• Le «Seine-Oise-Marne» n'avait pas fait l'objet d'une nouvelle analyse depuis les travaux de G. Bailloud en 1974. Peu de collections issues de sépultures collectives avaient été étudiées intégralement et le domaine domestique était à documenter. Cet ouvrage comporte une série d'articles, visant à combler cette lacune à partir d'études thématiques ciblées entre Picardie, Île-de-France et Champagne. Ce travail a été mené dans le cadre d'un Programme Collectif de Recherche du Ministère de la Culture entre 2001-2008. Il en présente la version la plus aboutie, alimentée par de nouveaux résultats d'études qui ont pris en compte tous les aspects de la culture matérielle et une diversité de contextes de découvertes tant domestiques que funéraires. Au final, il propose une image synthétique du Néolithique récent dans le Bassin parisien qui prend place dans la deuxième moitié du IVe millénaire av. n.e. (3500-2900). La confrontation des données conduit à préciser la chronologie de cette période, découpée désormais en trois étapes. Les caractéristiques des assemblages mobiliers permettent d'esquisser les contours de trois faciès régionaux qui se développent durant l'étape moyenne du Néolithique récent.

  • L'ouvrage Des fleuves et des hommes rassemble les 26 communications d'un colloque qui s'est tenu à Strasbourg en septembre 2012 à l'occasion des 33èmes Journées internationales de l'Association française d'Archéologie mérovingienne. La thématique générale de l'ouvrage, divisé en trois parties, traite, aussi bien en France qu'en Allemagne, du fleuve à l'époque mérovingienne. Ce dernier est évoqué à travers quatre chapitres répondant à la conceptualisation du fleuve ou de la rivière définie par J.-P. Bravard. Deux articles s'inscrivent dans le chapitre 'Histoire de fleuve', deux dans celui traitant des fleuves et des villes, cinq abordent l'économie fluviale tandis que le dernier, consacré aux fleuves, territoire et sociétés, comprend six articles. Ces différentes contributions témoignent du développement de l'étude des fleuves et rivières des deux côtés du Rhin. La seconde partie fait place à l'actualité de la région d'accueil des journées, l'Alsace, où d'importants sites d'habitat (Marlenheim, Ostheim dans le Bas-Rhin, Wittenheim dans le Haut-Rhin) et funéraires du haut Moyen Âge (Roeschwoog et Vendenheim dans le Bas-Rhin) ont été découverts ces dernières années. Deux synthèses, l'une consacrée à la métallurgie en Franche-Comté à la période mérovingienne et l'autre aux sépultures multiples masculines en Europe complètent cette partie. Dans une troisième et dernière partie se trouvent une synthèse sur l'ambre et une étude de mobiliers de type anglo-saxon dans l'Est de la France.

    Der vorliegende Sammelband umfasst 26 Beiträge zu einer Tagung, die anlässlich der 33. Journées internationales de l'Association française d'Archéologie mérovingienne« im September 2012 in Straßburg stattgefunden hat. Die Publikation ist in drei thematische Blöcke untergliedert. Der erste Teil ist dem Hauptthema der Konferenz gewidmet und beschäftigt sich mit dem Fluss in merowingischer Zeit in Frankreich und in Deutschland. Das Thema Fluss wird in vier Unterkapiteln betrachtet und folgt der Konzeptionalisierung von Strom oder Fluss nach J.-P. Bravard. Zum Kapitel „Geschichte von Flüssen« tragen zwei Aufsätze bei, zwei weitere zum Thema „Fluss und Stadt«. Fünf Aufsätze sind der wirtschaftlichen Rolle von Flüssen gewidmet, das Kapitel „Fluss, Raum und Gesellschaft« umfasst sechs Beiträge. Der zweite Teil der Publikation ist aktuellen Grabungen in der Gastgeberregion, dem Elsass vorbehalten, wo in den letzten Jahren wichtige frühmittelalterliche Siedlungen (Marlenheim und Ostheim, département Bas-Rhin ; Wittenheim, département Haut-Rhin) und Friedhöfe (Roeschwoog und Vendenheim, département Bas-Rhin) entdeckt worden sind. Eine Synthese zur merowingerzeitlichen Metallurgie in der Franche-Compté und ein Aufsatz zu merowingerzeitlichen Mehrfachbestattungen von Männern in Europa runden diesen Teil ab. Der dritte und letzte Teil enthält eine Synthese zu Bernstein in der Merowingerzeit sowie eine Studie zu Grabinventaren angelsächsischen Typs im Osten Frankreichs.

