitale. l'histoire de la bièvre est haute en couleur mais ses tracés anciens se fondent, estompés à l'extrême, dans le paysage urbain. il faut une minutie d'archéologue pour découvrir les vestiges (murs de séparation, tracé des rues, anciens quais.
    ) de la rivière disparue et, avec eux, avec elle, l'ambiance d'un paris qui n'est plus.

empty