• L´explosion des données archéologiques nous permet d´établir aujourd´hui une véritable histoire des popu-lations de l´âge du Fer européen, dont la culture possède déjà ses principales caractéristiques plusieurs siècles avant que les auteurs grecs ne la désignent comme celtique. Les textes classiques comme les rares inscriptions gauloises sont ici confrontés aux témoignages matériels pour reconstituer aussi bien l´évolution de leur mode de vie et de leur culture que leurs échanges avec les peuples de la Méditerranée. Au début de l´âge du Fer le développement d´une société hiérarchisée se manifeste par de riches sépultures et des agglomérations dans lesquelles coexistent groupes aristocratiques et milieux artisanaux prospères. Les générations suivantes créent à partir du IVe siècle une culture originale qu´ils diffusent dans une partie de l´Italie et des Balkans : l´habitat est dispersé dans des campagnes intensivement exploitées, un art abstrait habille le bois et le métal, le pouvoir, plus largement réparti qu´auparavant, reste toutefois dominé par une aristocrate guerrière. Mais, dès le IIIe siècle, le développement de l´artisanat et du commerce concentrés dans de vastes villes de hauteur prépare l´intégration des Celtes dans l´Empire romain. La synthèse présentée ici met en évidence à la fois l´homogénéité spatiale de la culture celtique et son évolution chronologique marquée par des succès ou par des revers politiques, et surtout par des choix culturels et économiques originaux.

  • Les Celtes désignent pour les auteurs grecs dès le ve  siècle avant J.-C. l'ensemble des populations occidentales nord-alpines. Si leurs puissants voisins ont certainement exercé une influence sur les Celtes, ces derniers ont développé une société et un mode de vie qui ont tantôt emprunté les mêmes voies, mais tantôt complètement divergé, dans la période même où ils intervenaient en Italie et dans les Balkans. La langue, l'outillage, l'armement, les parures, les modes de vie, qui évoluent en parallèle, génération après génération, sur une grande partie de l'Europe moyenne ancienne, peuvent être réunis dans un ensemble cohérent, distinct de groupes voisins qui ont fait d'autres choix. Les  échanges d'objets, les conflits ou les colonisations réciproques n'ont pas gommé ces différences, avant que l'expansion de Rome n'entraîne une acculturation générale.
    À  travers les recherches initiées depuis quarante ans sur le monde celtique et italique à l'âge du Fer, le laboratoire AOrOc a accompagné le développement exponentiel des recherches archéologiques sur les sanctuaires, les habitats, l'alimentation, l'outillage et le monnayage celtiques. Après avoir relu les textes grecs et latins à la lumière de ces nouvelles données, l'image que les Celtes avaient d'eux-mêmes a été mieux définie et l'originalité et l'évolution historique de leur civilisation se sont peu à peu précisées.
     

empty