  • Connues sous le nom de Schlitzgruben par les archéologues néolithiciens allemands, les « fosses à profil en Y-V-W » - selon l'appellation champenoise - ont vu leur nombre se multiplier récemment grâce aux décapages de grande envergure menés dans le cadre d'opérations d'archéologie préventive, notamment dans le nord de la France. C'est pour faire le point sur cette question encore très neuve et éclairer les problèmes que posent ces structures qu'a été organisée la table-ronde internationale « Chasse, culte ou artisanat ? Les fosses 'à profil en Y-V-W' : structures énigmatiques et récurrentes du Néolithique aux âges des Métaux en France et alentour » qui s'est tenue à Châlons-en-Champagne en novembre 2010. Les Actes qui constituent le contenu de cet ouvrage rassemblent dix-sept contributions concernant principalement le nord de la France, mais également la Belgique, l'Allemagne, la Norvège et le Japon - illustrant l'universalité de cette question -, ainsi que les discussions qui les ont suivies. La diversité des approches, tant sur le plan géographique que chronologique, la variété des situations exposées, le recours à l'ethno-archéologie, la prise en compte de datations radiocarbone enrichissent sérieusement le débat et provoquent un intérêt nouveau pour cette problématique. Il est maintenant clair qu'une organisation spatiale commence à être perçue et que ces fosses ne sont pas le fruit du hasard. Leur typologie et leur datation se précisent, les principales phases d'utilisation se situant du Néolithique à l'Âge du Fer. Cet ouvrage constitue une base indispensable pour le développement de nouvelles études que cette question va sans aucun doute susciter.

  • C'est sur un espace utilisé depuis la fin du IXe siècle, occupé aux environs de l'an Mil par une étonnante construction de bois à sol de béton et à vocation funéraire, que s'implante au XIIe siècle la nouvelle cuisine de l'abbaye Saint-Philibert de Tournus. Lié au réfectoire voisin, le bâtiment empiète à l'époque sur des niveaux de circulation extérieure. Sa conception architecturale est ambitieuse, avec un plan centré sur un octogone entouré de vastes cheminées à contrecoeur semi-circulaire qui évoque des modèles de l'ouest de la France - disparus pour la plupart, à l'exception ou presque de la cuisine de Fontevraud en Anjou. Toutefois, au contraire de ces exemples connus uniquement pour leur architecture, c'est la conservation en place des dépôts d'utilisation intérieurs, compressés à force d'accumulation et de piétinements, qui fait la richesse du spécimen tournusien, illustrant de façon saisissante le quotidien de cette cuisine jusqu'au milieu du XVIe siècle. Pendant quatre siècles, c'est autour de grandes langues de cendres témoignant d'une cuisson dans la braise, étalées depuis les quatre foyers jusqu'au milieu de la pièce, que se concentre l'essentiel de l'activité. Les postes de préparation sont trahis par autant de tas de déchets spécialisés : coquilles d'oeufs, fragments d'os, écailles de poisson. Une conduite d'eau et un drain de pierres traversent la pièce, portiques ou paravents de bois sont déplacés sans cesse. La permanence de déchets de consommation carnée sur le même site depuis la fin du IXe siècle, l'abondance des restes de poisson dans la cuisine, permettent de retracer l'évolution de l'approvisionnement et de l'alimentation des moines et de leurs familiers laïcs. Quant aux nombreux fragments de poteries, également présents depuis les premiers niveaux, ils offrent sur huit siècles, avec d'autres sites tournusiens, un référentiel de productions en usage dans la région. À cela s'ajoutent quelques restes d'ustensiles en métal, verre ou pierre, tels cette possible tête de robinet des XIIe/XIIIe siècles ou ce mortier décoré du XIVe, retrouvé cassé au fond d'une cheminée : ils éclairent, plus ponctuellement, d'autres aspects de la préparation culinaire ou du service de la table. De tout point de vue, en plein contexte monastique, le matériel recueilli trahit les usages d'une population aristocratique. Tels sont les apports d'une fouille minutieuse à l'emplacement de cet édifice crucial de l'abbaye médiévale, un peu oublié à Tournus depuis sa destruction au XVIIe siècle, mais ressuscité par cet ouvrage finement documenté.

