• Jean Vassort considère « l'objet-jardin » depuis le coeur du Moyen-Âge, à travers l'ensemble de la société française. Qu'il soit rural ou urbain, populaire ou aristocratique, utilitaire ou d'agrément, à vocation religieuse ou à visée scientifique, voué au repli ou à l'ostentation, le jardin occupe de tous temps une place éminente dans la civilisation occidentale, et plus particulièrement en France.
    Inscrit entre nature et culture, l'histoire du jardin croise celle de l'économie, de la religion, de l'art et de la politique, et ne cesse de répondre aux visées les plus diverses de la société, des plus matérielles aux plus symboliques. Longtemps considéré comme un reflet du paradis perdu, il incarne tout naturellement aujourd'hui l'aspiration à un contact renouvelé avec la nature. Etabli au plus près de l'homme, le jardin est révélateur d'une société en son temps.

  • Les châteaux de la Loire sont apparus en Touraine et en Blésois à la fin du XVe et au début du XVIe siècle. Certains ont été bâtis par des rois (Amboise, Blois, Chambord), d'autres par de grands personnages de leur entourage (Azay-le-Rideau, Chenonceau, Chaumont...). Avec eux s'épanouit le « style fleuri » caractéristique de l'architecture de la première Renaissance française.
    - Les rois deviennent moins présents en Val de Loire à partir de 1525, puis cessent d'y paraître après 1685. Certains châteaux sont alors le théâtre de drames politiques, utilisés par le roi pour reléguer loin de la Cour des personnalités en défaveur, ou d'autres, comme Ménars ou Chanteloup, sont le cadre d'une brillante vie mondaine au XVIIIe siècle.
    Après la Révolution, les châteaux connaissent des moments difficiles, et certains sont démolis. Mais Valençay, sous la Restauration, et plus tard Chenonceau et Chaumont renouent avec l'éclat de la fête aristocratique.
    Cependant, cet éclat s'estompe peu à peu, et à partir du XIXe siècle, les châteaux de la Loire deviennent des monuments historiques qui s'ouvrent aux seuls touristes.

  • Inscrit au plus près de l?homme entre nature et culture, répondant souvent à d?importantes préoccupations matérielles, mais volontiers investi aussi d?une puissante charge symbolique, le jardin accompagne depuis le Moyen-Âge l?histoire française.
    Du modeste potager populaire au prestigieux parc aristocratique, des jardins des moines à ceux qui se développent dans les villes, il ne cesse de manifester les attentes de l?ensemble de la société, du regret médiéval du paradis perdu aux audaces de l?humanisme de la Renaissance, des ambitions du classicisme du xviie siècle à la sensibilité nouvelle du xviiie et à la nostalgie de la nature qui grandit à partir du xixe siècle, quand s?affirme l?urbanisation du pays.
    Pour présenter les différents aspects de son histoire, ce livre mobilise une importante iconographie, qui en éclaire le récit. Il sollicite aussi les témoignages des enlumineurs et des peintres, des poètes et des écrivains, qui permettent de retrouver le regard porté au cours des siècles sur cet objet à la fois singulier et fascinant.

empty