• " nous irons quelque jour, par-delà l'horizon, à la recherche de nos irlandes.
    " que serait un voyage sans le livre qui l'avive et en prolonge la trace - sans le bruissement de tous ces livres que nous lûmes avant de prendre la route ? samarcande, trébizonde, tant de mots, dès l'enfance, qui nous furent comme des portes, tant de récits, tant de légendes ! a sa parution, en 1977, l'homme aux semelles de vent fut salué comme un livre en rupture avec les idéologies du temps. mais il était bien plus que cela : l'annonce d'un grand retour de la fiction, le premier manifeste pour une " littérature aventureuse ".

  • «  Nous naissons, nous grandissons, le plus souvent sans même en prendre la mesure, dans le bruissement des milliers de récits, de romans, de poèmes, qui nous ont précédés. Sans eux, sans leur musique en nous pour nous guider, nous resterions tels des enfants perdus dans les forêts obscures. N'étaient-ils pas déjà là qui nous attendaient, jalons laissés par d'autres en chemin, dessinant peu à peu un visage à l'inconnu du monde,  jusqu'à le rendre habitable  ? Ils nous sont, si  l'on y réfléchit, notre première et notre véritable demeure. Notre miroir, aussi. Car dans le foisonnement de ces histoires, il en est une, à nous seuls destinée, de cela, nous serions prêt à en jurer dans l'instant où nous nous y sommes reconnus  et c'était comme si, par privilège, s'ouvrait alors la porte des merveilles.
    Pour moi, ce fut la Guerre du feu, de JH Rosny aîné,  «  roman des âges farouches  » aujourd'hui quelque peu oublié. En récompense de mon examen réussi d'entrée en sixième ma mère m'avait promis un livre. Que nous étions allés choisir solennellement à Morlaix. Pourquoi celui-là  ? La couverture en était plutôt laide, qui montrait un homme aux traits simiesques fuyant, une torche à la main. Mais dès la première page tournée... Je fus comme foudroyé net. Un monde s'ouvrait devant moi...
    Mon enfance fut pauvre et solitaire entre deux hameaux du Finistère, même si ma mère sut faire de notre maison sans eau ni électricité un paradis, à force de tendresse et de travail. J'y ai découvert la puissance de libération des livres, par la grâce d'une  rencontre miraculeuse avec un instituteur, engagé, sensible, qui m'ouvrit sans retenue sa bibliothèque.
    J'ai voulu ce livre comme un acte de remerciement. Pour dire simplement ce que je dois au livre. Ce que, tous, nous devons au livre. Plus nécessaire que jamais, face au brouhaha du monde, au temps chaque jour un peu plus refusé, à l'oubli de soi, et des autres. Pour le plus précieux des messages, dans le temps silencieux de la lecture  : qu'il est en chacun de nous un royaume, une dimension d'éternité, qui nous fait humains et nous fait libres.

  • Kong

    Michel Le Bris

    Deux jeunes gens sortent sonnés de la Grande Guerre. L'un, Ernest Schoedsack, a filmé l'horreur dans la boue des tranchées ; l'autre, Merian Cooper, héros de l'aviation américaine, sérieusement brûlé, sort d'un camp de prisonniers. Ils se rencontrent dans Vienne occupée, puis se retrouvent à Londres où naît le projet qui va les lier pour la vie. Comment dire la guerre ? Comment dire ce puits noir où l'homme s'est perdu - et peut-être, aussi, révélé ? Pas de fiction, se jurent-ils : le réalisme le plus exigeant. S'ensuivent des aventures échevelées : guerre russo-polonaise, massacres de Smyrne, Abyssinie, épopée de la souffrance en Iran, tigres mangeurs d'hommes dans la jungle du Siam, guerriers insurgés au Soudan...
    Leurs films sont à couper le souffle. On les acclame : « Les T.E. Lawrence de l'aventure ! » lance le New York Times. Eux font la moue. Manque ce qu'ils voulaient restituer du mystère du monde. Déçu, Cooper renoncera quelque temps - pour créer avec des amis aviateurs rien moins que... la Pan Am ! - avant d'y revenir.
    Ce sera pour oser la fiction la plus radicale, le film le plus fou, pour lequel il faudra inventer des techniques nouvelles d'animation. Un coup de génie. Une histoire de passion amoureuse, mettant en scène un être de neuf mètres de haut, Kong, que l'on craint, qui épouvante, mais que l'on pleure quand il meurt... Le film est projeté à New York devant une foule immense, trois semaines avant qu'Hitler ne prenne les pleins pouvoirs.
    Sur un air de jazz mélancolique ou joyeux, entre années de guerre et années folles, Michel Le Bris nous offre une fresque inoubliable. On y croise des êtres épris d'idéal, des aventurières, des héros, des politiques, des producteurs, des actrices, et bien sûr un immense singe que l'on aime craindre et aimer, moins sauvage que l'homme...

  • Un voyage au coeur de la Bretagne d'antan et d'aujourd'hui, celle que l'auteur a connue enfant, celle qu'il retrouve des années plus tard. Avec lui, nous découvrons des histoires devenues légendes, nous assistons au ramassage du goémon, nous découvrons la baie de Morlaix et ses vaillants corsaires, ses hardis marchands, nous revivons les grandes marées et les pêches de l'enfance.

  • La porte d'or

    Michel Le Bris

    • Points
    • 8 Avril 2010

    Dans les montagnes derrière San Francisco, dans les villes fantômes de la Sierra Nevada, dans les portraits de brutes exquises et de femmes étonnantes, se dessine l'horizon envoûtant de la Californie à l'époque de la ruée vers l'or.
    Où l'on découvrira des pionniers forbans et traqueurs d'absolu, se consumant au feu brûlant de leurs chimères...

  • Michel Le Bris met en lumière les enjeux des fictions de Stevenson, fait découvrir l'univers de l'écrivain à travers ses oeuvres et sa vie.

empty