  • Le 36ème colloque international de l'AFEAF, Association Française pour l'Étude de l'Âge du Fer, s'est tenu en Italie, à Vérone (17-20 mai 2012), sur le thème « Les Celtes et le Nord de l'Italie : Premier et Second Âges du Fer » (« I Celti e l'Italia del Nord : Prima e Seconda Età del ferro »). Le choix de l'Italie comme siège d'un colloque de l'AFEAF avait été envisagé depuis plusieurs années : l'importance des découvertes réalisées pendant ces dernières décennies justif ait cette « incursion » pacifique, au sud des Alpes, dans une province, la Vénétie, qui compte aujourd'hui parmi les régions italiennes les plus riches en découvertes et en études concernant le monde celtique. Le colloque de Vérone fut l'occasion de présenter aux spécialistes des Celtes les découvertes et les résultats des recherches les plus récentes effectuées dans le nord de l'Italie. Ce fut aussi une occasion d'échanges de connaissances à propos d'une Italie cisalpine fortement liée, depuis toujours, à la Transalpine. Aux travaux des archéologues se sont ajoutés ceux des linguistes et des numismates, qui apportent un enrichissement fondamental à nos connaissances sur la Gaule cisalpine, « laboratoire » où Rome mit au point les modalités de conquête et de gestion qu'elle allait appliquer au monde transalpin quelques années plus tard. Les thèmes illustrés dans les soixante contributions présentées dans ce volume sont fortement complémentaires entre eux et restituent un ensemble d'informations qui témoigne du renouvellement rapide des données sur une grande partie de l'Europe occidentale pour la période comprise entre le VIIe et le Ier siècle avant notre ère, particulièrement sur la question des relations entre les communautés protohistoriques au nord et au sud des Alpes.

  • Dans le cadre d'une réflexion plus large, menée depuis quelques années, sur le statut et la fonction des sites d'habitat hallstattiens du Nord-Est de la France, il a paru indispensable d'accéder à une meilleure approche comparative de la chronologie des sites, en même temps qu'à une meilleure caractérisation de leur niveau économique et de leurs activités, par le biais de la catégorie de mobilier archéologique la plus largement commune à tous les sites d'habitat protohistoriques : la céramique. Du fait des disparités constatées dans le niveau d'étude de la céramique de chaque site, la comparaison s'avérait a priori difficile, et il a donc fallu mettre au point un système descriptif et analytique normalisé, dans lequel puissent s'intégrer, malgré leur diversité, les données relatives aux corpus céramiques de tous nos gisements.Le choix s'est porté, pour chaque région, sur les corpus les mieux documentés ou les plus représentatifs pour chacune des phases. Les sites retenus correspondent presque tous à des fouilles récentes et ont été explorés pour la plupart dans le cadre d'opérations préventives. Un peu moins de quarante sites ont ainsi été recensés. Même s'il n'a pas l'ambition de se constituer comme un répertoire intégral du matériel céramique du premier Âge du Fer en Alsace et Lorraine, l'ouvrage que nous présentons doit permettre un accès rapide et facile à l'évolution morphologique et technique du mobilier et à la datation des sites. Nous proposons donc dans un premier temps une analyse des tendances évolutives, forme par forme, ainsi qu'une étude de l'évolution des décors. Nous tentons ensuite un bilan par grandes phases chronologiques (BF IIIb, Ha C, Ha D1, Ha D2-D3, LT A) et par régions, qui s'achève par un commentaire raisonné sur l'évolution de la céramique, ses grandes innovations, ses grandes césures, ainsi que sur la possibilité de mieux caractériser des faciès culturels régionaux.

  • Résumé : ce recueil d'articles est destiné à saluer notre collègue André Marguet, qui a consacré une trentaine d'années de sa vie d'archéologue à l'étude et à la préservation des gisements immergés dans les lacs savoyards. Il regroupe deux douzaines de contributions originales qui abordent des questions variées liées à l'homme et à son environnement, entre lacs, montagnes et rivières. La diversité des sujets abordés témoigne des rencontres et des amitiés nouées par André et reflète assez bien ses thèmes de prédilection. Les textes rassemblés dans ce volume couvrent un vaste espace géographique au coeur de l'Europe occidentale, et s'éloignent ainsi largement des lacs alpins et jurassiens. Ils abordent un intervalle de temps étendu, de la Préhistoire récente jusqu'aux époques historiques, et donnent un bel aperçu de la diversité actuelle des objets, des questionnements et des méthodes de l'archéologie.

    Zusammenfassung: diese Sammlung ist ein Gruß an unseren Kollegen André Marguet, der an die 30 Jahre seiner archäologischen Tätigkeit der Erforschung und der Erhaltung der in den savoyischen Seen lagernden Fundstätten gewidmet hat. Die Sammlung umfasst zwei Dutzend Beiträge zu unterschiedlichen Themen, die den Menschen und seine Umwelt inmitten von Seen, Bergen und Flüssen betreffen. Die Vielfalt der Themen zeugt von Begegnungen und den Freundschaften, die André geknüpft hat, und gibt eine recht genaue Vorstellung von seinen Lieblingsthemen. Die Texte dieses Bandes decken ein weites Gebiet im Herzen Westeuropas und gehen auf diese Weise weit über die Seen der Alpen und des Jura hinaus. Sie betreffen einen langen Zeitraum, von der jüngeren Urgeschichte bis in die jüngeren geschichtlichen Epochen, und vermitteln ein Bild von der aktuellen Vielfalt der Artefakte, Fragestellungen und Methoden der Archäologie.

    Abstract: this collection of articles is dedicated to our colleague André Marguet, who has spent some thirty years of his archaeological career dedicated to the study and preservation of the underwater sites in the lakes of Savoie. It brings together two dozen original papers that tackle various themes on man and his environment, including lakes, mountains and rivers. The variety of subjects attests the exchanges and friendships entered into by André and reflect his preferred subjects. The texts cover a vast geographic area of Western Europe, also straying far from the lakes of the Alps and Jura. They extend over a protracted period, from recent prehistory to the twentieth century, and offer a snapshot of the current state of affairs.

  • Pour souligner les trente ans de son existence, l'Association française pour la peinture murale antique (AFPMA) a réuni en 2009 les archéologues et les restaurateurs, spécialistes ou non, confrontés à la peinture murale romaine fragmentaire découverte en France et en Suisse. Le séminaire tenu à Paris, à l'École Normale Supérieure, a rencontré un écho tel que des actes viennent aujourd'hui rendre compte des travaux présentés. Se décline ainsi une riche variété de documents provenant d'Arnouville-lès-Gonesse, d'Augst, d'Avenches, de Bayeux, de Bordeaux, de Cahors, de Chartres, de Chassenon, de Damblain, d'Embourie, du canton de Fribourg, de Gellainville, de Marseille, de Martizay, de Nîmes, d'Oberbuchsiten, d'Oberweningen, de Périgueux, du Quiou, de Reims, de Ribemont-sur-Ancre, de Saint-Pierre-de-Nazac, de Saint-Romain-en-Gal, de Sanxay, de Schleinikon et du Vieil-Évreux. Anciennes ou nouvelles, les découvertes sont analysées, étudiées et restaurées, augmentant les bases de données en cours d'élaboration et invitant à s'interroger sur l'inventaire d'une aussi vaste collection, désormais indispensable à l'étude archéologique et historique d'un site.

empty